Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

En terre des Gones, les Toulousains ont souvent été sonnés de coups. C'est historique (52 ans que le Tef n'a plus goûté au succès, à Gerland puis au Parc-OL de Décines-Charpieu depuis la saison passée), c'est conséquemment arithmétique (5 victoires, 9 nuls et 22 défaites en 36 rencontres de L1 pour le club de la Ville rose). Et ça commence à irriter sérieusement côté garonnais !

 



Alors, peut-être pour vaincre le signe indien, le Toulouse FC a préparé le… choc avec une séance de boxe, vendredi de la semaine dernière ! «Un véritable entraînement, dixit Michaël Debève, complémentaire avec notre travail en ce qui concerne notamment les appuis.»


Au lieu de coups, faudrait mieux prendre des points !

Le champion franco-congo- lais installé à Toulouse Doudou Ngumbu était à la manœuvre, crochets et directs en bout de courses. Leitmotiv à l'arrivée, signé l'entraîneur du Téfécé : «Prendre des points à Lyon.» Sans jeu de mots, avec une référence précise. «Quand j'ai pris le poste, poursuit Debève, on a été capables d'aller gagner à Nice (1-0, 3 février ; 24eJ) en faisant un match cohérent. L'idée est forcément de s'en inspirer. Il s'agira d'être bien en place derrière et de placer les contres dès qu'on en a l'occasion. En clair : dans un premier temps, soyons solides et compacts afin de réduire les espaces du mieux possible aux individualités rhodaniennes qu'on doit maîtriser.»


Plan de jeu établi, y'a plus qu'à…

Simple sur le papier, beaucoup plus sorcier à mettre en application. «évidemment, explicite le coach picard, notre adversaire aura certainement davantage la possession que nous. Et c'est pour cela qu'un résultat passe avant tout par un sans-faute défensif. N'empêche : il ne faut surtout pas avoir peur ou redouter cette formation malgré son potentiel offensif qui en fait une des meilleures de L1. Car nous avons également des arguments à faire valoir en dehors de nos bases – où de toute façon on se devra d'aller décrocher un succès ; on les a déjà aperçus à Amiens (0-0, 17 février ; 26eJ) ou Metz (1-1, 3 mars ; 28eJ).»

Voilà donc la recette de «magicDebève», reste plus qu'à… condition de ne pas être inhibé par la pression comme face à Strasbourg lors du dernier match avant la trêve (2-2).
Toutes vos infos en illimité et sans publicité à partir d'1€/mois

«Oui, reconnaît sans détour ''MD'', j'ai vu des joueurs douter. Ne pas oser aller de l'avant. Après, le groupe est réceptif et garde la tête sur les épaules.» De préférence froide, aussi, dans la fournaise lyonnaise. «La coupure a été bénéfique : les sélectionnés ont joué, ceux restés ici rechargé les batteries ou se sont réathlétisés. Chacun y a trouvé son compte.»
Faim pour le dernier ?

En parlant de comptes, on les relevait dans notre édition d'hier, après le Paris-SG, Monaco puis Marseille, Lyon sera ainsi le dernier club du Top 4 qu'affronteront au retour les Violets. Et on connaît le bilan famélique au crédit du TFC : 1 point sur un total de 21. «Je n'oublie pas, tempère Mika Debève, qu'on a été proches de rivaliser avec le PSG, l'ASM et l'OM. Il n'est naturellement pas question d'afficher un excès de confiance, mais d'être conscients de nos potentialités.» Toulousains, rendez-vous sur le pré…

Un dimanche à ne pas gâcher

Petits doigts, grande sollicitation, risque de claquage… La fameuse calculette de fin de saison – il ne saurait en être autrement, maintenant – va chauffer durant les 8 rencontres demeurant à disputer jusqu'au baisser de rideau le soir du 19 mai !

à J-8, ainsi, où en est le TFC et, surtout, quel rang tiendra-t-il après cette 31e joute… Mystère et boule de gomme. Ou plutôt de cristal tant les pronostics sont bouteille à la mer.

«De trois choses l'une», comme depuis un petit bout de temps : soit le TFC retourne en enfer (18e barragiste, 19 et 20e relégable), soit il s'éloigne même momentanément des turbulences (au-dessus de la 16e place), ou encore c'est statu quo (17e). Ce dernier cas le fut à l'issue des 3 dernières journées de Championnat.

Au gré de 2 matches nuls entrecoupés d'un court revers devant l'OM, le Toulouse Football-Club n'a pas avancé.

Mais ce week-end pascal lui réserve une (sacrée) aubaine puisque 4 de ses 5 compagnons de galère croisent le fer. à savoir : Lille qui semble de plus en plus perdu, il coule de source, reçoit le promu Amiens SC ; cependant que le Racing Strasbourg, en chute libre, accueille la lanterne rouge Metz. Seul pas invité dans ces duels de mal-classés, Troyes héberge Nice.


Objectif 15e place

Moralité : pas besoin d'être grand devin pour s'apercevoir que la conjoncture des résultats pourrait largement favoriser les desseins violets. En effet, un partage des points entre le Losc et l'ASC plus une victoire lorraine en Alsace (derby !), les deux couplés à un succès azuréen en terre troyenne, feraient les affaires de la bande à Debè-ve. Et, cerise sur le gâteau, si jamais celle-ci avait l'inspiration divine de terrasser l'ogre lyonnais – et que vous nous avez bien suivis, les Haut-Garonnais «trôneraient» lundi matin à la 15e place avec 33 unités.

Rêve ou réalité ?

Genesio : «Faire courir Toulouse…»

Le match des extrêmes. C'est ce qu'annonce, en substance, le 37e OL-TFC de la saga en Ligue 1. Entre un Lyon aux crocs redevenus acérés grâce à sa victoire au Vélodrome (3-2) et un Toulouse retombé dans ses travers de «non-jeu» face à Strasbourg malgré le point du nul (2-2).

Résultat des courses et des comptes : l'Olympique Lyonnais continue plus que jamais d'être à la bagarre pour la 3e et dernière place qualificative en Ligue des champions (le 3e du classement dispute le 3e tour préliminaire qui précède le barrage) tandis que le Toulouse Football-Club cherche toujours à éviter les maudites antépénultième, avant-dernière et dernière places (ascenseur, direct ou pas, pour l'échelon inférieur). Corollaire purement mathématique, 13 rangs et 27 unités séparent les deux équipes.

«Peu importe, corrige Bruno Genesio, pour moi en fin de Championnat le classement est brouillé. Le contempler serait une erreur. Les clubs qui luttent pour le maintien, déploient plus de force. C'est l'instinct de survie qui est à prendre en considération.»


Il a «apprécié» TFC-OM

Le technicien rhodanien fait certainement allusion à TFC-Monaco (3-3 après que les locaux furent menés 0-1 puis 1-3). En tout cas, il a vu TFC-OM et, beau joueur, souligne que «les Toulousains ne devaient pas perdre». «Oui, enchaîne-t-il, Toulouse on connaît. C'est une équipe physique, bien organisée, susceptible d'évoluer très vite à la transition. Bref, on va avoir un bloc bas qui tentera d'exploiter la moindre opportunité. Il faudra être vigilants à la perte.»

Eh alors ? «J'attends de mes joueurs d'être plus intelligents, afin de faire courir le TFC et gagner le match sur la durée. On ne doit pas se précipiter, comme ça nous est hélas arrivé cette année.» Surtout à la maison où les hommes du président Aulas ont déjà perdu la bagatelle de 16 points (sur 42, gain parfait). « On a eu un parcours en dents de scie» avoue l'ancien milieu de terrain.

La preuve en images, allait-on dire, via 6 contreperformances au Groupama Stadium : nuls 3-3 et 0-0 respectivement face à Dijon (7eJ) et Montpellier (13eJ), défaite 1-2 devant Lille (15eJ), 1-1 contre Angers (20eJ), revers 0-2 vs Rennes (25eJ), 1-1 encore face à Saint-étienne (27eJ).


Montagnes russes à la maison

Des prestations XXL face aux cadors – 3-2 et 2-1 contre Monaco (9eJ) et Paris (22eJ), toujours dans le Rhône – emmêlés donc dans un sac de sales nœuds face à des formations dans ses cordes. Tel vogue l'Olympique Lyonnais à domicile…

«Nous avons relancé la fin d'exercice eu égard à notre succès à l'OM mais rien n'est acté. Préparons Toulouse comme Marseille, lance Genesio. Ça se jouera avant tout dans les têtes, dans la façon d'aborder les rencontres qui sont toutes des finales.»

Le TFC est prévenu. Mais vous savez l'adage : une équipe avertie en vaut deux.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES