Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

D'abord à côté de la plaque chez la lanterne rouge, les Violets ont ensuite mis les ingrédients qu'il faut pour arracher le nul (1-1) – alors que l'OM pointe le bout de son nez, dimanche soir, au Stadium… État des lieux.

Nice vendredi soir devant Lille (2-1), Paris samedi après-midi à Troyes et Rennes à Amiens dans la soirée sur le même score (2-0) avaient fait le boulot, comme dit l'entraîneur téféciste Michaël Debève. Si on ajoute au panier le succès dominical de Caen versus Strasbourg (toujours 2-0), le club de la Ville rose aurait pu – à l'instar d'Angers – être un des grands bénéficiaires dans la course au maintien. «Au lieu de ça notre situation reste inconfortable et à chaque mauvais résultat, note le coach, on est susceptible de retomber dans la zone des relégables (le Tef l'a été des 20 au 23eJ). D'où l'importance des deux prochaines échéances, qui sont autant de réceptions». A commencer par un OM à battre, sans jeu de mots, dimanche. Toulouse a des atouts dans son jeu…


Coaching payant

Plusieurs cordes à son arc, c'est toujours mieux. Alors que face à Monaco samedi en 8, le technicien des Violets avait innové sortant un 3-5-2 de derrière les fagots pour revenir dans la partie, avant-hier en Moselle il a cette fois eu recours durant la rencontre à deux autres schémas que son traditionnel 4-3-3. à la 55e mi-nute, Debève est passé en 4-2-3-1 – dispositif qu'on n'avait pas encore vu sous sa coupe en 5 matches ; pour le dernier quart d'heure, il a installé son XI en 4-4-2 à plat. Et comme contre l'ASM (3-3 score final), bien en a pris à l'ancien adjoint puisque ses ouailles sont parvenues à égaliser sur un débordement de Firmin Mubele… dernier rentré en jeu. «Les changements ont porté leurs fruits», se réjouit ''MD'', avant de tempérer : «Mais j'aimerais que l'on soit plutôt dans l'action que la réaction. En attendant, oui, cela prouve que les garçons savent s'adapter. Et, en recollant à la marque à trois reprises en une semaine, disposent des ressources mentales nécessaires pour la lutte nous concernant.»


Coup de gueule salvateur

Transfigurés ou pas loin après le repos. Que s'est-il donc passé pendant les 15 minutes de mi-temps dans les sous-sols de Saint-Symphorien ? Le coach nous a causés, dit en substance Andy Delort. «Vrai, confirme l'intéressé. J'ai haussé le ton. être menés par le dernier du Championnat en montrant autant de pauvreté technique et offensive, ce n'est pas possible… Parfois il faut recadrer, je m'y suis attelé. Il n'y a pas de cadeau à faire, plus exactement la vie ne peut pas sans cesse être rose. Un entraîneur doit assumer son rôle. J'essaye de le remplir au maximum et je pense que, depuis ma prise de fonctions (22 /01), j'y parviens. Lorsqu'il y a du bon tu valorises ; quand ça ne va pas il s'agit en revanche de le souligner également. Pour corriger. J'en suis capable et les joueurs sont réceptifs car n'oublions pas non plus que l'intérêt est toujours celui de l'équipe.»


Casse-tête bienvenu

Cinq changements d'hommes, six changements de postes à l'arrivée. Telles sont les maths en foot ! Samedi soir, dans la froidure mosellane, Michaël Debève avait préféré Jullien au détriment de Yago, Blin et Jean pour Imbula et Mubele (plus Gradel relayait Sylla, blessé), enfin Delort suppléait Sanogo (pas sur la feuille). Ce qui, au jeu des chaises musicales, revenait – en plus de l'avant-centre, des deux ailiers et d'un relayeur – à modifier la charnière (Diop-Jullien en lieu de Diop-Amian) ainsi que le locataire du flanc droit défensif : Amian Adou y a glissé, Yago se retrouvant sur le banc. Le premier a scoré, l'ancien Dijonnais en était tout proche (tête sauvée par Kawashima). «Deux satisfactions, appuie le nouveau numéro un. Si Christopher est très dangereux sur les coups de pied arrêtés offensifs, Kelvin apporte ses qualités de percussion, de débordement et de centre.» Match pour le latéral droit, match aussi pour le gauche (Moubandjé/Sylla), match enfin au milieu où ils sont quatre (Cahuzac, Sangaré, Blin, Imbula) pour trois postes.

Bref, suspense à tous les étages !

Chic pour le choc.


Tous sur le pont

Sanogo et Imbula légèrement touchés aux ischios droits et gauches, doivent reprendre normalement dès ce matin. Tout comme Sylla (même gêne côté droit). Bodiger (tendinite genou gauche) de les imiter mercredi. Résultat : seul Boisgard (scaphoïde gauche) et Delort (suspendu, règle des 3 jaunes) devraient manquer à l'appel pour la réception de l'Olympique de Marseille (11 mars 21h, Canal+).
 
Stadium

double ration > mercredi. Le prochain rendez-vous étant décalé à dimanche, le groupe toulousain qui continue de sacrifier à deux séances mardi, les fera mercredi. Logique. double réception > avec Strasbourg. Après les Phocéens, le Tef accueillera de nouveau, cette fois le Racing alsacien samedi 17 mars à 20h (beIN).

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES