Menu

Fil de navigation

Recherche

Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Les visages étaient fermés mais loin d’être abattus. Il était environ 11 heures quand le groupe de Patrice Garande s’est réuni au centre du terrain d’entraînement. Janis Antiste en tête. Après la défaite de la veille, le mot d’ordre de Patrice Garande et de son staff était pourtant optimiste. "Je leur ai dit qu’ils gardent espoir…", déclarait l’entraîneur toulousain après la rencontre.

Hier avant le début de la séance, Patrice Garande a réuni tout le monde au centre du terrain. Son staff se tenait debout derrière lui, les vingt joueurs en face, attentifs. Pendant près de dix minutes, le coach toulousain a parlé à ses troupes, le ton calme, sans éclat de voix. Les regards étaient sérieux, moins de déconne que d’habitude. Plus que jamais les joueurs donnaient l’impression d’être à la mi-temps de cette double confrontation.

Le groupe s’est ensuite scindé en deux. Les titulaires de la veille sont allés courir pendant vingt bonnes minutes. À noter cependant l’absence de l’un d’entre eux. Steven Moreira n’a pas pris part à la séance, probablement ménagé.

Côté remplaçants, les neuf joueurs se sont contentés de plusieurs exercices ballon au pied, sans trop forcer. Il n’était pas question de fatiguer les organismes déjà éreintés par une saison longue de 45 matchs.


"On n’a pas été bons…"

Une séance courte de moins d’une heure mais énormément de discussions. Comme si le problème ne venait pas du jeu, mais plutôt de l’enjeu. Après la longue causerie de Garande, c’est ensuite Fabien Barthez qui s’est isolé pendant de très longues minutes avec le gardien Maxime Dupé. Le portier n’a pas sorti son meilleur match jeudi soir. En habitué des grands rendez-vous, Barthez lui a peut-être révélé ses secrets pour ne pas se laisser tétaniser par la tension d’un match important. Et le divin chauve sait de quoi il parle. "Il va nous amener sa résistance à la pression", disait de lui Garande, au moment de son arrivée.

Discussion aussi à la suite de la séance. Les joueurs ont aussi pris le temps d’échanger avec la petite dizaine de supporters présents. Ils se sont d’ailleurs montrés rassurants avec leurs aficionados. "Ça va le faire, on y croit", a lancé Kelvin Amian. Dans son sillage, Brecht Dejaegere, le poing serré : "Rien n’est perdu, ça va le faire sur le deuxième match".

Un peu plus tard c’est Sam Sanna qui a pris le temps de s’arrêter. Et son analyse clairvoyante a de quoi donner de l’espoir : "On n’a pas été bons et on arrive à faire 2-1. Alors si on est bons dimanche, il n’y a pas de raison que ça ne le fasse pas." Le montagnard voit juste. Ils n’ont plus qu’à être bons dimanche.

 

Quand un supporter offre de l'eau bénite à Sébastien Dewaest

Après la défaite du TFC lors du barrage aller face à Nantes (2-1), il faudra bien un miracle pour que les Violets remontent en Ligue 1.

C’est une scène qui prêtait à sourire. Mercredi 28 mai en fin de matinée, sur le parvis du Stadium, c’est un cadeau pour le moins inhabituel mais pas dénué de sens qui a été offert au défenseur du TFC Sébastien Dewaest.

Dorian Jaureguy, supporter inconditionnel du Tef habitant à Lourdes n’était pas venu à Toulouse les mains vides. Dans ses poches, deux fioles d’eau bénite issue directement de la grotte mystique de la cité mariale.

Le fan toulousain âgé d’une vingtaine d’années a choisi de les offrir au défenseur belge. D’abord surpris, l’homme aux cent tatouages a ensuite chaleureusement remercié le supporter : « En espérant que ça nous porte chance », a-t-il souri.

Cette eau provenant de la fameuse grotte de Massabielle fait partie des symboles de la mystique ville de Lourdes. On dit de ce liquide qu’il aurait des vertus miraculeuses. Ça tombe bien, car dimanche, le TFC ne dirait pas non à un petit miracle pour remonter en Ligue 1 sur la pelouse de Nantes.


Comolli et Garande ont déjà la leur

Dorian quant à lui, sait que c’est avant tout sur le terrain que se jouera la montée. Mais sait-on jamais, l’eau bénite ne peut pas faire de mal aux hommes de Garande.

Il raconte son geste : « J’en avais déjà apporté au club lors du match face à Caen pour qu'elles soient transmises à Garande et Comolli et on avait gagné 3-0. Comme il me restait deux petites fioles dans ma valise j’ai décidé de lui donner. Je me suis dit que ça pourrait nous porter chance », sourit-il. Les vertus de l’eau bénite n’ont plus qu’à faire effet.

 

Jacqui Teulières, ancien intendant du Toulouse FC : « En 2018, j’ai suivi le barrage retour depuis un bateau de croisière »

Il est l’une des mémoires vivantes du TFC. Jacqui Teulières, intendant historique du club entre 1986 et 2020 a tiré sa révérence l’été dernier, pour profiter d’un repos bien mérité. Il coule aujourd’hui des jours tranquilles avec son épouse Monique. Il faut dire qu’après 34 ans et autant de saisons au service du club toulousain, les deux inconditionnels du TFC n’ont pas vraiment eu le temps de profiter de leur maison et de leur jardin. Aujourd’hui donc, Jacqui et Monique profitent de leur temps libre. « On se balade beaucoup et on passe du bon temps à la maison. En ce moment on jardine et on prépare la piscine pour en profiter cet été avec nos enfants », détaille Jacqui en se délectant déjà des futurs barbecues prévus en famille.

Il faut dire que lors des trois dernières décennies, Jacqui et Monique n’avaient pas vraiment le temps de profiter pleinement de leur progéniture. « Lorsque nous étions au club, on avait les matchs tous les week-ends donc on n’en profitait pas tant que ça. » Aujourd’hui, la famille passe au premier plan, mais les deux fans du TFC n’en oublient pas leur club de cœur. Heureux détenteurs d’une « invitation à vie » dans les loges du Stadium, ils ont pu suivre la fin de saison au plus près des joueurs. Avant le match retour des barrages, demain à Nantes, Jacqui a accepté de revenir sur ses souvenirs en violet. Longue discussion avec cet amoureux du club toulousain.


La saison du TFC

« Bien sûr que j’ai suivi très attentivement. On n’a pas pu aller au stade à cause du Covid. Mais j’ai vu quelques matchs en début de saison et depuis le match de Pau j’ai pu y retourner. Nous avons une invitation à vie pour voir les matchs du TFC en loge. De plus, on est vacciné donc même si on n’est pas sûr d’être intouchable, on est quand même rassuré de ne pas choper cette sale merde (sic). Surtout à notre âge. On fait toujours attention hein.

C’était une très bonne saison, Garande a fait un travail magnifique. Bon contre Valenciennes c’est dommage, j’ai souffert un peu comme lors du match contre Pau. Car si on ne perd pas contre Pau on n’en serait pas là aujourd’hui. On serait monté directement mais bon c’est comme ça. Ils étaient un peu amoindris après la reprise de certains cadres qui avaient été covidés. Ça s’est ressenti. Garande a raison de ne pas tout mettre sur la faute du Covid… Mais c’est tombé au mauvais moment malheureusement. »


Les nouveaux pitchouns

« Il y a dans le groupe, des éléments de qualité pour guider cette jeune garde. Ces petits qui sont en train d’éclore. La preuve c’est qu’il y en a deux qui vont nous quitter. Pour l’un d’eux (Manu Koné, NDLR), c’est déjà fait et c’est sûr que si Adli en fait de même… Ce serait dommage qu’il s’en aille cette année car il serait utile si on monte en Ligue 1. Mais bon, nous, on n’y peut rien dans l’affaire. C’est le foot et c’est difficile.
Mais voir ces jeunes qui ont des qualités, ça me plaît énormément car je les ai côtoyés au club. Avant de partir j’ai vu de bons joueurs qui étaient en train d’éclore et cela s’est produit. Ils sont très souriants, nous les avons côtoyés avant le Covid, ce sont des gamins charmants. Ils étaient très gentils et on sentait que c’était des gars qui avaient de l’éducation en plus. Et le fait d’être encadrés par ces nouveaux joueurs ça les a beaucoup aidés. Ça ressemble un peu à ce qu’on a vécu en 2003, à l’époque des Pitchouns. Bon cette année il y en a moins car il y a beaucoup de cadres. Mais les cadres ont su incorporer les jeunes. Ce sont eux qui leur ont permis d’éclater complètement. »


Le barrage de 2018

« Le barrage contre Ajaccio (3-0, 1-0) a été un sauvetage mais c’était un peu comme l’arbre qui cache la forêt. On était heureux d’avoir sauvé le club mais ce n’était pas vraiment une libération. À ce moment-là, le TFC était un grand club qui n’avançait pas. Il y avait un malaise à l’intérieur, on n’a pas su profiter de l’affaire Ajaccio (le club avait été contraint de jouer à Montpellier et à huis clos, NDLR). Ça nous a arrangés. On est passé, c’est sûr mais finalement on a reculé pour mieux sauter. On était déjà malade et on n’a pas su se relever. C’est dommage parce que depuis que Sadran était là, il avait fait un travail énorme et avait su faire remonter le TFC très haut. La Coupe d’Europe, l’épopée en Coupe de France jusqu’en demi-finale… Nous en avons souffert car ce n’était plus le club qu’on avait connu. Ça se passait mal, les résultats étaient négatifs… Monique et moi étions très malheureux de voir que cela se passait comme ça. »


Le match retour au Stadium

« Alors, il faut savoir qu’avec Monique, nous prévoyons toujours les vacances en pensant que tout allait se terminer dans de bonnes conditions. Je n’avais pas imaginé que le TFC pouvait aller en barrage. Alors pour le match aller qui se disputait à Montpellier, j’y étais. Mais lors du match retour, je ne pouvais pas le voir. Je partais en croisière deux jours avant. Nous avions l’habitude de partir tous les ans en croisière pour les vacances et manque de pot, je ne pouvais pas annuler. Je n’ai donc pas assisté au match retour et sur le bateau je ne pouvais pas voir le match. Mais au téléphone, j’étais en contact avec un ami qui était au match et qui me donnait les renseignements. Je l’ai vécu de loin mais avec plaisir car on s’était sauvé. Cette année après avoir vu le match aller, jeudi au Stadium, je serai installé comme il faut, devant la télé pour le match retour. J’espère que ce match à Nantes sera l’apothéose de cette année superbe que Garande a su construire avec cette équipe. Je ne serai pas sur un bateau de croisière. D’autant que cette année, c’est encore supprimé, on ne peut pas partir. »

 

2021 / 2022

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

2021/2022

EFFECTIF

2021/2022

SELECTIONS

2021/2022

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES