Menu

Fil de navigation

Recherche

Géraldine Jammet pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Mubele à genoux la tête dans le gazon, Sanogo qui tourne sur lui-même et peste à grand renfort de tours de bras, Sylla tête baissée et Sangaré relevé par Jean le rentrant – qui a eu la dernière occasion au bout des crampons.

Il est 21h52 hier, dans un stade tourneboulé par des bourrasques à décorner des bœufs, et les joueurs toulousains viennent de voir le ciel leur tomber sur la tête. Ils resteront comme prostrés dans le rond central, 5 bonnes minutes…



Un tournant de la saison, avait prédit Michaël Debève. Une sortie de route, à l'arrivée. Sans casse : merci, surtout, aux autres équipes qui rencontraient les compagnons de galère du Tef. À savoir Guingamp et Bordeaux qui ont disposé respectivement des mal-classés Troyes (4-0) et Lille (2-1), lesquels demeurent derrière Toulouse. En effet, les Haut-Garonnais, toujours 17es, gardent 1 point d'avance sur le barragiste troyen (18e) et 2 sur le premier relégable lillois (19e). Voilà la situation comptable.

L'aspect mental, lui, on l'a vu, ne doit certainement pas être encore terrible ce matin au réveil. Genre gueule de bois après avoir bu le calice. Au supplice toute la rencontre ou presque, nos pauvres Téfécistes pas vernis et, pis, insultés qui plus est par le virage Est au coup de sifflet final…

Le match ? Au vrai, les dés furent pipés avant-même le coup d'envoi (perte de l'aboyeur Cahuzac) et après 10 minutes de jeu en somme (ouverture du score dijonnaise).

Alors, forcément, quand on essaye de sauver sa tête en élite, ce n'est pas l'idéal… Pourtant, privés donc au dernier moment de Yannick Cahuzac(élongationaux ischios à la mise en place), les Toulousains qui s'alignaient finalement en 4-3-3 avec Delort sur l'aile droite, attaquent la partie par le bon bout. Du rythme, de l'engagement, brouillon certes. Il y a de l'idée, de la suite «dedans». De la réaction, également, matérialisée par 2 premières situations œuvre de Gradel : tentative dans la niche de l'excellent Baptiste Reynet (12), centre-tir claqué par le portier des Bourguignons (22). Et une énorme opportunité d'égaliser sur une reprise de Sanogo dégagée sur la ligne par Varrault (42).


Barre de Delort

Hélas, en dehors de la transversale trouvée par Delort sur une demi-volée déviée par Reynet, encore (54), et le passage en 4-4-2 à plat dès le retour, le TFC va buter sur un DFCO courageux à défaut d'être ingénieux. Comme un sentiment d'impuissance. Voire de fatalité. Il y a des jours, ou plutôt des nuits, comme ça. Vivement samedi : à Caen le rebond ? C'est (fortement) conseillé.


Le chiffre : 8e

match > sans victoire. En Championnat, bien sûr. ça commence à faire long, naturellement. Le dernier succès en date de la troupe à Debève remonte – la preuve – à la 24e joute et au 1-0 à Nice sur un bijou de Gradel (enveloppé du droit lunette opposée). S'en est suivie une série, malheureusement qui coure toujours, de 4 autres revers (PSG, OM, OL et Dijon ainsi) plus 4 matches nuls (Amiens, ASM, Metz, Strasbourg).


Le but :

10e : sur un corner côté gauche, les Toulousains – Somalia en tête qui se fait contrer en essayant de repartir aile opposée – ne parviennent pas à se dégager. Après un cafouillage à l'entrée de la surface, Saïd récupère et frappe mi-hauteur croisée, Alban Lafont repousse d'un arrêt-réflexe main droite ; mais Chang-hoon Kwon, pas marqué au point de penalty, reprend victorieusement, en une touche, du gauche au sol (0-1).


Ça manquait d'inspiration devant

Lafont (12/20).

- Il a repoussé le premier. Mais après cet assaut de Saïd sur corner, le jeune portier a été quelque peu abandonné par une défense toulousaine qui s'est observée et Kwon a parachevé le travail de son coéquipier du plat du pied (10). Superbe arrêt sur une reprise du même attaquant dijonnais servi, cette fois, par Haddadi (60). Mais Lafont s'est aussitôt replacé. Il a vite appris la leçon du premier but.

Amian (9).

- Ses appuis en béton lui ouvrent la voie pour remonter 30 mètres de terrain à lui tout seul mais il s'enferme face à deux défenseurs dijonnais qui parviennent à lui chiper le ballon, réduisant ainsi à néant ses efforts (18). Puis le revoilà sur cette tentative cadrée mais facilement captée au sol par Reynet (69).

Diop (11).

- En forme, le taulier du TFC a été, étrangement, meilleur dans ses montées offensives que dans son rôle de gardien du temple, à l'instar de cette percée qui accouchera de la tentative avortée de Sanogo (42). Sur un corner de Delort, il a bien essayé d'imposer sa tête mais en vain (78).

Fortes (9).

- Pour sa première titularisation en violet cette saison, le défenseur venu du Havre n'a pas à rougir. D'autant qu'il avait un client un peu «chiant» en la personne de Tavares. Il a su s'imposer (9, 20). Il est également à créditer d'une belle intervention de « Je te sauve les meubles, c'est cadeau » devant les buts d'Amian (40).

Sylla (9).

- Flirtant avec sa ligne tel un funambule sur sa corde (25), le n°12 n'a pas hésité à monter au créneau des cages de Dijon après avoir été servi par Somalia (18). Puis, peut-être emporté par un vent qui ne faiblissait pas, son centre (25) est allé choir bien après les filets adverses. Ça manque de finition tout cela…

Sangaré (11).

- Véritable plaque tournante du jeu téféciste, il fait partie de ceux qui ont réussi à trouver des brèches (3). Mais au moment de s'y engouffrer, on s'y perd (22).

Blin (8).

- Trop, trop timoré (31). Ou alors on était trop, trop dépité de perdre «Cahu» au dernier moment. Satanée cuisse. Remplacé par JEAN (87).

Somalia (9).

- Mis sur orbite après une passe bien dosée de Delort à ras de terre, il a vendangé une occasion en or qui a fini sa course chez les Indians (38). Remplacé par MUBELE (64) auteur d'un super centre enroulé pour Gradel (73) malheureusement repoussé par une défense bourguignonne définitivement en place hier soir. Et on ose : en veine.

Delort (11).

- Pour son retour de blessure, Delort a affiché une détermination qui paraissait sans faille au début de la première mi-temps. Un peu plus mutique ensuite, il a assuré une jolie passe pour Somalia qui n'a pas pu l'exploiter (38). Et son corner très inspiré pour Sanogo a été paré (41). Carrément malchanceux lorsqu'il trouve la barre transversale après une frappe tonitruante (54) : ce n'était pas sa soirée. Remplacé par l'expérimenté DURMAZ (80) qui n'a pas fait de miracle.

Sanogo (11).

- Dire qu'il a bien failli marquer… Tout le Stadium y a cru lorsque Delort assène un joli centre. Mais il a fallu que le capitaine Varrault s'en mêle et sauve in extremis les siens (41). Lui aussi a râlé après un Gradel trop avare en passes (16). Mais il a laissé l'attentisme au vestiaire et a bien essayé de se gratter des ballons tout seul (27). Bien tentée mais trop faible, cette tête sur corner (68).

Gradel (10).

- Quand ça ne veut pas (6, 12, 22, 30, 33, etc.) ! Notre «Gradelinho» a bien enclenché le turbo mais il en a oublié Sanogo and Co sur le bas-côté alors que l'attaquant franco-ivoirien était libre comme l'air (16). Mention spéciale pour sa constance dans l'engagement.

2017 / 2018

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2017/2018

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES