Menu

Fil de navigation

Recherche

A.T. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

C'était annoncé par la direction du club, le TFC devait alléger son effectif avant la saison 2019-2020. Un mois et demi après l'ouverture de la saison des transferts, force est de constater que les dirigeants ont tenu parole. Alors que le club comptait près de 40 jou-eurs professionnels (38 précisément) dans son effectif au 11 juin dernier, les Violets sont désormais 7 de moins. Comme les supporters pouvaient s'y attendre, Christopher Jullien a posé ses valises outre-Manche, du côté du Celtic Glasgow, en échange d'un montant non négligeable (8M€). Comme lui, de nombreux joueurs en fin de contrat ont plié bagages.

Certains avaient des envies d'ailleurs (Moubandjé), d'autres n'ont pas réussi à se mettre d'accord avec les dirigeants toulousains malgré leur volonté de poursuivre l'aventure sur les bords de Garonne (Cahuzac, Durmaz).

Le staff haut-garonnais a aussi fait comprendre à certains joueurs que le bateau TFC allait continuer de naviguer sans eux : Vidal (fin de contrat), Bodiger (parti à Cadix), Pi (Caen), Mubele (Astana), Michelin (Lens), El Mokeddem (Laval).

Enfin, des éléments prêtés l'année passée n'ont pas remis les pieds au Stadium et sont restés dans leur club. C'est le cas d'Andy Delort chez le voisin montpelliérain, Steven Fortes à Lens ou Alexis Blin à Amiens. Manu Garcia est de son côté retourné à City avant de s'engager en D2 espagnole.


Bloch sera numéro 3

Le club téféciste s'est tout de même activé du côté des arrivées. Cinq joueurs sont venus compléter les rangs et aucun poste n'a été oublié. Makengo (prêté par Nice) et Vainqueur (prêté par Antalyaspor) viennent muscler le milieu de terrain tandis que le grec Koulouris a pour but de peser en attaque. Derrière, le TFC vient d'enregistrer la signature pour 4 ans du défenseur uruguayen Agustin Rogel qui aura la lourde charge de succéder à Chris Jullien à côté de Gen Shoji. Enfin dans les buts, le jeune gardien Florentin Bloch (19 ans) vient de débarquer en provenance de Tours. Ce dernier a signé un contrat de 3 ans et occupera le poste de numéro 3.

Et ça devrait encore s'affoler dans les bureaux de la cellule de recrutement. Un autre défenseur central, plus expérimenté, pourrait compléter l'effectif tandis qu'un attaquant devrait s'engager en cas de départ devant (Gradel, Sanogo).

Cela pourrait être Wesley Saïd (Dijon), qui a tapé dans l'œil d'Olivier Sadran même si les dirigeants du DFCO se montrent gourmands (8M€). Par ailleurs, la piste menant à Silas Wamangituka demeure d'actualité. Arribagé and Co restent à pied d'œuvre.


Rogel, la surprise sud-américaine

Un colosse de 21 ans a rejoint le groupe toulousain à Navata. On attendait un défenseur central expérimenté, rompu aux joutes physiques de la Ligue 1 et c'est un illustre inconnu, Agustin Rogel, qui a été dégoté par la cellule de recrutement toulousaine contre 2,50 M€. Débarqué en provenance du Krylia Sovetov de Samara, un club russe de seconde zone, le grand défenseur uruguayen (1,90 m) a signé pour 4 ans et sera le pendant gauche de l'axe toulousain, au côté du Japonais Gen Shoji.

Mais alors, que vaut vraiment le natif de Montevideo ? C'est au Nacional, illustre club de la capitale uruguayenne, qu'Agustin Rogel a fait ses premières armes. De bonnes performances qui lui ont permis d'être sélectionné chez les moins de 20 ans de la Céleste (18 matchs, 1 but). Son passage au Nacional va cependant mal se terminer. La faute à un huitième de finale cauchemardesque en Copa Libartores (la Ligue des champions sud-américaine). Un but contre son camp, un penalty provoqué : Agustin a été jugé responsable de l'élimination de son club et a été cloué au pilori par les supporters.

Le banni de Montevideo prend alors la direction de la Russie en août dernier. «C'est un joueur au physique important, il s'impose facilement dans la surface», détaille Vincent Tanguy, suiveur assidu de la Liga russe. Après 16 matchs disputés, le jeune stoppeur a laissé une bonne image chez les supporters même si certains lui reprochent son indiscipline (voir encadré). «Il a une très grosse marge de progression, explique Jérôme Lecigne de Lucarne Opposée. Il est très bon de la tête et dans ses relances mais il a beaucoup de mal quand le jeu s'accélère dans son dos ou face à des joueurs techniques balle au pied.»

L'Uruguayen devra se mettre au diapason de la L1. Pour Jérome Lecigne, aficionado du ballon rond au pays de Pepe Mujica, le TFC a joué intelligemment le coup pour ce joueur. «En général, les jeunes d'Amérique du Sud viennent en France pour un prêt d'un an. Le faire signer 4 ans, c'est très bien vu.»

Rogel est le quatrième Uruguayen à porter le maillot violet après Gorki Silvetti (1946-47), Adrian Gunino (2010-11) et Mauro Goicoechea. Dans l'axe de la défense, il tentera d'imiter celui qu'il considère comme son modèle : le stoppeur intraitable de la Céleste Diego Godin.


Attention aux cartons !

Sept jaunes, deux rouges, le tout en seize matchs de championnat russe l'an passé. Qu'on se le dise, l'Uruguayen a des stats à faire pâlir Cyril Rool. S'il n'est pas vraiment agressif (dans le mauvais sens du terme) sur le terrain, Rogel a cependant tendance à commettre des fautes lorsqu'il est dépassé en vitesse. Un défaut qu'il devra corriger… Pas sûr que les arbitres français soient plus indulgents que leurs homologues russes.

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES