Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Théo Faugère, Anthony Bernat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Forts de leur bon début de championnat, les Téfécistes n'ont pas nourri de complexes face au club de la Principauté. Cependant doivent se contenter du match nul, obtenu à 10 minutes de la fin. Ils restent 3es.

Il n'y aura donc pas de passe de quatre pour le Tef ; un premier nul de la saison, au contraire. Après être venus à bout successivement de Bordeaux (2-1), Nîmes (1-0) et, avant la trêve, Guingamp (2-1), les coéquipiers de Max-Alain Gradel ont buté sur l'équipe du Rocher. Ce qui porte leur série en cours à 1 défaite, 3 victoires, 1 nul ; le bilan n'est quand même pas mal et leur permet de continuer à jouer en haute-altitude. Nous ne nous en plaindrons pas, naturellement !

Alors, hier soir bonne ou mauvaise affaire ? un point gagné ou deux perdus ? L'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide… à chaque match nul qui par définition ne satisfait aucun des deux camps, c'est la même rengaine. On s'interroge. Et on serait tenté, ici, de voir le bon côté du partage. Un simple coup d'œil sur le déroulé de la partie nous éclaire : auteurs d'une première demi-heure intense, les Garonnais ont bousculé le vice-champion sans parvenir à concrétiser. L'ASM a ensuite sorti la tête de l'eau et pris le score deux minutes après avoir touché le montant de Reynet (centre-tir de Chadli, 55e). Les Violets se sont rebellés, ont égalisé et poussé, auraient néanmoins pu céder – on pense à ce service de Traoré qui file devant la cage à la 88e… Bref, balle au centre.


L'île du Ramier imprenable

N'empêche que les motifs de satisfaction existent. Ce dont il faut se réjouir, c'est que Toulouse demeure invaincu à la maison, dans son antre du Stadium. Où il est, mine de rien, pas loin d'avoir réussi carton plein avec 7 unités sur 9. Quand on se rappelle le chiffre ne serait-ce que de la saison passée (26pts/57), on ne fera pas la fine bouche… Plus arithmétiquement ou anecdotiquement comme dirait à coup sûr le coach Alain Casanova, on peut également assurer que le nouveau Téfécé restera sur le podium après les trois matchs d'aujourd'hui dimanche. Enfin, à égalité numérique, parce que si l'OM l'emporte en soirée sur la lanterne rouge Guingamp, Marseille passera devant au goal-average.

Du pain béni, en somme. Oui, car les temps où le TFC était irrésistiblement happé par les bas-fonds du classement ne sont pas si lointains que ça, tout proches au demeurant. Casanova le technicien, lui, préférera certainement retenir le bloc haut et le pressing exercé par les siens en entame avec une envie d'aller de l'avant et une belle fluidité dans la circulation. Au fait, Manu Garcia, décidément, on est fan !


Le chiffre : 1re

pour > El Mokeddem. Il s'en souviendra toujours… En évidence cet été pendant la préparation, le petit milieu offensif gaucher Hakim El Mokeddem, convoqué pour la première fois, a également connu ses toutes premières minutes de jeu en pros.


Les buts:

57e : invisible en première période, Youri Tielemans s'infiltre aux 25m dans le milieu toulousain en souffrance depuis la reprise ; pas attaqué, il arme et tente une frappe enroulée du gauche qui heurte le dessous de la transversale avant de rebondir au sol. Baptiste Reynet se relève et est ensuite bousculé par Diop ; mais l'arbitre, averti par sa montre qui a vibré (goal line technology), accorde le but justement – les ralentis et révélateurs sont formels (0-1). 79e : petit ballon de Bostock contré par la poitrine de Glik qui remet involontairement dans la course de Aaron Leya Iseka ; lequel pénètre dans la surface de réparation pour s'en aller battre entre les jambes, du droit, croisé, Diego Benaglio (1-1).


Réactions

Leonardo JARDIM (entraîneur monégasque) : «L'objectif c'était la victoire et à ce titre-là le bilan est négatif. Maintenant, sur l'état d'esprit et l'attitude je suis très satisfait. On a de mieux en mieux maîtrisé la rencontre même si on peut regretter le déchet technique en certaines occasions. Les joueurs ont donné le maximum. Les absences ? Je ne me plains pas des absences. On est là pour faire progresser cette jeunesse. Pour mardi face à l'Atlético Madrid on devra garder ce comportement et, surtout, se montrer plus juste techniquement. Prêts ou pas de toute façon, il faudra jouer ce match ! Et l'objectif sera de le gagner pour débuter la compétition par une victoire et tout faire, ainsi, pour se qualifier.»

Alain CASANOVA (entraîneur toulousain) : «On se contente de ce point. Je suis fier de mes joueurs. Nous avons fait un très gros début de match en étant supérieurs à Monaco pendant trente minutes. Ils sont bien revenus, on a été menés mais mon équipe a refusé la défaite.»

Christopher JULLIEN (défenseur toulousain) :«J'ai un peu un sentiment d'inachevé. Je pense qu'en première mi-temps on a quelques situations pour peut-être débloquer la marque, donc je reste amer : on aurait pu gagner ce match. On a manqué de justesse dans la dernière passe. Ensuite ils ont démarré fort la seconde période, nous ont mis ce but. Et même si on a bien réagi, la clé du match reste les trente premières minutes.»

 

TFC-Monaco : les joueurs au crible...

Reynet (10/20).

- L'homme qui avait réalisé le plus d'arrêts en Ligue 1 avant le début de cette cinquième journée n'a pas vraiment eu l'occasion de faire gonfler ses stats hier. Pire, sa transversale n'était pas avec lui… Il était sans doute trop avancé sur le but (0-1, 57e).

Amian (10).

- Le latéral des Espoirs n'en a ni fait trop, ni pas assez. Pas vraiment embêté par les attaques monégasques, il ne s'est pas énormément projeté pour amener le danger. Un match tranquille.

Fortes (10).

- Il a quelques fois paru fébrile, mais a eu le mérite de ne pas faire d'erreur fatale. Ça aurait pu quand il a été contré dans sa relance par M. Sylla (12).

Jullien (12).

- C'est lui qui est revenu tacler le jeune attaquant de l'ASM dans les pieds après la perte de balle de son partenaire de charnière. Un match maîtrisé pour celui qui semble prendre de l'assurance match après match.

Moubandjé (12).

- Le Suisse ne s'est pas épuisé avec sa sélection en Ligue des Nations, puisqu'il a été cantonné au banc. Il avait donc de l'énergie à revendre avec le maillot violet sur le dos. Toujours tranchant dans ses montées offensives, son entente avec Gradel est de plus en plus intéressante. La gauche forte.

Bostock (11).

- Il est souvent dans le bon tempo, joue en une touche, et impose sa présence physique. Quelques approximations techniques en début de match.

Sangaré (12).

- Encore très rassurant dans l'entrejeu, l'Ivoirien arrive à se sortir du pressing adverse par quelques touches techniques et à remettre l'équipe sur les rails. Il a eu moins d'influence sur le jeu en seconde période.

Dossevi (10).

- Il a peiné à exister, exilé sur son aile droite, avec des dribbles rarement aboutis. Il devient plus intéressant quand il rentre au cœur du jeu pour apporter des solutions. Remplacé par El MokedDem, venu gratter ses premières minutes en pro (77).

Manu Garcia (13).

- Monsieur verticalité. L'Espagnol met l'équipe dans le bon sens dès sa première touche de balle. Il a encore dicté la cadence hier soir, s'offrant quelques régalades comme ce contrôle/sombrero sur Jemerson, qui s'est immédiatement vengé en lui mettant un taquet qui a fait sortir à Ruddy Buquet le premier jaune du match (28e). Remplacé par Durmaz (64) qui a distribué des caviars depuis sa moitié de terrain, et aurait pu marquer d'une frappe qui a rasé le poteau (76).

Gradel (13).

- Toujours le plus remuant devant, sa qualité technique permet d'ouvrir des espaces, et de créer les occasions. Il a fait souffrir le champion du monde Sidibé jusqu'au bout.

Yaya Sanogo (8).

- Comme un chat devant une partie de tennis à la télé, il a passé une bonne partie de son match à tourner la tête pour voir passer les ballons au-dessus de lui. À cause de centres mal ajustés, il n'a rien eu à se mettre sous la dent. Encore moins sous le pied, avec une participation au jeu quasi nulle. Remplacé par Leya Iseka (59), qui a déjà une chanson à sa gloire au Stadium. Le Belge a sonné la révolte d'un tir du gauche repoussé par Benaglio (70), avant de venir le battre pour égaliser (1-1, 79e). De quoi justifier le chant.

 

Le TFC ravive la flamme

Qu'il semble loin le pessimisme ambiant après la gifle infligée par l'OM lors de la première journée de championnat (4-0). Rougies par les Marseillais le 10 août dernier, les fesses des Violets ont depuis repris des couleurs plus chastes grâce aux trois victoires consécutives décrochées aux dépens de Bordeaux (2-1), Nîmes (1-0) et Guingamp (1-2). Saigné de certains cadres lors du mercato et amoindri par les soucis gastriques de son capitaine Radamel Falcao, ce Monaco n'avait certes rien à voir avec celui à même de rivaliser avec l'ogre parisien. Mais le TFC, tout aussi bouleversé par les nombreux changements opérés à l'intersaison, a amplement assumé les promesses entrevues depuis le début de la saison. Dominateur pendant près d'une heure, notamment grâce à son maestro Manu Garcia dont la technique et la vista semblent pouvoir (enfin) faire oublier Oscar Trejo, le TFC n'a pourtant pas réussi à concrétiser ses bonnes intentions au tableau d'affichage. Un manque d'efficacité sanctionné au prix fort par Youri Tielemans dont la délicieuse frappe enroulée a discrètement franchi la ligne de but après avoir fracassé la barre transversale. Alerté par les vibrations de sa montre, Ruddy Buquet n'a pu que valider l'ouverture du score (56e). Mais à l'image du coaching offensif d'Alain Casanova traduit par les entrées successives de Leya Iseka (60e), Jimmy Durmaz (64e) et Hakim El Mokeddem (77e), les Toulousains semblent animés par un tout autre état d'esprit que celui qui les avait poussés aux portes de la Ligue 2. Un panache et une abnégation logiquement récompensés par l'égalisation de Leya Iseka à quelques minutes du coup de sifflet final (79e). De quoi valider les choix de leur entraîneur et décrocher un point amplement mérité face à un cador du championnat. Sous l'impulsion des Indians, le virage Brice Taton, qui n'a cessé de s'époumoner, a d'ailleurs laissé entrevoir un début d'idylle plutôt qu'un divorce consommé.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES