Menu

Fil de navigation

Recherche

Bastien Loubet, Yohan Lemaire pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Ce lundi 2 mai, le TFC se déplaçait sur la pelouse de Rodez pour la 36e journée de Ligue 2. Les Toulousains ont concédé l'ouverture du score à l'heure de jeu sur pénalty. Rodez a vaillamment tenu le score, profitant des erreurs toulousaines dans le dernier geste.

 

Le film du match

MT' : 0-0 à la pause, quelques rares occasions des deux côtés. Les Toulousains peinent dans le dernier geste, abusant parfois du jeu long vers une attaque orpheline de son avant-centre Rhys Healey, point de fixation et véritable danger permanent pour les défenses. Il faudra montrer un bien meilleur visage en seconde période pour espérer décrocher le titre face à une équipe de Rodez qui se défend bien.

64' : Rodez ouvre le score sur pénalty. Bradley Danger frappe à ras de terre sur la droite de Maxime Dupé qui touche le ballon mais sa main n'est pas assez ferme pour dévier la tentative du milieu de terrain ruthénois. Pénalty provoqué par Rasmus Nicolaisen, piégé par le crochet d'Obiang. 1-0


Les Toulousains imprécis

Branco Van den Boomen aurait pu inscrire deux ou trois passes décisives en plus ce soir. Le Hollandais, en difficulté dans le jeu, a tout de même distillé des offrandes sur coup de pied arrêté. Nicolaisen, Rouault, Ngoumou et Onaiwu ont tous échoué au moment de placer leur tête. Dans le jeu, les Toulousains ont été beaucoup trop imprécis dans le dernier geste, notamment les dernières passes, souvent trop molles ou trop longues, jamais dans le bon rythme.


Rodez garde espoir

Alors qu'on imaginait les Toulousains célébrer le titre sur le terrain de Rodez, condamnant leurs voisins à une quasi décente en National 1, les Ruthénois ont réalisé l'exploit de faire tomber le leader. Une victoire 1-0, et si ce sont surtout les Toulousains qui sont à blâmer, les hommes de Laurent Peyrelade ont montré une réelle combativité sur le terrain. Les joueurs du RAF se sont montrés piquants en contre-attaque et ont vaillamment défendu pour maintenir l'avantage au tableau d'affichage.


Les enseignements du match

Le TFC devra patienter avant de soulever le titre de champion de Ligue 2. Les Violets ont joué beaucoup trop tranquillement pour espérer battre une équipe qui joue sa survie. L'absence de Rhys Healey s'est fait ressentir sur le front de l'attaque. Rendez-vous samedi prochain au Stadium, face à Nîmes, pour peut-être ajouter une ligne au palmarès toulousain.

 

"Ça m’agace, on n’est pas là pour faire la fête", fulmine l'entraîneur du TFC Philippe Montanier

Le TFC s'est incliné sur la pelouse de Rodez lundi soir, 1-0. Les Violets devront patienter avant d'être sacrés champions de Ligue 2. Le RAF, lui, reprend espoir pour se maintenir.

Philippe Montanier, entraîneur du TFC (au micro de beIN Sports): "Je pense qu'il ne pouvait rien arriver à Rodez vu les opportunités qu'on a eu et le pénalty. C'est une soirée qui tourne bien pour eux. On n’a pas fait un très bon match mais on doit le gagner, on a les occasions, on en concède très peu mais on prend un but. Aujourd'hui ils ont eu la réussite tant mieux pour eux. Même en étant moyen on doit le gagner. Je ne sais pas si c'est ça (le relâchement, ndlr) mais ce qui est sur c'est qu'on n’a pas fait le match au top. C'est une grosse frustration parce qu’on voulait être champion aujourd'hui mais il faut le mériter un peu plus. Le comportement de champion c'est avoir plus d'exigence envers nous-même. Avant de penser de faire la fête, ça m'agace un petit peu, on n’est pas là pour faire la fête on est là pour jouer les matchs et les gagner. C'est après les fêtes pas avant. On a été suffisant face à Rodez en grande réussite."

Julien Célestine, défenseur du RAF (au micro de beIN Sports): "C'est magnifique, Bradley (buteur sur le pénalty, ndlr) il n’a pas tremblé. Victoire 1-0 et il nous reste deux finales à jouer. On n’a pas eu beaucoup de réussite sur les derniers matchs mais quand on se bat comme ça, il ne peut rien nous arriver. Dans le vestiaire on a vu dans les yeux de tout le monde que c'étaient des lions, à partir de là, Toulouse, pas Toulouse, on joue et puis c'est tout. Bien sûr qu'on peut se maintenir après il y a des équipes derrière qui ne vont rien lâcher on le sait. C'est palpitant c'est bien. Il nous reste deux finales, il ne faut pas se relâcher travailler et j'y crois on va le faire."

Bradley Danger, milieu de terrain du RAF (au micro de beIN Sports): "(Sur le pénalty), normalement j'ouvre mon pied et là j'ai pensé que c'était le mieux de fermer. On s'y était préparé, on a eu dix jours pour travailler le match. On a bien bossé et je pense que c'est le travail depuis quelques semaines où on n’a pas trop de chances. Comme je l'ai dit, on est resté soudé. Dix-huit matchs sans victoire c'est très très long mais on sait qu'on est fort mentalement et qu'on va le faire. Ce match, bien sûr que c'est le déclic. Il reste deux matchs on y va pour prendre des points et se sauver."

Brecht Dejaegere, milieu du TFC (au micro de beIN Sports): "Ils ont donné leur vie, et peut-être que si nous on ne fait pas pareil c'est compliqué contre ces équipes. Je pense qu'à la fin on a un peu oublié de jouer. Le prochain match c'est samedi déjà. Il y a eu peut-être une décompression, c'est un petit peu normal. Mais on a eu une semaine pour répondre présent aujourd'hui. On a fêté la montée ça c'est vrai mais ce n’est pas qu'on ne voulait pas gagner aujourd'hui, on était motivé mais ça ne voulait pas aujourd'hui. C'est dommage qu'on n’ait pas donné le titre à nos supporters mais on fera tout pour réussir samedi."

Laurent Peyrelade, entraîneur du RAF (au micro de beIN Sports): "C'est incroyable le football. Elle a mis du temps à arriver, ça fait longtemps que je l'attends cette victoire. On ne sait pas contre qui on va prendre des points ou contre qui on va en perdre en Ligue 2. Ce soir on a eu l'âme et la réussite pour prendre des points. Maintenant on a jamais vu un club avec 37 points se maintenir. Il nous en manque encore. On n’est pas trop récompensé de ce qu'on fait depuis un certain temps, ce soir oui. Il faut être persévérant dans le foot. Mais on n'a fait qu'un match. On ne se maintient pas avec les points qu'on a, il en faut d'autres."

 

On a vécu le match avec les fans des Violets qui les ont encouragés depuis... l'extérieur du stade !

C'était un fait incongru de ce Rodez - TFC. Les fans qui avaient fait le déplacement depuis la Ville rose pour ce dernier match de la 36e journée de Ligue 2 (1-0), ont encouragé leurs ouailles positionnés à l'extérieur du stade, la tribune de Paul-Lignon n'ayant pas une capacité d'accueil suffisante.

Ils ne pouvaient pas rentrer dans l’enceinte de Paul-Lignon alors ils ont décidé de rester dehors. Environ 300 supporters du TFC étaient présents aux abords de l’enceinte aveyronnaise pour encourager les joueurs du TFC, lundi soir, dans le derby face à Rodez.

Mais pas dans un parcage habituel puisque celui-ci ne comptait que 75 places et que les supporters toulousains étaient beaucoup plus nombreux. Alors les Indians and co, qui ne pouvaient pas rester dans la Ville rose pendant que les joueurs de Philippe Montanier se battaient face à leurs voisins ruthénois pour conquérir le titre de champion de France de Ligue 2, ont décidé de rester aux abords de Paul-Lignon. Ils ont chanté pendant 90 minutes pour supporter les Violets.

Alerte sur les applications de football activées juste avant le coup d’envoi, ces fans du TFC ont vécu une expérience unique comme peu d’autres supporters l’ont fait en France confirme Baptiste. "On vient de Toulouse. Ce soir, ce n'est pas une soirée comme les autres. On est lundi, à l’extérieur, sur un match qu’on ne voit même pas et on fait la fête. C’est incroyable il n’y a pas d’autres mots." Les fumigènes sont de sorties, les feux d’artifice et les chants, aussi.

Malgré la défaite, les Toulousains n’ont jamais cessé d’encourager les leurs. Le match ils ne l’ont pas vu, mais ce n’était pas important pour eux hier soir. Ils se sont époumonés pour pousser les leurs afin de fêter cette montée en Ligue 1 de la meilleure des façons. "Tout le monde est venu, c'est beau. C’était important de montrer qu’on soutient nos joueurs même si on ne voit pas le match. La défaite ? Tant pis, au Stadium, samedi, ça sera encore plus beau", avouait Charlie, fidèle abonné du Stadium. Derrière lui, les "Et ils sont là les Toulousains" résonnent.

Oui ils étaient bien là hier soir et Maxime Dupé les a entendus : "On était concentré mais on les a vus et entendus" avouait le portier des Violets après la rencontre. Et alors que les travées de Paul-Lignon se vidaient après le coup de sifflet final, les Toulousains ont continué à chanter et à clamer leur amour pour le TFC pendant des dizaines de minutes après la fin de la rencontre. Plus de 18 000 places sont vendues pour TFC – Nimes samedi au Stadium, la fête s’annonce belle.

 

 

2021 / 2022

CALENDRIER

2021/2022

CLASSEMENT

2021/2022

EFFECTIF

2021/2022

SELECTIONS

2021/2022

TRANSFERTS

2021/2022

STATISTIQUES