Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Sébastien Marti pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Les taquins remarqueront que Mosson rime souvent, pour les Violets, avec bouillon. Dans le «Stade du Mondial-98», le Tef n'y a gagné que deux fois sur ses dix dernières visites… En même temps, Toulouse n'a jamais joué non plus à Montpellier en Coupe de France ou plutôt de la Ligue –puisque l'adversaire du jour évolue en L2 – et puisque le principe de ces barrages ressemble comme deux gouttes d'eau à Dame Coupe. Même règlement, même engagement, même guillotine qui n'attend que ça…

«Pour un peu, fait justement remarquer consultant et coach Rolland Courbis, un mauvais contrôle peut t'envoyer à l'échelon inférieur.» Alain Casanova, entraîneur du TFC de juin 2008 à mars 2015, n'avait de cesse d'employer l'expression «maîtrise émotionnelle». L'actuel technicien garonnais ne dit pas autre chose lorsqu'il parle de «gestion de la pression». Du vécu coco, comme dirait l'autre !

Ne pas avoir la chape de plomb sur les épaules et le ballon qui brûle les crampons. Comme ça a pu être le cas en cette fin de saison – on pense au camouflet de Lille (2-3), forcément, qui, rappelons-le, aura définitivement transformé le premier non-relégable (17e) en barragiste (18e). Mais comme ce ne LE fut pas samedi devant Guingamp (2-1) dans ce qui reste, à nos yeux, la prestation la plus accomplie des protégés de Michaël Debève.


La Bretagne, ça les gagne

«Le nombre d'opportunités de marquer nous a reboostés, se réjouit l'adjoint devenu N°1 à la place de Pascal Dupraz en date du 22 janvier. Nous avons eu un passage à vide d'un petit mois pendant lequel le compteur est resté bloqué (3 défaites d'affilée depuis le 30 avril à Rennes jusqu'au 19 mai et le succès retrouvé face à l'EAG). ça amène un bon bol d'oxygène aux joueurs, à moi, au staff, à toutes les composantes du club.» Qu'on n'a pas envie de mettre au chômage, rabâche le capitaine Issa Diop.

à condition, alerte grosso modo Debève, de ne pas se croire déjà arrivés à bon port. «Le principal piège à éviter est la suffisance, martèle ''MD''. Il ne faudra surtout pas se penser supérieurs. Prendre Ajaccio à la légère parce qu'il s'agit d'une formation de L2. C'est un beau collectif avec de bonnes individualités.»


Museler leur numéro 10

Le tacticien picard a particulièrement à l'œil les gardien et milieu ajacciens : «Jean-Louis Leca a l'expérience pour lui et un côté décisif (il a stoppé superbement main droite le premier péno de la série normande tiré par Ferhat) ; Johan Cavalli, en plus d'être leur maître à jouer, distille les coups de pied arrêtés. Là aussi, évitons de nous mettre en difficulté en commettant des fautes aux abords de la surface. Car, en ce moment, on encaisse pas mal de buts sur phases statiques (NDLR : 2 coups francs directs sur les 3 dernières journées). Ce qui est sûr, c'est que ce sera un combat de tous les instants.»

La survie en L1 a un coût, mais elle n'a pas de prix.


Les mêmes avec Mubele à la place de Durmaz ?

Sous le soleil exactement, des cumulus orageux, et devant une vingtaine d'habitués, le Téfécé s'est entraîné une dernière fois, hier après-midi, entre 17h15 et 18h30. La mise en place était un copier-coller du XI titularisé contre l'En-Avant Guingamp, à une exception près : la recrue hivernale Firmin Mubele remplaçait sur l'aile droite le feu-follet suédois Jimmy Durmaz. Quant à Yannick Cahuzac, en reprise après sa déchirure aux adducteurs droits survenue le 5 mai, il a enchaîné les tours de terrain. Toujours, même s'il fera le déplacement en soirée, dans l'espoir de postuler dimanche.


Le chiffre : 3

anciens > joueurs corses. Dans les rangs téfécistes. à savoir – à tout seigneur tout honneur puisque l'actuel N°6 violet est celui qui a le plus performé sur l'île de Beauté – la sentinelle Yannick Cahuzac, l'attaquant Andy Delort jeune et, ne l'oublions pas, le piston gauche Issiaga Sylla. Chacune de ses figures locales a évidemment sa part d'histoire avec le foot de Corse : Cahuzac le guide du Sporting, Delort le déraciné, Sylla le prêté. On s'explique. Grand pote du portier Leca aujourd'hui à… l'ACA, Cahu porta à bout de bras le SCB pendant 12 ans (2005-2017). Formé à l'Athletic-Club, l'avant-centre de caractère «AD» y retourna entre 2010 et 2013 où il marqua son tout premier but (et unique) en élite avec l'ACA, avril 2013 face à... Montpellier. Un signe ? Enfin, le Guinéen joua lui au Gazélec, l'autre club de la ville de Bonaparte, exercice 2015-2016. Et l'on se souvient que contre le Téfécé à l'aller à Ange-Casanova il avait été passeur décisif avant d'inscrire le csc de l'égalisation pour les Violets. Et qu'au retour, au Stadium, il avait été expulsé pour deux cartons jaunes.

AC Ajaccio-Toulouse : barrage, polémiques et match à huis clos

Le match aller de barrage entre l'AC Ajaccio (Ligue 2) et Toulouse (Ligue 1) se joue mercredi à Montpellier (20h45), sur terrain neutre et à huis clos, après une polémique corse qui a enflammé la France.

Épisode 3 à Montpellier. Le stade François-Coty d'Ajaccio suspendu après les incidents du pré-barrage contre Le Havre (L2), la Ligue de football professionnel (LFP) a choisi mardi, dans l'urgence, de valider la qualification de l'ACA contre Le Havre (2-2, 5-3 aux t.a.b.), malgré la plainte du club normand, et de faire jouer le match aller de barrage dans un stade vide, loin d'Ajaccio, au grand dam des dirigeants corses.

"C'est une honte, ça ne répond à aucun cadre judiciaire, proteste le président du club corse Léon Luciani. On a joué 19 matches, ici, à Ajaccio, il ne s'est jamais rien passé. On a fait appel et on ira devant les tribunaux".

Les dirigeants du HAC ne sont pas satisfaits non plus. Ils ont été déboutés mardi de leur demande de match gagné sur tapis vert. Vendredi, le pré-barrage n'avait pu se disputer, leur car ayant été attaqué par un groupe de supporters. Dimanche, la rencontre reportée a été très houleuse, avec cinq cartons rouges et un coup de pied au président du club normand, Vincent Volpe, dénoncé par Le Havre et corroboré par la députée de Seine-Maritime Agnès Firmin Le Bodo, présente dans les tribunes.

La polémique s'est étendue

Le président de l'AC Ajaccio, Léon Luciani, veut porter plainte contre le président du Havre pour dénonciation calomnieuse, et le club normand dénonce pour sa part l'agression de son dirigeant et les insultes racistes contre ses joueurs.

En Corse, la polémique s'est étendue du monde sportif à la vie politique de l'île, suscitant une multiplication de réactions dénonçant du "racisme anti-corse".

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de l'île de Beauté a fustigé mardi dans un tweet "le climat d'hystérie anti-corse" et "les pressions politiques venues du plus haut niveau de l'État".

Le Premier ministre et ancien maire du Havre Édouard Philippe s'est dit quant à lui "consterné" par les incidents. "Consterné par l'enchaînement des faits, consterné par la violence et la brutalité de l'arrivée au stade des joueurs havrais vendredi soir, consterné par la violence, la tension qui a régné aux abords du stade et dans le stade dimanche soir", a-t-il lancé dans son Facebook Live hebdomadaire, en estimant que "le football a perdu" dans cette affaire.

Il lui reste une petite chance de se refaire, mercredi, et lors du match retour dimanche, à Toulouse.
 

Les barrages, toute une histoire au Tef

Reçu deux sur trois. Comme nous l'avons écrit dans notre édition de lundi – merci au statisticien de Canal+, le Toulousain Cédric Granel –, le Toulouse FC a déjà connu le stress des barrages à trois reprises dans son histoire : 1967, 1981 et 1991. Ce qui, au passage, est pas mal mais ne constitue pas pour autant le record en la matière, lequel est l'apanage des trois clubs de Nîmes, Strasbourg et Rennes – avec cinq participations chacun.

Revenons à nos Violets…

La première épreuve du feu remonte donc à la saison 1966-1967, sous la présidence de Jean-Baptiste Doumeng. En terminant 17e de première division, l'équipe de Kader Firoud doit en passer par un mini-championnat, avec le 18e… Nîmes, déjà, contre les 3e et 4e de D2. Soit Bastia et Aix-en-Provence. D'où, c'est arithmétique, quatre matches à disputer pour le Tef qui va terminer 2e du tournoi et se maintiendra en élite (tickets D1 aux deux premiers). Dans le détail – et l'ordre chronologique : victoire 1-0 en Corse, nul 1-1 face à Aix mais défaite 0-2 au retour, nouveau succès 1-0 à domicile devant le Sporting. Pour l'anecdote dans l'anecdote, c'est cette année-là que le TFC fusionne avec le Red Star, alors en L2, pour disparaître corps et âme trois saisons durant !

Quatorze ans plus tard, on retrouve les Toulousains luttant cette fois pour accéder à la D1. à l'époque, il existe deux groupes au second échelon national. Le Téfécé doit avant tout franchir l'obstacle Noeux-les-Mines d'un certain Gérard Houllier, chose faite et finalement lar- gement par les hommes de Pierre… Cahuzac. D'abord défaits 0-2 en Pas-de-Calais, les Garonnais prennent une éclatante revanche 5-0. Las, le duel TFC-TFC (Tours) virera à l'avantage du club d'Indre-et-Loire : 0-1 au Stade de la Vallée du Cher et 2-2 sur l'île du Ramier.

Enfin, le 3e et dernier épisode des barrages avant cette semaine, c'est la confrontation avec Lens en 1991.

 

Le message d'encouragement de Pascal Dupraz au TFC avant le match contre Ajaccio

L'ancien coach du TFC Pascal Dupraz, de passage ce mercredi après-midi à "La Dépêche du Midi", va regarder à la télévision le match aller de barrages Ajaccio-TFC, ce soir à 20h45 à Montpellier. C'est le premier match du TFC que l'entraîneur savoyard verra depuis son départ du club. Pour lui, il n'y aura pas de suspense : le TFC battra Ajaccio et "fera le travail dès ce soir".


"Supporter du TFC à vie"

"C'est certain, le TFC va se maintenir, affirme Pascal Dupraz. Les barrages sont quasiment joués : Ajaccio va affronter une équipe de Ligue 1 sur un terrain neutre, à huis clos, ils ont trois joueurs suspendus, ils ont cent-vingt minutes dans les jambes... L'ACA doit plier." L'ancien entraîneur des Violets le confie : "Je serai supporter du TFC à vie ! Même si un jour je reviens à Toulouse à la tête d'un autre club de Ligue 1, j'aimerais toujours Toulouse. Dans trois jours je quitte cette ville et vraiment ça me fait quelque chose". Pascal Dupraz, qui va publier en juin un livre sur son expérience d'entraîneur, "Une saison avec Pascal Dupraz, leçons de leadership", va commenter des matches de la Coupe du Monde sur TF1. Il est toujours à la recherche d'un club pour la saison prochaine.

2018 / 2019

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES