Menu

Fil de navigation

Recherche

Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Coupe Ligue

Un bol d'air pour oublier le calvaire. Deux mois presque jour pour jour après leur dernière victoire de la saison (le 1er septembre à Guingamp, 2-1), les Toulousains accueillent l'équipe de Lorient, ce soir. Des Bretons évoluant en Ligue 2, qui semblent à la portée des hommes de Casanova. Ces derniers ont d'ailleurs beaucoup à se faire pardonner après les deux dernières claques reçues en Ligue 1, notamment lors du derby d'Occitanie face à Montpellier au Stadium (0-3).

 


«Blessés, frustrés, honteux»

Bonne nouvelle, les joueurs en sont conscients. C'est du moins ce qu'a annoncé Alain Casanova, lors de sa conférence de presse. Ce dernier n'a d'ailleurs pas lésiné sur les qualificatifs pour faire passer le message : «Le groupe est revanchard, blessé, frustré, déçu, honteux après ses deux défaites, a-t-il balancé. Celle de Nantes (0-4) a fait mal mais celle de Montpellier encore plus car c'est un derby».

Pour remédier à tous ces maux (et ces mots), les joueurs doivent obligatoirement retrouver le chemin du succès en Coupe de la Ligue… Une compétition qu'ils avaient quittée en quart de finale la saison passée (2-4 face à Rennes).

Face aux Merlus lorientais (actuellement 4e de Ligue 2 et candidats à la montée), Alain Casanova pourra compter sur le retour de l'attaquant numéro 1, Aaron Leya Iseka (auteur de deux buts). Suspendu lors des trois derniers matchs, il devrait apporter plus de poids à une attaque toulousaine qui en a cruellement manqué en son absence.

Mais face à des Lorientais solides défensivement (3e meilleure défense de Ligue 2), la tâche des Toulousains s'annonce ardue.


Place aux jeunes

Il n'empêche, Alain Casanova veut faire de cette coupe nationale un objectif, rappelant que dans cette compétition, comme en Coupe de France, le parcours de chaque équipe est tributaire du tirage au sort. «L'équipe qui a l'objectif d'aller au bout et qui rencontre rapidement le PSG, a malheureusement peu de chances d'y arriver», développe le coach violet.

Côté effectif, Casanova a prévu de faire tourner. Si le gardien remplaçant Mauro Goicoechea est d'ores et déjà annoncé comme titulaire, d'autres joueurs pourraient profiter de cette occasion pour chambouler l'ordre établi. On pense notamment aux jeunes issus du centre de formation : le milieu de terrain, Kalidou Sidibé ou l'attaquant Hakim El Mokeddem devraient notamment avoir leur chance.

Au total, pas moins de neuf titulaires ont été laissés au repos par le coach toulousain. Reste donc aux remplaçants de donner un coup de fouet à la saison du TFC.


Amine Adli passe pro

Le TFC prépare l'avenir et a fait signer, hier, son premier contrat professionnel au Pitchoun Amine Adli. Âgé de 18 ans, le milieu de terrain a signé pour une durée de trois ans avec les Violets. Quelques jours plus tôt, c'est Bafodé Diakité qui a signé son premier bail en pro. En revanche, les négociations pour l'indispensable défenseur central Jean-Clair Todibo n'ont toujours pas abouti.

 

Landreau comme un Merlu dans l'eau

«Dès le premier jour, je me suis senti jugé. Je crois que ce sera tout le temps comme ça parce que ça fait partie de ma vie depuis ma première année en tant que joueur», a ainsi confié l'ancien portier.

La pression, Mickaël Landreau connaît. Gardien de but de Nantes, du Paris SG, de Lille et de Bastia, l'homme aux 618 matches de Ligue 1 – un record – l'affronte avec détachement voire une certaine délectation, lui qui se décrit volontiers comme un «compétiteur».

Il est de ces joueurs qu'on imagine très tôt sur un banc, une fois leur carrière achevée.


Fini le temps de la découverte

Après une longue et patiente formation théorique, où il a accumulé à peu près tous les diplômes possibles d'éducateurs à entraîneur d'équipe professionnelle, il a accepté de reprendre Lorient il y a presque un an et demi.

Entraîneur novice d'une équipe traumatisée par une relégation après une saison cauchemardesque, avec un effectif pléthorique et une forte pression pour remonter directement : il n'a pas choisi la facilité.

Sa première saison est ponctuée par une 7e place décevante, avec cinq défaites lors des huit dernières journées, chez des rivaux comme Brest (3-0) et Nîmes (1-0) mais aussi chez des condamnés à la relégation comme Tours (3-1) ou Quevilly (3-0) lors de la dernière journée.

«J'ai fini l'année en ayant ce mélange de frustration car l'ambition était d'aller «là-haut», et de fierté, tout de même, car on ne mesure pas tout le travail accompli», avait-il jugé en début de saison.

«J'ai découvert un championnat complexe, physique et engagé mais il y a beaucoup de richesse de jeu. Il n'y a aucun match facile, surtout à l'extérieur», avait-il aussi résumé, déplorant le manque «d'âme» de son équipe. Cette année, «c'est évident que c'est différent, parce qu'on a appris à se connaître, on n'est plus dans une période de découverte», reconnaît-il aujourd'hui.


Des «ajustements» cet été

Cet été, «on a eu des mouvements, des rééquilibrages, des ajustements», comme le départ d'individualités pas toujours faciles à gérer comme Denis Bouanga ou Mattéo Guendouzi. Si Landreau «ne maîtrise pas tout», il a «le sentiment d'en maîtriser beaucoup et c'est déjà une chance pour moi», relève-t-il. Contrairement à certains acteurs de l'âge d'or nantais devenus des entraîneurs prudents voire frileux, il était aussi arrivé avec des ambitions assumées dans le jeu.

«Je fais ce métier pour donner des émotions et offrir du spectacle. Ce que je souhaite, c'est que mon équipe ait un jeu porté vers l'avant», avait-il clamé peu de temps après son arrivée et il peut à bon droit affirmer que l'on «s'ennuie rarement quand on regarde Lorient !».

Sur le plan comptable, la différence n'est cependant pas encore spectaculaire. Mais, avec ses 22 points et une différence de but plus favorable de deux buts par rapport à l'année dernière, Lorient, 4e, est bien installé dans le wagon de tête.

«Je suis hypercontent d'avoir ce match à Toulouse. J'aurais préféré un meilleur tirage, à domicile. Mais c'est super pour l'effectif, pour le groupe, pour la cohésion», conclut-il, espérant prouver contre une équipe de l'élite que son groupe y aurait sa place.
 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES