Menu

Fil de navigation

Recherche

Nicolas Stival pour 20 minutes

 

Interview

Après un temps d’adaptation, le jeune Espagnol prêté par Manchester City s’affirme dans l’équipe d’Alain Casanova, surprenante 4e de Ligue 1 avant son déplacement à Angers, samedi…

Si les fans du TFC, 4e de Ligue 1, ne se font plus chambrer le lundi matin à la machine à café, Manuel Garcia Alonso, dit Manu Garcia, n’y est pas pour rien. Le jeune milieu offensif espagnol de 20 ans est prêté par Manchester City, probable futur partenaire du club toulousain. En quelques semaines à peine, il s’est imposé comme l’un des maillons forts du nouveau « joga bonito » à la toulousaine.

Pas grand (1,70 m), guère épais (65 kg), l’Asturien d’Oviedo à la technique soyeuse s’est plié au cahier des charges d’Alain Casanova : prendre des risques avec le ballon, et presser au maximum lorsqu’il s’agit de le récupérer. S’il doit se montrer encore plus décisif, Garcia s’est déjà mis le public du Stadium dans la poche et savoure sa vie : « Quand ce que tu aimes faire est également ton travail, c’est la meilleure chose qui puisse t’arriver. »

L’ancien international U19 s’est confié à 20 Minutes mardi, après l’entraînement matinal. En espagnol, en attendant que le temps et quelques leçons réveillent son français étudié pendant deux ans au collège, mais un peu engourdi par son exil en Angleterre, à 15 ans à peine.


Comment s’est déroulée votre arrivée à Toulouse, cet été ?

J’ai fini la saison aux Pays-Bas (au NAC Breda), où les choses se sont bien passées. J’avais plusieurs opportunités, en Espagne, aux Pays-Bas ou encore en Angleterre. Mais Toulouse était le meilleur choix pour moi, par rapport au club, à l’entraîneur Alain Casanova et à sa philosophie de jeu, avec un beau football, basé sur la possession.

Que pensez-vous de votre début de saison ?

Cela a été un peu difficile, au début. Lors des deux premiers matchs – défaite à Marseille (4-0), succès contre Bordeaux (2-1) – je n’étais pas dans le rythme, pas habitué à la Ligue 1 et ça s’est vu. Mais à partir du troisième, contre Nîmes (1-0), je pense qu’on a pu voir ce que j’étais capable d’apporter à l’équipe.

La L1 est-elle vraiment différente de l’Eredivisie, son équivalent néerlandais ?

Oui, c’est beaucoup plus physique. Les joueurs de Ligue 1 sont très costauds, très grands, et le jeu est souvent plus rapide. Choisir la France est aussi une manière de prouver qu’on peut jouer au foot dans un championnat comme celui-ci en étant de petite taille.

Jusqu’où peut aller le TFC cette saison ?

Nous avons très bien commencé. Ceci dit, il y a beaucoup de nouveaux joueurs, un nouvel entraîneur. Nous perdrons certainement des matchs, mais avec notre attitude et notre façon de jouer, je crois qu’on va procurer beaucoup de plaisir aux supporters. J’espère vraiment qu’on leur donnera de la joie.

Sur un plan personnel, vous avez déjà beaucoup bougé. Après vous avoir recruté au Sporting Gijon, Manchester City vous a tour à tour prêté au Deportivo Alavés, au NAC Breda et maintenant au TFC…

Avoir 20 ans et avoir connu quatre pays différents, quatre championnats, c’est compliqué. C’est pour cela que les deux premiers matchs de L1 ont été difficiles. J’ai même été surpris de retrouver en partie mon niveau dès le troisième. Je pensais que j’aurais besoin d’un peu plus de temps.

City a l’habitude de procéder ainsi avec ses jeunes…

Oui, mais le club s’occupe beaucoup de nous. Des représentants de City viennent me voir, je sais qu’ils regardent tous mes matchs. Ils sont très attentifs. J’ai toujours la sensation d’être proche du club. Pour un joueur prêté, c’est très agréable.

Qu’avez-vous appris à Manchester ?

Le championnat anglais m’a toujours plu. Tu mûris beaucoup. Tu quittes ta famille très jeune, tu es loin de ton pays, tu apprends une autre culture, d’autres langues, une autre manière de voir le monde…

Après avoir autant bougé, vous aimeriez vous fixer quelque part ?

Bien sûr. Je crois que c’est le moment de montrer ce dont je suis capable, et qu’un club m’offre cette stabilité. On verra si c’est à Manchester (son contrat avec City court jusqu’en juin 2020), à Toulouse ou ailleurs.

Plus jeune, aviez-vous une idole ?

Pas une en particulier. Mais j’ai eu la chance de grandir avec beaucoup de joueurs espagnols de mon style comme Xavi, Iniesta, Isco ou David Silva, des milieux de terrain de petite taille. J’ai toujours essayé de prendre des choses de chacun, mais aussi d’autres grands joueurs comme Zidane.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES