Menu

Fil de navigation

Recherche

Arthur Tirat, Julien Carrere pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

« On va en Ligue 2, on va en Ligue 2 », scandaient les supporters toulousains, quelques minutes avant la fin de la rencontre, hier soir au Stadium. Et comment leur donner tort tant la série que réalisent actuellement les Téfécistes est inquiétante. Six défaites lors des six derniers matchs de Ligue 1. Ce sur-place est d’autant plus préoccupant que les rencontres se suivent et se ressemblent.

 

Hier soir encore, face à une équipe de Monaco, certes supérieures mais pas intouchable, les Violets ont offert deux buts sur deux erreurs défensives.

Coupable sur les deux situations, le jeune Mathieu Gonçalves, titularisé dans l’axe gauche de la défense a sans doute passé une mauvaise nuit. Ressassant dans son sommeil son erreur d’appréciation en tout début de match qui a vu le défenseur de 18 ans faucher le virevoltant Augustin (3). Applaudi par les Indians, Ben Yedder s’est chargé d’inscrire son dixième but de la saison, et s’est même gardé de le célébrer.

Deuxième erreur du soir pour Gonçalves, son attitude sur un centre de Ben Yedder (encore lui). Les pieds vissés au sol, il se laisse passer devant par un Gelson Martins opportuniste qui ne s’est pas fait prier pour convertir l’offrande.


Fautes techniques, imprécisions…

Pourtant, si l’on se concentre sur le contenu, les joueurs d’Antoine Kombouaré pourront – une nouvelle fois – nourrir des regrets. Loin d’être assommés après l’ouverture du score de l’ancien chouchou du Stadium, les Toulousains sont parfaitement restés dans le match. Avec un Vainqueur au diapason, et un Boisgard très actif sur le côté droit, les Violets se sont montrés pressants devant le but de Lecomte.

Malheureusement, que pouvaient-ils espérer au vu du nombre incalculable de ballons perdus dans les 30 derniers mètres. Des fautes techniques, d’innombrables imprécisions qu’il est indispensable de gommer si les joueurs ont l’intention de se sortir de cette situation alarmante.

Malgré cela, la bonne volonté des intentions haut-garonnaises a fini par payer. Après un beau mouvement côté droit, Gradel est lancé dans la surface par Dossevi. Le capitaine est fauché par-derrière par Ballo Touré : penalty (38). La panthère Sanogo en profite pour inscrire son troisième but de la saison (40) et permet au Tef de rentrer au vestiaire à égalité (1-1).

La deuxième mi-temps sera de même facture que la première : malgré quelques belles actions, les Violets ont été incapables de scorer. La preuve par l’exemple : un excellent mouvement à trois initié par Boisgard et Dossevi sur le côté droit. À une touche les deux hommes sollicitent Gradel qui remet à Boisgard dans la surface. Idéalement placé, ce dernier choisit… de remettre en retrait (56). À l’image de cette action, les Toulousains n’ont pas assez tenté leur chance pour espérer repartir du Stadium avec un résultat. À l’inverse de Monaco qui a fini par concrétiser sa domination en fin de partie (84).

Le manque de confiance des Violets commence à coûter cher, et il ne faudrait pas qu’en mai, ces points lâchés en cours de route viennent à manquer.


La mauvaise série continue pour les hommes de Kombouaré, incapables d’inscrire le moindre point depuis la mi-octobre. Hier soir, face à Monaco, les Violets se sont encore inclinés (1-2).

Face à une équipe supérieure mais pas intouchable, les Violets ont offert deux buts

Après avoir inscrit son penalty dès la 5e minute, Wissam Ben Yedder lève le bras en direction des tribunes, comme pour s’excuser. Au même moment, des applaudissements descendent des travées du stade.

Les supporters toulousains avaient coché ce rendez-vous depuis longtemps. Le retour au Stadium de l’ancien buteur maison qui a porté les couleurs violettes entre 2010 et 2016 a été fêté comme il se doit.

« 174 matchs, 71 buts marqués et des centaines de côtes cassées… Wissam, prince du Stadium pour l’éternité », tel est le message déployé par les Indians pour fêter le retour de l’enfant prodige. Ce dernier est même venu échanger avec le kop en fin de match… Qu’importe son maillot, le Stadium reste son jardin.

 

Kombouaré : « On n’est pas fier »

Touché après la sixième défaite consécutive du TFC en championnat, hier soir face à Monaco (1-2), l’entraîneur toulousain accuse le coup mais ne veut pas baisser les bras pour autant.

Antoine, quel est votre sentiment après cette défaite ?

Le scénario du match a été compliqué avec ce penalty encaissé très vite (3e minute, NDLR) mais j’ai aimé la réaction des joueurs. On a égalisé logiquement (penalty de Sanogo à la 40e, NDLR). Malheureusement, on a souffert en deuxième mi-temps : Monaco a dominé les débats et c’est dommage que nous n’ayons pas réussi à tenir ce match nul. On doit mieux défendre.

C’est la sixième défaite consécutive du TFC. Comment vivez-vous cette série noire ?

C’est la première fois que cela m’arrive. Il paraît qu’il faut tout vivre dans une vie. On n’est pas fier, on a même très honte. Ce qui nous laisse de l’espoir, c’est qu’il reste encore beaucoup de points en jeu et que nos adversaires n’avancent pas plus que nous : la dix-huitième place (barragiste, actuellement occupée par Metz, NDLR) est à trois points.

Comment comptez-vous remobiliser vos joueurs ?

Là, je n’ai rien dit dans le vestiaire, j’ai préféré les laisser réfléchir. J’ai senti les joueurs abattus et c’est normal. Monaco marque à la 83e minute et ça fait forcément mal. Il va falloir digérer et repartir au combat ensuite car on a un match à Strasbourg samedi.

Les supporters ont chanté « On est en Ligue 2, on est en Ligue 2 ! » Qu’avez-vous à leur répondre ?

Je n’ai pas à commenter ça. Ils ont raison. On est tellement déçu de notre travail. On est déçu pour eux. Ils expriment leur mécontentement, leur frustration et leur colère et c’est leur droit. Nous, on a juste à travailler pour vite retrouver le sourire et redonner des couleurs à ce club. Pour leur faire plaisir.

Comment le président Olivier Sadran vit-il la situation actuelle ?

Il nous soutient, nous encourage et il est à fond derrière nous. Maintenant, ce n’est ni le président, ni les supporters qui vont trouver les solutions. C’est mon boulot, à moi et à mon staff.

 

31

buts > encaissés. par la défense de Toulouse depuis le début de la saison. Le TFC possède la plus mauvaise défense de Ligue1 après 16 journées de championnat. Le pire total du club depuis 1950.

« Nous avons fait le job mais nous n’avons pas réalisé un match extraordinaire. Ce succès à l’extérieur, j’espère que ce sera un tournant dans notre saison […] Quant au TFC, il possède l’effectif pour s’en sortir. »

 

Wissam Ben Yedder, attaquant de l’AS Monaco

hommage > à Ben Yedder. Applaudi par son ancien public après avoir ouvert le score sur penalty, Wissam Ben Yedder n’a pas souhaité fêter son but. Troisième meilleur buteur de l’histoire du TFC, l’international français a ensuite eu droit à sa banderole déployée dans le virage Brice Taton : « 71 buts marqués en 174 matchs et des centaines de côtes cassées, Wissam prince du Stadium pour l’éternité ».

trois > ex-Monégasques. Trois joueurs de l’effectif actuel du TFC ont également porté le maillot de Monaco : le défenseur central Nicolas Isimat-Mirin (11 matches), le milieu de terrain William Vainqueur (4) et l’attaquant Corentin Jean (5 matches et 1 but). Les deux premiers étaient titulaires au contraire du troisième qui est rentré en jeu à sept minutes de la fin.

coup d’envoi > par Sacha. Atteint du syndrome de « Little » et accroché à son rêve de courir comme tous les enfants de son âge, Sacha, 7 ans, a donné le coup d’envoi de la rencontre hier soir. Vous pouvez contribuer à le soutenir via l’association « le Dessein de Sacha ». Des dons sont nécessaires pour une opération prévue aux Etats-Unis en juin prochain (voir La Dépêche du 9 novembre).

retour > de Sanogo. Malade et absent lors de la dernière défaite à Nantes, dimanche dernier, l’attaquant Yaya Sanogo était de retour face à Monaco. Il en a profité pour inscrire son troisième but depuis le début du championnat, soit déjà autant que la saison dernière. Pas suffisant toutefois pour éviter une nouvelle déconvenue.

 

Le drôle de lapsus de Ben Yedder à la fin du match

La langue de l'attaquant de Monaco a fourché, ce mercredi soir, lors de l'interview du match perdu par le TFC au Stadium de Toulouse.

Toulousain un jour, Toulousain toujours. L'ancien joueur du TFC, Wissam Ben Yedder revenait au Stadium, ce mercredi soir, avec son nouveau club de Monaco. Mais lors de l'interview d'après match, il s'est quelque peu emmêlé les pinceaux.

Interrogé sur la situation du TFC, dernier de Ligue 1, il a semblé avoir oublié qu'il portait désormais un autre maillot. "On est encore en début de saison, on ne peut pas juger, même si c’est compliqué. On est 20ème, il va falloir batailler."

Avant de se reprendre : "Je ne m’inquiète pas pour eux. Ils ont l’effectif pour se maintenir. Je le souhaite de tout mon cœur.” Un joli lapsus qui vient couronner une soirée de fête.

Après avoir inscrit un penalty dès la 5e minute, l'attaquant a levé le bras en direction des tribunes, comme pour s’excuser. Au même moment, des applaudissements sont descendus des travées pour le féliciter de son but.

Les supporters toulousains avaient coché ce rendez-vous depuis longtemps. Et le retour au Stadium de l’ancien buteur maison qui a porté les couleurs violettes entre 2010 et 2016 a été fêté comme il se doit.

« 174 matchs, 71 buts marqués et des centaines de côtes cassées… Wissam, prince du Stadium pour l’éternité», tel est le message déployé par les Indians pour fêter le retour de l’enfant prodige.

L'ancien toulousain est d'ailleurs venu saluer et échanger quelques mots avec le kop en fin de match. Peu importe son maillot, le Stadium reste son jardin.
Arthur Tirat

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES