Menu

Fil de navigation

Recherche

Pa. Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Vingt-neuf degrés. C'est la température prévue au coup d'envoi dans la cuvette stéphanoise. Au propre comme au figuré. Leur entraîneur l'annonce, les Toulousains s'apprêtent à souffrir et suer à grosses gouttes : «Je m'attends à un gros match, dixit Alain Casanova, les Verts sont dans une position délicate (4 points).» Traduire, ils ont besoin de capitaliser. Rapidement. «Après s'être déplacés 3 fois en 4 rencontres, tient à préciser le technicien des Violets – en plus à Lille et, lors de la dernière journée, à Marseille où ils ont montré des choses intéressantes.»

«Nous allons affronter une équipe très déterminée, continue Casa. Elle sort d'une saison majesté où elle a terminé 4e du championnat en affichant beaucoup de qualités dans le jeu et en s'appuyant sur la 3e défense de L1 (41 buts contre). Individuellement solide, collectivement costaude.»

En attendant, le Toulouse Football-Club a quasiment le double d'unités de plus au compteur (7pts) ! «C'est correct sur le plan comptable mais pas suffisant au niveau du jeu, relativise le coach auvergnat. Non, répète-t-il, notre début est certes pas mal mais de là à se taper sur le ventre et se dire On est partis pour réaliser une grande saison…»


Exigence et constance, rime demandée

Alors, quel visage va arborer et quels résultats va décrocher sa joyeuse troupe dans les semaines à venir ? «Je ne suis pas devin, sourit-il. En foot, on ne peut jamais rien garantir. Puis il nous reste beaucoup de progrès à accomplir que ce soit derrière ou devant. Le potentiel est là, le plus dur est de l'exprimer. D'élever son exigence et de gagner en constance.»

En chiffres, pour parler clairement, les Haut-Garonnais accusent un goal-average de -1 : ils ont marqué 4 buts et en ont encaissé 5. Un solde négatif à relativiser en raison du, seul, déplacement au Parc (0-4, 3eJ).

Autrement formulé, en dehors de son naufrage porte d'Auteuil l'arrière-garde téféciste n'a cédé qu'à 1 seule reprise, lors de l'ouverture du bal à Brest (1-1, 1reJ). Tout en sachant qu'elle n'a jusqu'à présent jamais pu aligner sa charnière type ; en l'espèce, le Japonais Shoji associé à l'Uruguayen Rogel ou au dernier arrivant Isimat-Mirin. Bilan plutôt encourageant quand même, donc. Après, ressasse à l'envi Casanova, la vérité d'un match…


Remember avril dernier…

L'on se souvient sans forcer de l'entame «cata» des Toulousains lors de leur visite du Chaudron l'exercice passé (lire ci-contre) où l'affaire fut pliée après 9min et un doublé de Beric. «Cette fois, plaisante ''AC'', on ne devra pas louper les 95 premières minutes.»

«On sait que c'est une des plus belles enceintes, une des plus fameuses ambiances, que le public n'arrête de pousser ses protégés. N'empêche, avance Alain Casanova, je ne veux pas croire que nous ne serons pas autant mobilisés que nos adversaires afin ne pas revenir bredouilles.»


L'enfer vert promis aux Violets

Justement, de quel bois se chauffera le camp d'en-face ? «Nous allons tout faire pour l'emporter, répond l'entraîneur de l'ASSE Ghislain Printant. Il s'agira de mettre cette équipe de Toulouse sous pression et sur le reculoir.» De l'enthousiasme, du mouvement, de la verticalité promet encore l'ancien adjoint de Jean-Louis Gasset qui devant la presse a dégainé un autre triptyque : pain quotidien de la Ligue 1, ferveur de Geoffroy-Guichard et importance du maillot vert pour le peuple stéphanois. «On va mettre les ingrédients nécessaires» résume d'un trait le latéral ou piston droit Mathieu Debuchy.

«Il ne sera pas question d'être timorés, renchérit le tacticien violet. Au contraire, soyons capables de faire ce que l'on sait faire et attachons-nous à bien le faire.»

Du son à l'image, Casanova rembobine les 4 réalisations de sa formation : «Sur l'égalisation au Stade Brestois il y a une jolie montée côté gauche de Sylla ; le but-vainqueur face à Dijon résulte d'une offrande de Koulouris ; contre Amiens, bonne récupération d'Amian puis action altruiste de Gradel.»

Toulouse reçu 4 sur 4, le compte est bon. Rendez-vous dans le Chaudron, à l'heure du thé, pour relever la prochaine copie et distribuer les points.


Amian, déjà centenaire

« La référence Guy Roux prétend qu'un joueur devient professionnel quand il a joué 100 matchs. Alors pour notre Pitchoun, se réjouit Casanova, à 21 ans c'est fort.» Si on ne tient pas compte du barrage retour fin d'exercice 2017-2018, le défenseur Kelvin Amian fêtera tout à l'heure sa 100e rencontre sous la tunique de son club formateur, Toulouse. Dans le détail : 94 matchs de L1 + 3 en Coupe de la Ligue et 2 en Coupe de France.


Le mercato malin des Verts

Un voyage à travers l'Europe, ça se prépare. Alors, après une prometteuse quatrième place acquise en fin de saison dernière (longtemps, les Verts se sont même pris à rêver de Ligue des champions, finalement attrapée par le voisin lyonnais), la cellule de recrutement stéphanoise a travaillé tout l'été pour offrir à l'ASSE une équipe autant capable de réitérer la performance en Ligue 1 que d'honorer le blason vert sur les terrains de la Gantoise, d'Oleksandria et de Wolfsburg. Résultat, Ghislain Printant a vu pas moins de neuf nouveaux joueurs débarquer au centre de l'étrat : Sissoko, Moukoudi, Palencia, Youssouf, Bouanga, Boudebouz, Aholou, Trauco et Cabaye ; sans compter les jolis coups Kolodziejczak, à nouveau prêté par les Tigres de Monterrey, et Saliba, vendu à Arsenal pour 30 millions d'euros et récupéré par les Verts dans la foulée, également sous forme de prêt. Des signatures qui portent la patte David Wantier, responsable du recrutement stéphanois, qui a bouclé un mercato sans fausse note et largement salué en France.

D'abord sur le plan sportif, puisqu'en recrutant presque uniquement des éléments connaissant la Ligue 1, Saint-étienne s'est assuré de pouvoir disposer rapidement d'un onze compétitif. Dès la première journée, Printant a aligné cinq recrues lors de la victoire à Dijon (2-1) : Moukoudi, Trauco, Aholou (qui avait marqué), Bouanga et Boudebouz. Et si les résultats n'ont pas vraiment parlé pour les Verts depuis (pas aidés par leur calendrier), ces hommes se sont largement intégrés à l'effectif.


Gestion exemplaire

Surtout, ce mercato estival est venu valider la politique sportive stéphanoise, qui cherche à s'appuyer sur des valeurs sûres plus que sur des paris risqués. En bref, aux antipodes des visions court-termistes qui se développent de plus en plus en France, à Monaco, Lille ou Nice. Cet été, Saint-étienne a ainsi dépensé 13 millions d'euros (source Transfermarkt, seuls 7 clubs de Ligue 1 ont fait moins) et présente un excédent de plus de 30 millions. à titre de comparaison, le TFC, qui était opposé à Saint-étienne en finale de la dernière coupe Gambardella, a dépensé 13,5 millions d'euros.


Shoji absent

Jugé par le staff technique encore un peu juste (il n'a que deux semaines d'entraînement collectif derrière lui), le central nippon Gen Shoji n'a pas été convoqué hier soir par Alain Casanova dans le groupe des «18». Rappelons que, victime d'une déchirure aux ischio-jambiers droits lors du dernier match de préparation le 3 août à Norwich, la recrue hivernale n'a de ce fait toujours pas officiellement démarré sa saison.


Deux numéros un en tête de liste

Stéphane Ruffier

Le grand neuf. âgé de 32 ans (1m88-93kg), l'impressionnant N°1 de l'ASSE entame sa 9e saison dans le Forez – où, malgré 2 revers, il évolue à son niveau. Confer sa production face à Brest.

 

Ses stats 2019-2020.

- 10 ballons captés et 9 détournés.


Le chiffre : zéro.

- Le dernier rempart des Verts n'a jamais encaissé un penalty de la part de Toulouse. Les trois tentatives violettes (jusqu'à présent) se sont soldées par autant de «stops» pour Ruffier. On se souvient de la dernière, au mois d'avril, signée Gradel.


Ce qu'en pense élie Baup*

:« Stéphane, c'est la régularité incarnée. Et ça dure maintenant depuis, allez, une bonne dizaine d'années. C'est l'efficacité, la solidité, la sobriété – jamais un geste superflu. Il a une grande présence, notamment sur sa ligne avec des arrêts réflexes étonnants ainsi que dans ses 5m50 où il apparaît clairement comme le patron. Il est également très ''sécure'' dans les prises de balle aériennes même s'il ne s'aventure pas trop loin. Idem en ce qui concerne son jeu au pied : il ne cherche pas la petite bête, si je puis dire, il prend zéro risque parce qu'il allonge avant tout. Le jeu au pied, justement, avec les relances qu'on peut demander aux goals modernes, ce n'est pas sa priorité. Après, le seul bémol pour lui, c'est qu'en équipe de France il est tombé dans la même génération que Lloris et Mandanda… »

(*) Ancien gardien de but amateur, entraîneur du TFC entre 2006 et 2008 ; consultant sur beIN SPORTS où il est l'œil de la Ligue 1.


Baptise Reynet

Le jour et la nuit : entre une fin de première année au TFC en eau de boudin – sur le banc puis blessé – et un début de parcours où il recense déjà 2 «clean-sheet» (cage inviolée). à 28 ans (1m85-90kg), l'ancien Dijonnais est reparti sur de bonnes bases.


Ses stats 2019-2020.

- 18 arrêts. C'est le record du championnat, après 4 matchs : oui, cette saison, aucun gardien n'a fait mieux.


Le chiffre : 100 %.

- Deux pénos contre, deux parades. Les mêmes au demeurant (à 50cm du sol sur sa droite) : la première journée à Brest mettant en échec Charbonnier, la troisième à Paris stoppant le tir de Di Maria. CQFD.


Ce qu'en pense élie Baup

:«à l'instar de son homologue stéphanois, Baptiste a mordu à pleines dents dans cette nouvelle page blanche. On le sent heureux ; preuve qu'il a mis à profit l'intersaison pour se laver la tête en quelque sorte après un exercice cahin-caha en résumé. Il est en confiance, ça se voit dans son jeu de relance. Casa l'a fait venir pour ça : ressortir les ballons proprement, repartir de derrière, avoir un football de possession quoi. Mine de rien, cet aspect du jeu revêt encore davantage d'importance cette année avec la nouvelle réglementation qui stipule que sur les renvois la balle n'a plus besoin de sortir de la surface pour être jouée. Pour lui aussi en cet été indien, tous les clignotants sont au vert. Toujours pareil : reste à confirmer sur la durée. »

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES