Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère et Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Toulouse affronte Nantes ce soir à 20 h 45 pour le premier de deux matchs de barrage qui décideront de qui aura le droit de jouer en Ligue 1 la saison prochaine.

Il faut parfois savoir partir pour mieux revenir. Et ce soir, enfin, on y est. Un an après l’avoir quittée, le TFC peut retrouver l’élite du foot français, au terme de 180 minutes à quitte ou double face à un monument encore en péril, le FC Nantes.


Retrouver une identité

À bout de souffle après une vingtaine d’années de présidence d’Olivier Sadran, qui lui aussi avait su rebâtir un club tombé dans les abîmes, Toulouse avait besoin d’un nouveau cycle. Celui-ci est américain, et c’est une partie du projet de RedBird Capital Partners porté par le président Damien Comolli qui sera jugé entre ce soir et dimanche. Si le TFC réussit, l’objectif affiché dès le début de saison sera atteint, et tout le travail effectué sera validé.« J’avais rarement vu un club aussi traumatisé » rappelait encore Patrice Garande hier, en se remémorant son arrivée au TFC l’été dernier. « Mais le fait qu’il y ait de nouveaux propriétaires, un nouveau président, une nouvelle façon de faire, ça a été un motif d’espoir. Après, il fallait le concrétiser sur le terrain. »

Pour l’ex entraîneur de Caen, appelé sur les bords de Garonne afin de faire prendre la mayonnaise entre jeunes pousses du centre de formation et recrues plus expérimentées, l’une des missions était aussi de faire adhérer des supporters déçus à un projet, à une « identité et des valeurs », comme il le dit lui-même.« Et aujourd’hui mon sentiment, c’est qu’il y a une connexion entre l’équipe et les supporters. Ils sont heureux, parce qu’ils voient une équipe qui joue, qui entreprend, qui va vers l’avant. C’est peut-être ma plus grande fierté dans cette saison. On me dit, quand on vous regarde jouer, on sait tout de suite que c’est Toulouse. »


« Je pense que la clé, c’est de marquer des buts »

Après un an à redorer le blason toulousain et façonner cette fameuse identité, pas question de se renier au moment de monter la dernière marche. Meilleure attaque de Ligue 2 (71 buts), le TFC voudra attaquer. « Tout le monde pense que la clé, avec l’importance des buts à l’extérieur, c’est de ne pas en prendre. Moi, je pense que c’est d’en marquer » affirme Garande, qui connaît également le revers de la médaille de sa force offensive : le TFC a encaissé 42 buts cette saison, soit 17 de plus que le deuxième, Clermont. « Il faudra être très disciplinés sur le plan défensif, ne commettre aucune erreur. Car la différence entre une équipe de Ligue 1 et une de Ligue 2, elle est là : sur cinq ballons perdus en L2, vous prenez deux buts ; en Ligue 1, vous en prenez quatre. »
Pour Toulouse, le temps n’est plus à l’apprentissage, mais à retrouver le fil de son histoire. Parce que maintenant, le plus important, c’est de reconquérir la place qui est la sienne. En Ligue 1.

Les compositions probables :

Toulouse FC : Dupé - Moreira, Amian, Dewaest, Gabrielsen (c), Machado - Dejaegere, Spierings, Koné - Adli, Healey./ Entraîneur : Patrice Garande

FC Nantes : Lafont - Corchia, Girotto, Pallois, Traoré - Blas, Louza, Chirivella, Simon - Coulibaly, Kolo Muani./ Entraîneur : Antoine Kombouaré


Le facteur Yves

C’était il y a moins de quatre mois. Yves Bertucci, alors adjoint de Patrice Garande, suivait encore les matchs du TFC depuis la tribune de presse, au côté de l’analyste vidéo, Aurélien Dubearn. Il y a moins de quatre mois donc, Yves Bertucci était au cœur du système Garande. Survêtement du Tef sur le dos, il décryptait le jeu des adversaires des Violets et analysait les performances de ses joueurs, tout en les accompagnant au quotidien lors des séances d’entraînement. Aujourd’hui pourtant, c’est avec une veste et un pantalon aux couleurs jaunes que l’ancien adjoint fera son retour au Stadium.

Alors qu’il avait rejoint le TFC en octobre 2019, dans le sillage d’Antoine Kombouaré, Yves Bertucci a mis fin à son aventure toulousaine au mois de février pour retrouver le coach kanak du côté de Nantes.
Interrogé à ce sujet, Patrice Garande a assuré qu’il n’allait pas changer ses plans parce qu’Yves se trouvait de l’autre côté.


« De précieuses informations… »

« Yves, il est venu là, je lui ai expliqué mes principes de jeu, tout ça. Mais je ne vais pas changer mes plans parce qu’il a passé quatre mois avec nous (sept mois en réalité, NDLR). »
Pour Garande, grâce à la vidéo, « tout le monde sait tout sur tout le monde. Mais s’il suffisait de regarder un adversaire à la vidéo pour pouvoir le battre… Ce n’est vraiment pas quelque chose qui m’inquiète. »

Du côté des Canaris, Antoine Kombouaré a quand même indiqué qu’Yves Bertucci lui avait donné « de précieuses informations ». Ces dernières seront-elles utiles dès ce soir ? La réponse sur le pré.

 

Dennis Appiah, des Pradettes à la Beaujoire

Né à Toulouse, le défenseur du FC Nantes, qui a disputé la Ligue des champions, a grandi et joué aux Pradettes, et à Toulouse Fontaines.

Ce soir, le cœur des Pradettes battra un peu plus fort qu’à l’accoutumée. À quelques kilomètres, c’est un enfant du quartier qui reviendra chez lui ou presque, sur la pelouse du Stadium, pour disputer le barrage. Né à Toulouse, le défenseur Dennis Appiah (28 ans) a poussé ses premiers ballons à six ans à la JS Toulouse Pradettes, où dès les débutants, son éducateur André Dumazeau repère «un garçon phénoménal.» En U11, c’est Jean-Jacques Mailhos qui l’entraîne : « Pour son âge, il avait une intelligence de jeu particulièrement développée, il pensait ’’collectif’’. Il était aussi très doué techniquement.»

Un potentiel exceptionnel doublé d’un état d’esprit remarquable, qui poussent les éducateurs des Pradettes à solliciter le TFC pour venir jeter un œil à la pépite. « Jean-Jacques avait essayé de les convaincre, mais à cette époque, ils ne s’intéressaient pas aux équipes de quartiers » regrette André Dumazeau. Finalement, alors que Dennis Appiah aura continué son apprentissage du côté du Toulouse Fontaines et du pôle espoirs de Castelmaurou, les Violets approchent enfin le Franco-ghanéen. « Mais honnêtement, la proposition du TFC n’était pas très propre, il ne lui offrait presque rien », se rappelle André Dumazeau. À côté, Monaco met le paquet. Le club offre un aller-retour en avion sur le Rocher au jeune Dennis, qui revient avec la panoplie complète des équipements blanc et rouge et des étoiles plein les yeux.


À Caen avec Patrice Garande

La décision est prise. Ce sera Monaco, avec qui il remporte la Gambardella en 2011 et démarre en pro dans la foulée. En 2013, son chemin le conduit à Caen, où il retrouve un certain... Patrice Garande. « C’est un gamin que j’adore, sourit l’entraîneur toulousain. Quand il est arrivé, il a eu une progression incroyable. À l’époque j’avais Appiah d’un côté, Imorou de l’autre, pour moi c’était... Ils étaient incroyables. Dennis c’est un garçon adorable. Il a longtemps été en dedans, il avait besoin d’un déclic qu’il a trouvé chez nous. C’est un professionnel, un mec avec qui on a jamais de problème.» Même louanges du côté de ceux qui l’ont vu grandir aux Pradettes : «C’était un gamin sérieux, toujours un bonjour, apprécie André Dumazeau. Et en grandissant, il est resté comme ça. Ce n’est pas avec lui que l’on pouvait sortir en boîte de nuit !»


« Ce sera particulier »

Après avoir passé trois saisons à Caen (une en Ligue 2, l’autre en Ligue 1), le latéral s’engage avec Anderlecht, où il découvrira notamment la Ligue des champions, avant de signer au FC Nantes en 2019.
Évidemment, ce soir sera un « soir particulier » pour Dennis Appiah, comme il l’a confié au quotidien Ouest France. «Le fait de jouer contre un ancien entraîneur le sera aussi. Mais je vais mettre tout ça de côté», a-t-il juré. Chez Patrice Garande, l’histoire est à peu près la même : «Evidemment, ça va me faire plaisir de le revoir, mais ça va s’arrêter là, pose le coach avant de revenir à ce qui l’occupe réellement : « Il a des qualités, mais il a quelques faiblesses aussi, et je les connais !»

À priori, l’ex coach de Caen n’aura pas à les exploiter ce soir, puisque Dennis Appiah devrait logiquement débuter la partie sur le banc des remplaçants. Mais peu importe, aux Pradettes, c’est tout un quartier qui sera fier.

 

2021 / 2022

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

2021/2022

EFFECTIF

2021/2022

SELECTIONS

2021/2022

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES