Menu

Fil de navigation

Recherche

A.T. et T.F. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Le président du TFC nous emmène dans les coulisses des dernières heures décisives du mercato toulousain.

Téléphone qui chauffe, coup de stress, nuit agitée, les dernières heures du mercato sont toujours intenses pour les présidents de club. Damien Comolli, président du TFC, nous raconte cette journée décisive, où il aura finalisé la signature du Brésilien Rafael Ratao et le prêt du Norvégien Ruben Gabrielsen.

 

"Je me suis couché à 1 heure du matin lundi, et réveillé à 4 heures mardi, parce que je savais que le deal de Rafa (Ratao) était en danger. Pas par rapport au joueur, mais par rapport à son club (le Slovan Bratislava NDLR), parce qu’un autre club avait fait une surenchère dimanche soir. C’était compliqué. Je me réveille aussi en sachant qu’il faut trouver une porte de sortie pour Ruben, même si ça m’a fait énormément de mal de le perdre, sur un plan humain et footballistique. Et ça lui a fait mal aussi, il a énormément de respect pour le club. Il m’a envoyé un message en me disant « j’espère qu’ON va y arriver, à cet objectif. » Voilà comment je rentre dans la journée. Je n'ai pas réveillé tout le monde à 4 heures, mais dès 7 heures et demie, j’étais au téléphone, à essayer de résoudre le problème avec le club du Slovan Bratislava. J’étais persuadé qu’on allait finir à minuit moins 10, et on a tout fini avant. Les négociations, c’est énormément de bluff, et la chance qu’on a eue, c’est que Rafa montrait une détermination incroyable à nous rejoindre, même s’il avait des propositions bien plus intéressantes ailleurs. Financières, mais aussi sportives, puisqu’il aurait pu jouer la Coupe d’Europe. Mais quand vous avez le joueur avec vous, l’agent avec vous, vous avez plus de poids dans la négociation avec le club vendeur. Donc ça s'est fini plus tôt que ce que je pensais. Pour Ruben aussi, parce que j’ai de très bonnes relations avec les dirigeants de Copenhague, et Ruben et son agent avaient conscience de notre situation."


"Énormément de pression"

"C’est énormément de pression, parce qu’il y a beaucoup de documents. Notre service juridique, mené par Cindy Johnson, a fait un travail remarquable durant tout le mercato. Il faut passer par la Fifa, c’est beaucoup de stress, beaucoup de choses auxquelles penser. J’ai la chance d’avoir des collaborateurs fabuleux. Mais je suis rentré chez moi assez tôt. On s’est regardé à 19h30 et on s’est dit ‘’mais il n’y a plus rien à faire ?’’, c’était assez surprenant (rires). Mais c’est mieux comme ça. Quand vous finissez à 23h50, comme en janvier dernier sur le transfert de Nathan Skyttä, c’est un peu plus stressant."

 

2021 / 2022

CALENDRIER

2021/2022

CLASSEMENT

2021/2022

EFFECTIF

2021/2022

SELECTIONS

2021/2022

TRANSFERTS

2021/2022

STATISTIQUES