Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Tenu en échec ce samedi 6 novembre par Quevilly-Rouen (0-0) le TFC a affiché ses limites en Normandie. Fatigue et manque d’imagination, les Toulousains, toujours leaders, coincent comptablement.

7 points sur 18 possibles : depuis six rencontres, le TFC coince. Dans le rétro, au beau milieu de la série (1V, 1D, 4N), l’implacable victoire 6-0 face à l’AJ Auxerre le 16 octobre apparaît presque comme une anomalie. Philippe Montanier avait pourtant prévenu : après ce genre de victoires, il faut savoir repartir au combat. Mais depuis, les Violets ont enchaîné trois nuls, dont le dernier, décevant, sur la pelouse de Quevilly-Rouen (0-0).« Neuf fois sur dix, avec de telles stats, c’est une victoire » a pesté l’entraîneur toulousain. Avec 70 % de possession et 18 tirs tentés dont 8 cadrés, les chiffres lui donnent raison. En Normandie, l’efficacité, fil conducteur de l’équipe depuis le début de saison, a fui le TFC, meilleure attaque du championnat. Mais au-delà des statistiques, il s’est dégagé de la pelouse de Robert-Diochon une impression de baisse de régime généralisée.


Fatigue générale ?

Symbole de ce manque de jus, le capitaine Brecht Dejaegere est, depuis quelques matchs, bien loin du niveau qu’il affichait il y a encore quelques mois. Excepté à Amiens le 2 octobre, où il a disputé l’intégralité de la rencontre, le Belge a d’ailleurs été remplacé autour de l’heure de jeu par son coach lors des dernières rencontres. Maître du jeu depuis le début de saison, Branco van den Boomen a également semblé en dessous en Normandie. Et avec leur Hollandais en dedans, les Toulousains affichent certaines limites, comme samedi à Quevilly. Cette saison, van den Boomen pèse 8 passes décisives, dont 6 sur coups de pied arrêtés, une arme largement utilisée par les Violets cette saison. Mais face à un bloc bas normand, qui semblait se satisfaire du match nul, les hommes de Philippe Montanier ont quelque peu manqué d’imagination pour faire sauter le verrou, tentant souvent d’utiliser la connexion Desler-Ngoumou qui a moins bien fonctionné qu’à l’accoutumée.
Et malgré les cinq changements possibles cette saison et la bonne entrée de Ratao sur le pré de Robert-Diochon, les remplaçants ont peiné à faire la différence, notamment au milieu de terrain. Dans un secteur où seul Denis Genreau est régulièrement utilisé dans la rotation, la fatigue commencerait-elle à se faire sentir ?
Comme le gardien Maxime Dupé l’avait confié avant les premières trêves internationales en septembre et en octobre, celle-ci pourrait à nouveau tomber à point nommé pour les Toulousains, aussi bien psychologiquement que physiquement.


Un choc à la reprise

D’autant que la reprise va s’avérer corsée pour les Violets.
Le 20 novembre, les Haut-Garonnais repartiront au charbon au Stadium face à Sochaux, 4e qui pointe à deux longueurs du Tef. Si les Lionceaux n’ont eu de cesse de caler ces dernières semaines alors qu’ils pouvaient prendre la première place (trois matchs sans victoires), la mauvaise passe du TFC a eu pour effet de resserrer les écarts en haut de classement, où les quatre premiers se tiennent en deux points.« On a besoin d’un succès pour assumer notre rang » a justement pointé Philippe Montanier au sortir du match nul de samedi. La réception des Sochaliens sera le moment parfait pour le faire.


2022 / 2023

CALENDRIER

2021/2022

CLASSEMENT

2022/2023

EFFECTIF

2022/2023

SELECTIONS

2022/2023

TRANSFERTS

2021/2022

STATISTIQUES