Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Théo Faugère, G.J. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

En dix ans, c'est-à-dire depuis mai 2008, le Tou- louse FC a terminé trois fois au 17e rang – dernier strapontin de l'élite avant l'ascenseur pour l'échafaud – sans compter cette année où il occupe la place de 1er non-relégable depuis maintenant début mars. Par ordre chronologique, les entraîneurs se nommaient élie Baup, Dominique Arribagé et Pascal Dupraz. Retour sur trois sauvetages avec, pour chaque, les recettes qui ont marché.


2007-2008 : mesures commando

Les étoiles de la Ligue des champions sont bien loin, les Violets flirtent avec la zone à risques depuis mi-janvier 2008. La veille du déplacement chez la lanterne rouge… messine, fin mars, le coach à la casquette décide de prendre le taureau par les cornes. Il nous raconte.

«Privation de téléphone portable, interdiction d'aller reconnaître le terrain avant le coup d'envoi, obligation de revisionner le match en intégralité, double ration aux entraînements. Oui, concède élie Baup, c'est vrai que j'avais opté pour quatre préceptes spéciaux. Mais parce que je sentais que ce groupe en avait besoin ; au vrai, ça dépend des effectifs. D'autres cuvées sont plus fragiles et supportent moins la pression qu'on veut leur imposer. En tout cas, une chose est sûre : le but est de ne pas s'éparpiller, ne pas perdre d'énergie. Soyons concentrés sur l'objectif, la rencontre du week-end. Sans être pour autant obnubilés car il ne faut non plus la jouer avant. C'est un danger ; et les éléments mûrs, d'expérience, les joueurs de club comme je les appelle, revêtent alors toute leur importance. Moi j'avais la chance d'avoir des mecs comme Dieuze ou Emana pour qui l'écusson est gravé sur la poitrine. Après, cette union sacrée doit transpirer à travers toutes les composantes du club.

La confiance en découle : sur le terrain, tu dois t'appliquer à faire ce que tu sais faire – bien faire. Positiver, toujours. Il s'agit, pour l'entraîneur, de renforcer les acquis. Notamment grâ- ce aux séances vidéo. Enfin, puisqu'il n'y a pas de potion magique sinon elle se vendrait depuis longtemps, sourit le consultant beIN, il faut aussi compter sur la réussite. J'ai en mémoire la frappe victorieuse d'Eduardo (2-1), lui qui ne s'essayait jamais, face à l'OM à la 37e journée en mai 2004…»


2014-2015 : drôle de précédent

Le 16 mars 2015, surlendemain d'une défaite à Amiens contre Lens (0-1), Dominique Arribagé remplace Alain Casanova. Un Téfécé new look (4-4-2 losange avec les clés du camion confiées à Trejo) commence par remporter le derby de la Garonne (2-1) puis le, futur, d'Occitanie (1-0), toujours au Stadium sur un but de… son maestro argentin. Après une gifle à Monaco (1-4), les hommes de l'actuel directeur du recrutement toulousain reçoivent les… Lillois à la… 36e joute. Qu'ils renversent pour posséder… 5 points d'avance sur le 18e. Vous avez dit ironie du ballon rond ?


2015-2016 : improbable remontada

Dix points de retard sur le 1er non-relégable à 10 journées de la fin lorsque Pascal Dupraz débarque sur l'île du Ramier. Bref, au printemps 2016, tout le monde a enterré le Tef… Et pourtant… Allez, on rouvre joyeusement la boîte à souvenirs avec un des héros, Pantxi Sirieix, presque encore sous le coup de l'émotion le milieu tout-terrain basque !

« Je me rappellerai toute ma vie du matin où on fait connaissance avec Pascal, témoigne celui qui a raccroché les crampons en juin 2017. Un mercredi. Il tient son premier speech le lendemain de sa signature, dans la salle de muscu, où il nous a tous réunis. Je vois encore arriver ce petit bonhomme qui prend le soin de serrer la main de chacun, sans le dévisager. Puis il commence doucement – vraiment – mais va finir, je résumerais, en apothéose. Le show, quoi, durera une mi-temps. Et va se répéter jusqu'à la fin de la saison. Chaque fois, il pensait à un truc, c'était dingue, et on était captivés. Je ne le connais pas perso, cependant je pense qu'il y a du Courbis en Dupraz… Sinon, plus globalement, pour tenter d'expliquer, sa foi nous avait scotchés. Et même nous, les anciens, on y croyait comme des jeunots de 18 ans ! L'alchimie a pris de suite. Oui. Ah… le petit film du relais féminin 4x400m aux championnats d'Europe d'athlétisme 2014. Là, c'était avant le match. Coach éteignait la lumière et passait le clip juste avant qu'on ne pénètre dans le tunnel. C'était fort car c'était notre histoire, complètement : à la rue pendant très longtemps dans la course, les Françaises grignotent petit à petit. Vous connaissez la sui-te, l'or sur la ligne d'arrivée… Voilà pourquoi je peux affirmer que cette aventure humaine restera la plus belle de ma carrière. »
 

Pour Lille, le TFC casse les prix

Dimanche, le TFC va plus que jamais avoir besoin du soutien de toute une ville. A l'heure où les Nordistes de Lille vont débarquer au Stadium (17h), le stade devra être incandescent. 19e, les Dogues talonnent les Violets au classement, avec deux unités de retard, à trois journées de la fin du championnat. Autant dire que les points à prendre lors de ce match valent de l'or. De l'or, il n'en faudra pas vraiment pour pouvoir assister à la partie. Pour s'assurer une affluence correcte, le TFC a lancé l'opération prix cassés : un billet pour 5 €. Le club a également décidé d'offrir une invitation à chaque abonné. «C'est bien qu'ils fassent venir du monde, même si c'est dommage d'en arriver là», estime Marco, le président des Indians Tolosa. «Mais on sera tout de même là pour accueillir le bus des joueurs, parce qu'il ne faut pas les lâcher.» Le groupe invite tous les supporters à les rejoindre à 15 heures devant l'entrée Troëne (côté virage Brice Taton) pour faire monter l'ambiance.

En conférence de presse, Christopher Jullien s'est avancé conquérant : «je ne veux pas entendre parler d'une éventuelle défaite nous sommes déterminés, nous jouerons dans notre Stadium, devant nos supporters.» Des supporters qui pourront essayer de galvaniser les joueurs en agitant les 10 000 drapeaux mis à disposition dans le stade.

Et à l'heure de l'union sacrée, les Violets peuvent compter sur un soutien de poids. Qui ça ? Moussa Sissokho, qui a posté une vidéo de soutien à son ancien club, envoyant un message au peuple toulousain : «l'équipe aura grandement besoin de vous, au Stadium, pour les soutenir. C'est notre maintien qui est en jeu, alors j'espère de tout cœur que vous allez être derrière eux.» Pour l'heure, le TFC attend 25 000 supporters.
 

Des Dogues 17 fois plus nombreux que d'habitude

L'île du Ramier n'a pas le monopole de «l'union sacrée», telle qu'elle est scandée par le TFC. À l'autre bout du pays, c'est une véritable «opération réconciliation» qui a été lancée par le Losc cette semaine. Mais comme dans ces histoires d'amour parfois tourmentées, c'est d'abord un signal contradictoire qui a été envoyé par le club à ses supporters. Exceptionnellement, la seule séance hebdomadaire ouverte au public s'est déroulée à huis clos à Pierre-Mauroy. «Concentration oblige» selon les observateurs nordistes car le match de dimanche s'annonce aux sommets… du bas de classement entre des hôtes 17e et des invités qui s'agrippent à la 19e place à égalité de points avec Troyes, 18e et barragiste.
Remboursement sous conditions

Alors pour mettre toutes leurs chances de leur côté, les dirigeants du club ont décidé d'offrir le déplacement dans la Ville rose à 850 de ses «Dogues». Un acte aussi fort en symbole que rarissime. Déjà, il faut savoir que le supporter lillois s'exporte mal : 50 personnes en moyenne. Mais dans les travées du Stadium, ils seront 17 fois plus nombreux que d'habitude. Avec une condition révélée par le quotidien régional La Voix du Nord. Le club a bel et bien avancé 60.000€ pour la location des bus, les billets et l'encadrement des stadiers, mais il a aussi demandé des garanties. Une section a en effet dû avancer les frais et ne sera remboursée qu'à la condition que le match contre Toulouse se déroule sans débordements.

Si le dernier succès de Lille face à Metz (3-1), samedi, a ressoudé les liens, personne n'a oublié les images inouïes de l'envahissement de la pelouse de Pierre-Mauroy, le 10 mars, à l'issue de la défaite face à Montpellier. Les Dogues Virage Est (DVE), principal groupe de supporters, a d'ailleurs décidé sa «mise en sommeil» jusqu'à la fin de la saison. Et ce n'est pas pour le pur plaisir de remuer le couteau dans la plaie mais le match judiciaire qui oppose le Losc à Marco Bielsa, son ancien entraîneur, se poursuit devant la justice. Oui, même dans le football, «les histoires d'amour se finissent mal, en général».

 

2017 / 2018

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2017/2018

EFFECTIF

2017/2018

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES