Menu

Fil de navigation

Recherche

Rémi Surrans, Arthur Tirat, J.L., Bastien Loubet pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Après la montée, cerise sur le gâteau pour le Téfécé qui devient champion de Ligue 2. Dans un match compliqué, Toulouse a réagi après la mi-temps pour l'emporter contre Nîmes 2-1.

 

Le film du match

Il fallait assurer 1 point pour finir champion et Toulouse en a pris 3. Dans une ambiance de fête, le TFC s’est imposé contre Nîmes et devient champion de France de Ligue 2. Une victoire qui a mis du temps à se dessiner, la faute à une inefficacité offensive en première mi-temps. Car il fallait bien se méfier de Nîmes, déjà sauvé et donc sans pression. Les Crocos restaient même sur trois victoires de rang. Et ça s’est vu : malgré une bonne maîtrise du Téf et un face-à-face manqué de Ratao à la 18e minute, c’est bien les Gardois qui marquent les premiers. Sur un ballon tendu dans la surface, Briançon, le revenant, effleure le ballon qui finit dans le petit filet de Dupé (0-1, 25e). Coup de froid au Stadium. D’abord sonnés, les Toulousains accélèrent. Van den Boomen sur une belle frappe tendue, et Onaiwu de la tête, échouent sur un grand Lucas Dias. Nîmes plie mais ne rompt pas avant la pause.

 

Ado Onaiwu libère le stade

Les assauts répétés des Violets en début de deuxième mi-temps finissent par payer. Après une action en trois passes, Ratao décale Onaiwu qui crucifie Dias sur une frappe contrée (1-1, 49e). Un soulagement, forcément, mais les Violets éprouvent toujours autant de difficultés à faire la différence. Ils maintiennent la pression sur le but nîmois notamment sur coups de pied arrêtés, sans marquer ce deuxième but. Jusqu'à cet éclair de Genreau...

 

Genreau, entrée gagnante

Il était sorti à la 56e minute contre Rodez après un match terne. Cette fois remplaçant, Denis Genreau a fait vibrer le Stadium trois minutes après son entrée en jeu. Après une passe de Ratao et un contre favorable, l'Australien décoche une demi-volée rasante à l'entrée de la surface qui finit au fond des filets (2-1, 78e). Imparable.
Champion 19 ans après

Toulouse soulève un titre et c'est bien cela qu'il faut retenir de cette soirée. Un titre mérité après une saison où les hommes de Philippe Montanier ont rayonné par le jeu déployé et leur attaque de feu. Même si ce soir, l'efficacité n'a pas été au rendez-vous malgré la victoire. C'est le troisième titre de l'histoire du Téfécé après deux titres, déjà glanés en deuxième division à l'époque, en 1982 et 2003.

 

Les notes de la rédaction de La Dépêche !

DUPE (5,5/10). Il a finalement été très peu mis à contribution. S’il ne peut rien faire sur l’ouverture du score des Crocos, il a ensuite répondu présent sur une tête d’Omarsson (24) et puis c’est tout. Bref, pas grand-chose à signaler dans les buts toulousains.

DESLER (6/10). Il a manqué de spontanéité dans ses passes en première période avant de se reprendre dans le deuxième acte. Son entente avec Ngoumou et Dejaegere sur le côté droit de l’attaque toulousaine fait toujours aussi mal aux défenses adverses.

ROUAULT (6,5/10). Aucune fausse note pour cette dernière de la saison à domicile. Jamais mis en difficulté, le Pitchoun a tenu son rang comme toute l’année.

NICOLAISEN (7/10). Un match taille patron du roc toulousain. Après un tacle plein de sang-froid dans la surface sur un centre à ras de terre (23), Nicolaisen a ensuite remporté tous ses duels avec ses adversaires.

SYLLA (7/10). Prêt pour le marathon Issiaga Sylla. Le latéral gauche toulousain n’a pas compté les kilomètres parcourus dans son couloir gauche. Il a particulièrement pesé sur la défense adverse de par ses dribbles et ses appels. C’était peut-être sa dernière au Stadium et le Guinéen a fait honneur au maillot qu’il a porté près de 200 fois (193).

DEJAEGERE (7/10). Le capitaine toulousain avait envie de briller et cela s’est vu. Très actif en première période où il a distillé des merveilles de passes pour ses partenaires (Desler, 7 ; Spierings 9). Il s’est aussi battu comme un diable pour harceler le porteur du ballon nîmois, un match plein pour Bibiche remplacé par GENREAU (75). L’Australien n’a attendu qu’une petite minute pour délivrer le Stadium en inscrivant un magnifique but d’une belle reprise à l’entrée de la surface.

SPIERINGS (7,5/10). Quelle hargne, quelle détermination. Pas loin d’être exclu dès la demi-heure de jeu pour une semelle sur Briançon, le milieu hollandais s’est fait respecter hier sur le pré. Au four et au moulin, il a récupéré un nombre incroyable de ballons et voulait inscrire son but. Trois tentatives en moins de 5 minutes (31, 35, 36), c’était un Spierings des grands soirs qui méritait sa récompense.

VAN DEN BOOMEN (6,5/10). Plus sobre que d’habitude, le meilleur passeur de Ligue 2 voulait entrer dans l’histoire coûte que coûte. Il a peut-être forcé quelques centres mais qui va le lui reprocher.

NGOUMOU (6/10). Le feu-follet toulousain a été muselé par les défenseurs nîmois qui avaient visiblement entendu parler de sa pointe de vitesse. Ses débordements ont fait mal sans toutefois être décisifs. Remplacé par SKYTTä (88).

ONAIWU (7/10). Comme à son habitude, il s’est fait discret en première mi-temps avant de répondre présent lorsqu’il le fallait sur une merveilleuse remise de Ratao (49). Le Japonais a frappé sans contrôle de l’entrée de la surface pour inscrire son 10e but de la saison. Remplacé par FLEMMINGS (88).

RATAO (6,5/10). Il n’a pas été en réussite sur ses frappes mais il est l’auteur des deux passes décisives violettes. Sa façon à lui de participer à la fête. Comme tout au long de la saison, il a encore été très précieux dans son repli défensif. Remplacé par BEGRAOUI (88).

 


Denis Genreau : "On va faire tous les bars de Toulouse ce soir !" L'enthousiasme du milieu du TFC après le titre de champion de France de L2

Après le succès 2-1 contre Nîmes, ce samedi au Stadium lors de la 37e journée de Ligue 2, liesse et légèreté étaient bien présentes dans les couloirs de l'enceinte toulousain. Plusieurs acteurs, victorieux, se sont confiés à La Dépêche.

Damien Comolli, président du TFC : "Je suis enchanté pour les joueurs mais aussi pour toute la communauté et le peuple violet. Encore une fois, l’ambiance de ce soir c’était exceptionnel. Je vais avoir du mal à trouver mes mots pendant plusieurs jours. La symbiose entre les joueurs, entre les joueurs et le staff et puis entre le club et les supporters c’est quelque chose que j’ai rarement vu et pourtant ça fait un moment que je fais ça."

"L’injustice a été réparée, on nous a volés un an de notre vie en Ligue 1 (l’an passé en barrage à Nantes, NDLR), je ne l’oublierai jamais. Ce à quoi j’ai beaucoup pensé ces derniers jours, c’est ce moment où on était tous en pleurs dans les vestiaires à Nantes. On s’était dit entre nous – même si beaucoup sont partis aujourd’hui – qu’on reviendrait plus fort."

Et cette année on a battu des records, on a été stoppé et on est reparti plus fort. Je vais vous faire, une confidence, le premier jour de la saison, j’ai mis la photo du trophée de la Ligue 2 dans les vestiaires et je leur ai dit, on ne parle que de la première place. On a toujours pensé au titre, jamais à finir dans les deux premiers. On a voulu mettre la barre haut pour montrer nos ambitions et c’est magnifique d’y être arrivé."

Denis Genreau, milieu de terrain du TFC et buteur contre Nîmes : "C’était parfait, j’ai marqué sur le premier ballon que je touche, c’est un rêve. On méritait cette victoire. Finir champion c’est la cerise sur le gâteau. Mon but face à Niort avait été refusé et ce soir, il nous donne la victoire. J’ai pu faire la même célébration, j’étais heureux (sourire). Franchement c’est magnifique, devant mes parents etc, c’est incroyable. On a écrit une page de l’histoire de ce club. Et ce soir, on va faire la fête. Le coach ne voulait pas qu’on parle de ça avant le match, mais là on va parler de la fête. On va faire tous les bars de Toulouse ce soir."

Maxime Dupé, gardien du TFC : "La fête est encore plus belle qu’il y a 15 jours. On a fait une belle saison et après la saison passée où, à cause du Covid, le stade était vide, ce qu’on a vécu cette année en Ligue 2 c’est vraiment exceptionnel. Ce soir, les gamins comme mon fils qui a 4 ans, peut-être que dans 40 ans il s’en souviendra encore."

"C’est un truc de fou. La saison a été très longue donc ce soir je pense qu’on a le droit de profiter. En France, les titres sont difficiles à prendre car ils sont presque toujours promis au PSG. La Ligue 2 on savait que c’était possible et on est tous très fier d’avoir cette ligne au palmarès. Maintenant, on va faire une teuf pendant une semaine (rires)."

 

Rendez-vous ce dimanche place du Capitole pour la présentation du trophée aux supporters

Après l'obtention du titre, ce samedi 7 mai contre Nîmes, joueurs et dirigeants du TFC ont donné rendez-vous aux fans dès le lendemain. Pour une cérémonie place du Capitole.

Comme après tout succès sportif dans la Vilel rose, rendez-vous place du Capitole pour la fête !

Ce samedi 7 mai, quelques heures après l'obtention du titre de champion de France de Ligue 2, le TFC a invité ses supporters à venir célébrer le titre. Rendez-vous est donc fixé dimanche 8 mai, place du Capitole à partir de 17h.

"Pour la première fois, le Toulouse Football Club présentera le trophée de champion de Ligue 2 BKT depuis le balcon du Capitole, ce dimanche 8 mai à 17h, pour couronner une saison qui a basculé dans l'ivresse hier soir, au terme du match face à Nîmes ce samedi (2-1)", écrit le club dans un communiqué.

Et le TFC de poursuivre en délivrant quelques infos pratiques : "Conditions d'accès à la place du Capitole : station Capitole fermée à partir de 13h ; les stations Esquirol (Ligne A) et Jean-Jaurès (Ligne A et B) restent ouvertes et accessibles."

 

Cinq choses à savoir sur le trophée présenté ce dimanche place du Capitole

Le Toulouse FC est officiellement champion de Ligue 2 après sa victoire ce samedi 7 mai à domicile face à Nîmes (2-1). Les Toulousains, déjà vainqueurs de la seconde division en 2003, auront l'occasion de soulever un nouveau trophée que le club n'a jamais eu entre ses doigts. Rendez-vous dimanche sur la place du Capitole pour découvrir ce trophée des "trois bulles".

En France, le champion de Ligue 2 se voit récompensé de ce trophée que depuis 2005, deux ans après la dernière victoire en seconde division du TFC. Ce trophée de Ligue 2 représente trois sphères en relief qui s'élèvent vers le ciel sur une plaque dorée, un clin d'œil aux trois clubs de Ligue 2 qui montent en Ligue 1 à la fin de la saison.

Sauf que depuis la saison 2016-2017, seuls deux clubs montent directement en première division, le troisième passe par les barrages. Le TFC sait de quoi il parle, la troisième bulle était restée au fond du verre la saison dernière après la défaite face à Nantes, 18e de Ligue 1.


Mise en place :

Le trophée a été choisi par un jury composé de représentants des médias, du monde artistique et du football. Une cérémonie sous la responsabilité de Pablo Reinoso, le créateur de l’Hexagoal, qui récompense le champion de Ligue 1 Conforama depuis 2007. L'AS Nancy est le premier club à avoir remporté le trophée de Ligue 2, c'était en 2005. Les Nancéens avaient terminé la saison devant Le Mans et Troyes.


Créateur :

Christian Biecher est un architecte français de 58 ans qui a conçu des monuments à travers le monde, le Tur Building à Tokyo, l'Office du tourisme de Paris ou encore l'immeuble Printemps-Strasbourg. En 2009, il est récompensé du titre de Chevalier dans l'Ordre national du Mérite par la Ministre de la Culture de l'époque, Christine Albanel. Il est à la conception de ce trophée de Ligue 2.


Record de victoire :

Avec un total de trois victoires, c'est le FC Metz qui détient le record. Les Lorrains l'ont soulevé en 2007, 2014 et 2019. Le club est un habitué des montées et descente successive, espérons que le TFC n'ait pas pour objectif de remporter à nouveau ce trophée dans les années à venir. Si les trois bulles sur fond doré ressemblent à des bulles de champagne, ce n'est pas étonnant de voir autant de clubs du nord-est le brandir en fin de saison. Avec Nancy et Metz, Troyes, Strasbourg et Reims ont également remporté la Ligue 2. Le trophée est un habitué de la région.


Le trophée:

Taille : 45 centimètres
Poids : 6 kilogrammes
Matière : Laiton, un alliage composé en grande partie de cuivre et de zinc

 

Le cinquième trophée toulousain

Le TFC vient de glaner le cinquième trophée de son histoire. Les Toulousains ont déjà remporté trois championnats de deuxième division, en 1953,1982 et 2003 et une Coupe de France en 1957, aujourd'hui tombée dans l'oubli notamment à cause de la disparition du trophée, comme l'a récemment raconté La Dépêche du Midi.

 

Le TFC champion de France de Ligue 2 : quels sont les autres titres au palmarès du club ?

Les joueurs du TFC sont officiellement champions de France de Ligue 2, depuis ce samedi 7 mai et le succès 2-1 au Stadium contre Nîmes. C'est le cinquième trophée qui trouve sa place dans les armoires de l'équipe fanion de la ville de Toulouse.

1953 : champions de France de D2, le premier titre

C'est la première inscrite au palmarès : la D2 1952-1953. Emmenés par l'entraîneur Charles Nicolas, les Toulousains (qui jouent alors en rouge et blanc) décrochent le titre, devant Monaco et Strasbourg, dans une saison marquée par une avalanche de buts inscrits : 92 ! Canonnier : Bror Mellberg, attaquant Suédois, qui finit meilleur buteur du championnat avec 20 buts.


1957 : la Coupe de France

Le 26 mai 1957, le Toulouse FC ouvre l'armoire aux trophées. À Colombes, devant 45 000 personnes (dont le président de la République René Coty), les Toulousains en maillot blanc affrontent le SCO d'Angers. Ce jour-là, l'équipe emmenée par René Pleimelding capitaine s'impose 6-3 ! Les buteurs toulousains : Dereuddre (11e, 24e), Bouchouk (28e), Bocchi (61e), Di Loreto (85e), et Brahimi (89e).

À noter que ce trophée a été remporté par les joueurs d'un club qui, aujourd'hui, n'existe plus : ce Toulouse FC-là, fondé en 1937, a été dissous en 1967 lors d'une improbable fusion avec le Red Star, club de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. Le TFC que l'on connaît aujourd'hui a été fondé en 1970.


1982 : deuxième titre de champion de France de D2

Après 25 ans de disette, un nouveau titre au palmarès. 1982 : le TFC est champion de France de D2 pour la deuxième fois de son histoire. Le TFC finit, cette année-là, 1er du groupe B devant le CS Thonon et l'Olympique de Marseille, et accède à l'élite directement (même destin pour Rouen, premier du groupe A ; Mulhouse sera le troisième promu après un match de barrage). 15 ans après l'avoir quittée, les Toulousains retrouvent la D1 et s'adjugeront le titre lors des "matches des champions" contre Rouen. Au Stadium, le 15 mai 1982, les Toulousains s'imposent 2-1 lors du match retour. Gérard Albert et Robert Pintenant sont les buteurs.

 

2003 : troisième titre de champion de France de D2, l'avènement des "Pitchouns"

Les jeunes Violets règnent sans partage sur cette D2 rebaptisée depuis peu "Ligue 2". Avec 21 succès en 38 matches, les Toulousains finissent premiers avec 72 points devant Le Mans (68) et Metz (67). C'est l'avènement d'un groupe, relégué en National la saison précédente, et qui obtient une deuxième montée consécutive.

Ce sont les Pitchouns (Mazel, Taïder, Giresse, Cardy, Dieuze, Puig, Dao), encadrés par les tauliers que sont Christophe Revault, Stéphane Lièvre et William Prunier. C'est aussi la plus grande saison du buteur "maison" cette saison-là : Cédric Fauré, qui terminera meilleur buteur du championnat avec 20 réalisations. Autre personnalité forte : Sylvain Didot qui offrira, à Reims à la 75e minute, le but de tous les bonheurs lors de la 37e journée.

 

On n'oublie pas les jeunes ! Gambardella 2005 : Benzema et Ben Arfa battus 6-2 par Toulouse

C'est l'un titres les plus prestigieux au sein des clubs : la Coupe Gambardella, la Coupe de France des jeunes. Les Toulousains l'ont emporté en 2005, en battant Lyon en finale.

Au cours de leurs parcours, à partir des 32es de finale, les Violets vont tour à tour éliminer Angoulême (7-0), Saint-Etienne (tirs au but), Hyères (3-0), Sedan (2-1), et Amiens (tirs au but).

La finale restera un moment très fort de l'histoire du club. Au Stade de France, le 4 juin 2005, les jeunes pousses violettes de l'entraîneur Jean-Marc Philippon cartonnent Lyon 6-2 ! Les buteurs toulousains : Ibor Bakar (17e), Kevin Dupuis (23e), Anthony Robic (44e), Xavier Pentecôte (49e) et Thomas Ayasse (55e). Les buteurs lyonnais : Karim Benzema (59e), Hatem Ben Arfa (74e), excusez du peu !


J.L.

2021 / 2022

CALENDRIER

2021/2022

CLASSEMENT

2021/2022

EFFECTIF

2021/2022

SELECTIONS

2021/2022

TRANSFERTS

2021/2022

STATISTIQUES