Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et Géraldine Jammet pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Peut-on espérer sauver sa tête en L1 en venant de prendre seulement 4 points sur les 24 derniers mis en jeu ? C'est un peu-beaucoup le challenge proposé au Toulouse FC de Michaël Debève, entraîneur depuis le 22 janvier. Pas impossible d'un point de vue arithmétique, ni calendaire (le Tef est «favorisé» sur le papier). à condition de répondre – enfin – aux attentes. Comme de choisir entre plusieurs options.

La Dépêche fait le point.



1 - La 17e place de premier non-relégué va-t-elle se jouer entre Toulouse, Troyes et Lille ?

Pour une fois, pas besoin de discours, même court : il suffit de lire le classement et se hasarder à une projection...

La réponse du coach :« C'était une lutte à 5 équipes, depuis ce week-end il n'y en a plus que 3. Mais émettons la réserve de circonstance puisqu'avec 2 victoires à la suite on peut très vite recoller aux clubs de devant. Au même titre que l'Estac et le Losc, on est dans le dur, sur des séries longues et un peu similaires. Donc oui, c'est un match à 3 qui se dessine – sans jeu de mots. »

Notre avis : la guerre des trois se précise, en effet. Attention néanmoins à Caen, pas vernis par la programmation et encore en lice en Coupe de France.

2 - Trois victoires suffiront-elles aux Violets ?

Chaque semaine, chaque week-end, la calculette est de sortie. Et tout le monde tire des plans sur la comète.

La réponse du coach :« Je le crois. Cette année, la barre du maintien ne devrait pas dépasser 40 points. Se jouer entre 38 et 40, même. Donc, nantis de 39 unités, on pourrait passer. »

Notre avis : vu le rythme d'escargot des mauvais élèves de la L1, c'est bien possible. Chaque cuvée a sa vérité. Pour rappel, en mai 2017… Caen (17e) s'est maintenu avec 37 points mais au printemps 2011 Monaco (18e) est descendu avec 44 !

3 - Faut-il conserver la charnière Diop/Fortes ?

Derrière, pour faire la paire avec Issa Diop, le duel est ouvert entre l'habituel titulaire Christopher Jullien, qui revient de blessure, et l'une des recrues estivales Steven Fortes, réathlétisé depuis un mois.

La réponse du coach :« Il est trop tôt pour le dire. Je pense que Christopher avait besoin de faire un peu le break et travailler sereinement pour retrouver son niveau. Après, quant à Steven, sa rentrée à Lyon et là sa première titularisation me font affirmer qu'il est tout proche de sa meilleure forme. C'est un garçon qui a des qualités et va nous rendre service ; il a répondu aux desiderata. Je me laisse la semaine pour trancher. »

Notre avis : Diop/Fortes est la 6e défense centrale de la saison. C'est un endroit où la stabilité doit être de mise. Jullien apporte davantage sur les coups de pied offensifs, Fortes paraît plus «secure» derrière. Faites vos jeux…

4 - Le duo Delort-Sanogo a-t-il de beaux jours devant lui ?

Le ratio du TFC est assez terrible : 0,9 réalisation par rencontre. Alors, quelle alternative…

La réponse du coach :« ça manque logiquement de complémentarité, y compris avec Max-Alain Gradel. Maintenant, ce sont les joueurs qui ont les meilleures stats depuis le début de saison (6 buts pour l'Ivoirien, 5 pour le ''Mexicain'', 4 pour l'ancien Gunner). Il faut insister avec ces trois-là. »

Notre avis : le Téfécé s'en sortira par le jeu. CQFD.

5 - Quel système privilégier entre l'usuel 4-3-3 ou le nouveau 4-4-2 ?

Et dire que Toivonen n'était pas sur la feuille et que Durmaz a débuté sur le banc… Mika Debève a des cartouches dans la gibecière, le reste est une… question d'alchimie.

La réponse du coach :« Contre Dijon, l'idée était d'évoluer le plus haut possible, avec 3 vrais offensifs. Andy (Delort) décalé sur l'aile droite, c'était pour mettre à profit sa qualité de centre. En seconde période, on est passés à 2 pointes avec Andy qui tournait autour de Yaya (Sanogo). Pour avoir un pouvoir offensif supplémentaire. Que faire ? Ce sera à moi de décider en fonction de l'adversaire et sa ligne défensive (4 ou 5), que ce soit à domicile ou à l'extérieur, au coup d'envoi ou non. »

Notre avis : chaque système a ses avantages et ses inconvénients. Mais en l'absence de Cahu (cf. N°6), le 4-4-2 nous paraît plus approprié pour l'effectif à disposition du technicien abbevillois.

6 - Comment faire sans l'aboyeur Cahuzac ?

Touché au dernier entraînement vendredi matin (douleur derrière une cuisse), les examens ont diagnostiqué une petite déchirure aux ischios droits. Le Corse de la Ville rose qui en a pour 10 jours a minima, ne pourra pas tenir sa place à Caen et est espéré pour la réception d'Angers. Il repassera des examens à la fin de la semaine.

La réponse du coach :« On sait l'importance de ce joueur-cadre sur lequel je m'appuie. En résumé, Yannick est un meneur de par son tempérament comme de par ce qu'il peut amener dans l'entrejeu. à moi de trouver les ressources en interne. La bonne formule. Il y a d'autres milieux performants tel Alexis Blin qui a suppléé Cahu samedi. Au niveau du caractère et de l'expérience, il me faudra peut-être plusieurs relais pour encadrer mon jeune groupe. »

Notre avis : un gros coup dur. Mais c'est dans l'adversité que les individus se révèlent…


Alexis Blin : «Il nous reste une chance»

«Ca fait beaucoup là… Ce soir, on a mal au moral.» Traits tirés, visage quelque peu résigné mais un discours empreint de lucidité. 22h45, samedi, à la sortie des vestiaires : Alexis Blin ne s'est pas caché pour commenter une copie téféciste plus que brouillonne face au visiteur bourguignon. Et l'invité «surprise» de la feuille de match – Yannick Cahuzac étant forfait au dernier moment – n'a pas manqué de prendre ses responsabilités. «Il y avait beaucoup de stress. Ce n'est pas une question de volonté mais bien un manque de liant : c'est trop stéréotypé ce que l'on fait, il faut être un peu plus collectif, jouer vraiment en équipe.»

Au-delà de sa verve affable, le milieu de terrain est d'autant plus légitime pour s'exprimer qu'il est au cœur de ce qui pèche. «On joue trop vite vers l'avant : il faut varier notre jeu. Aller vers l'avant, il faut que cela ait un sens. Si on envoie toujours Yaya (Sanogo) ou Max-Alain (Gradel) au combat, ce n'est pas facile pour eux.» Ni pour les autres, forcément.

D'autant que si les filets du divin gardien Reynet ont tremblé sans jamais cédé, il faut rappeler que Dijon, c'est juste la plus mauvaise défense du Championnat : 60 buts encaissés cette saison. Et samedi, les hommes d'Olivier Dall'Oglio étaient amputés de quatre pièces maîtresses de leur jeu défensif : Yambéré et Lautoa, Abeid, Balmont. Rien que ça. Pourtant, pas moyen de transpercer. «Il faut que l'on trouve la formule», souffle Alexis Blin.

En l'occurrence, il semble que la stratégie en 4-3-3 à l'œuvre en première mi-temps, avec un Delort ailier droit, sied moins bien au milieu de terrain que le 4-4-2 de la seconde période avec le même Andy virevoltant un peu plus autour de Sanogo.


Un perdant de l'ère Debève

Au retour des citrons, il s'est bien plus illustré dans sa didactique avec Sangaré. Plus nerveux aussi, il s'est quelque peu «chauffé» avec Massouema après s'être rendu coupable d'une faute assortie d'un carton jaune. Dans la foulée, «MD» le sortait au profit de Corentin Jean (87e).

Mais Alexis Blin n'a pas non plus un rôle facile avec cette tunique de «doublure» du Corse. Le premier excelle plus en tant que relayeur quand le second est une véritable sentinelle au gilet pare-balles dans son axe. Même si on en convient, «Cahu» a pris un certain coup dans le casque face à Strasbourg. Et d'une certaine façon, son remplaçant de Nordiste, arrivé à 17 ans au centre de formation du TFC, fait partie des «perdants» de l'ère Debève.

Depuis l'avènement de Sangaré, le coach privilégie un schéma en 4-3-3 avec un Imbula qui a su s'imposer au détriment d'Alexis Blin, un peu plus inhibé. On passe sur la convocation de dernière minute face à Dijon qui n'a pas optimisé ses conditions de préparation. «Encore une fois, ce n'est pas une question de volonté, lâche le milieu de terrain. Maintenant, on va se remettre au travail dès lundi afin de bien se préparer pour le déplacement à Caen (samedi, 20 heures). Il nous reste une chance.»

2018 / 2019

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES