Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Si Toulouse n'est pas capable de faire le plein à domicile, il n'y a pas 36 solutions : son salut passera par gagner… des points en dehors de ses bases. Façon écureuil qui grignote sans vergogne : partager la récolte (match nul) à défaut de pouvoir vaincre. Pas de petit profit, que du grand répit.

Pourtant, les chiffres, encore et toujours, ne parlent pas vraiment en faveur du Téfécé dont le bilan extérieur en fait un barragiste tout désigné (18e) : 2 victoires, 4 nuls et 10 défaites ; 12 buts pour et 27 contre, soit un goal-average de -15.



Comme il n'y en a effectivement que 2 (de précieux triomphes loin du Stadium), on n'hésite pas à se les remémorer : 1-0 à Angers (but brésilien de Diop, car passe décisive sous forme d'aile de pigeon), 1-0 à Nice (but… brésilien de Gradel, car enveloppé du droit flanc gauche dans la lunette opposée). Le 21 octobre et le 3 février. Deux dates à marquer d'une pierre blanche au «beau» milieu d'une ribambelle de camouflets (2-6 à Paris, 0-2 à Marseille, 1-3 à Dijon, 0-2 à Lyon dernièrement). Stop, ça suffit !

«Le match-référence, rit jaune l'entraîneur haut-garonnais Michaël Debève, c'est Dijon samedi ! Une équipe qui bien que joueuse, fut avant tout costaude. Elle a livré le match parfait pour décrocher les fameux 3 points. Il faut s'en inspirer : on avait su le faire à Nice, on l'avait aussi fait à Angers. Il n'y a pas de raison de ne pas rééditer la performance. Sur nos rares sorties de balle, il s'agit d'avoir l'esprit plus tueur afin de marquer. La recette n'a rien de sorcier.»

Mais peut rapporter gros. En la circonstance, une 16e saison consécutive dans l'élite du PAF, Paysage footballistique français. Le jeu en vaut la chandelle, non ?


Caen : réveil en Normandie

Jusqu'ici tout va bien… Cela pourrait être la devise de Malherbe en cette année 2018. Douzièmes à Noël, les protégés de Patrice Garande ont en effet dégringolé depuis le week-end dernier et une 4e défaite d'affilée à l'Amiens SC (0-3), au 15e rang – leur plus mauvais classement de la saison (exceptées les 2 premières joutes qui n'ont pas valeur, forcément). Faites vos jeux, rien ne va plus du côté des casinos de la Côte normande. Quand bien même le «gourou» local, en fin de contrat en juin au passage, adopte la «positive attitude» : «Dans ma tête je n'ai aucun doute, on va rester en L1. Nous avons toujours notre destin entre les mains.» Pas faux puisque le SMC (15e, 35pts ; -19) émarge avec un matelas de 6 points sur le 18e (barragiste) et 7 sur le 19e (premier relégable). Mais en cas de revers face au TFC demain soir, la donne changera et la meute se rapprocherait à grandes enjambées…

Ce qu'en pense Michaël Debève :

« Les Caennais vont mettre toutes leurs armes dans la bataille pour nous battre, c'est-à-dire laisser un concurrent direct à 8 points. C'est pour eux le match du maintien. Comme nous, Troyes et Lille, ils sont sur une série un peu dure : cela fait 4 matches qu'ils recherchent la victoire. Ils se doivent eux aussi de l'emporter. Après, ce peut être une bonne chose pour nous de tomber sur une formation qui s'ouvre un peu… »

Pourquoi le TFC a ses chances :

Déjà, parce qu'il se retrouve un peu-beaucoup dans l'obligation de capitaliser. Ensuite, parce que la roue va bien finir par tourner. Ensuite (bis), corollaire, parce que les séries sont faites pour s'arrêter (3 échecs consécutifs à D'Ornano pour le Tef). Enfin, parce que ce rendez-vous ressemble à s'y méprendre au déplacement à Nice le 3 février (1-0, Gradel/24eJ).

NOTRE PRONO :

1-0 pour Toulouse (but de… Gradel à la 60e).


Rennes : opération commando

Assuré de disputer la Ligue des champions depuis samedi et son 27e succès, le Paris-SG, vainqueur de la Coupe de la Ligue, a libéré une place en C3 : en l'occurrence la 5e. Occupée actuellement par… les Rouge et Noir du Roazhon Park (47pts ; +3). Autant dire que la troupe de Lamouchi a de la suite dans les idées à J-6. Revenus du Diable-Vauvert ou presque (avant-derniers fin août), les coéquipiers du vice-capitaine Benjamin André surfent sur une sacrée dynamique depuis deux mois : 4 victoires (à Lyon et Bordeaux, entre autres), 4 matches nuls (devant Saint-étienne et Monaco, notamment ; et à Nice pour leur dernière sortie, dimanche). Au point, logique, de ne jamais avoir été aussi haut perchés durant l'exercice – le vent en poupe, naturellement !

Ce qu'en pense Michaël Debève :

« Un gros morceau. Certainement l'adversaire le plus coriace qu'on va avoir à affronter sur ces 6 dernières rencontres. Ce sera un match compliqué chez une bien belle équipe : depuis l'arrivée du nouvel entraîneur Sabri Lamouchi, les Rennais, auteurs d'une mauvaise entame, font vraiment un Championnat remarquable . Il est très difficile d'aller là-bas mais on est obligés de prendre des points. Moralité : il va bien falloir en prendre sur les 3 voyages qu'il nous reste. »

Pourquoi le TFC a ses chances :

Les Toulousains ont (très) souvent délivré de belles partitions en Ille-et-Vilaine : 25 buts au total sur les 8 précédents Stade-TFC. Une affiche rarement neutre, quoi. Puis Rennes a privé le Téfécé d'une demi-finale de Coupe de la Ligue, en janvier, qui aurait vu le Stadium recevoir le PSG. ça ne s'oublie pas.

NOTRE PRONO :

1-1 (ouverture du score signée Delort avant la mi-temps, égalisation à un quart d'heure de la fin par Bourigeaud).


Bordeaux :derby collé-serré

Show (3-1 vs l'Olympique Lyonnais) et froid (0-3 devant le Racing Strasbourg). La cuvée 2017-2018 des Marine et Blanc est loin d'être millésimée. Elle aura coûté son poste à Jocelyn Gourvennec (remplacé en date du 20 janvier par l'Uruguayen Gustavo Poyet), entraîné le jet de l'éponge (!) du capitaine Jérémy Toulalan ou la disette de son Brésilien Malcom, plus vraiment facteur X avec 2 petites réalisations depuis la trêve des confiseurs… En attendant, les partenaires de Benoît Costil (photo) se sont vus signifier par leur patron un objectif clair, net et précis : la mise en cinquantaine. Autrement formulé, positionnés aujourd'hui à la 12e place (40pts ; -6), ils seraient bien inspirés d'atteindre la barre des 50 points.

Ce qu'en pense Michaël Debève :

« Non, pas franchement l'idéal à ce stade-là du Championnat cet ultime voyage – même si les Girondins font une saison moyenne, profondément en dents de scie… à vrai dire, je crois que l'issue de ce derby de la Garonne dépendra en grande partie de notre résultat la semaine d'avant, sur l'île du Ramier, contre Lille. Un tournant, assurément. »

Pourquoi le TFC a ses chances :

Balle au centre. Ce sera la troisième fois cette saison que les deux rivaux du fleuve se croisent, après une victoire 1-0 de Bordeaux à Toulouse au round aller mi-septembre (6eJ) et la monnaie de la pièce 2-0 en Coupe de la Ligue trois mois plus tard (8e), toujours dans la Ville rose. Alors, la belle pour la bête blessée violette ?… En tout cas, la bande au scapulaire n'aura plus rien à jouer. Aux visiteurs d'en profiter pour terminer leurs escapades par une bonne note.

NOTRE PRONO :

2-2 (premier but œuvre de Malcom, 1-1 grâce à Gradel, 2-1 via Braithwaite, égalisation dans le temps additionnel de Gradel qui réalise ainsi le doublé).

2017 / 2018

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2017/2018

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES