Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Les Violets ont raté leur entame et, plus globalement, leur match. Ils ont eu l'occasion de l'emporter à 20min de la fin mais auraient dû être menés au repos. Bref, un point équitable.

Décidément, les protégés d'Alain Casanova sont imprévisibles. Surprenants mardi en Coupe car héroïques, surprenants ce dimanche car apathiques. Tandis qu'on les attendait, hier, sur leur lancée d'un début d'année sympatoche comme on dit : 3 succès (dont 2 qualifications) en 5 rencontres. Las, leur jeu fut à l'image de la météo : maussade.

Analyse thématique.


Un match, deux systèmes

On vous avouera qu'à réception de la feuille de match une heure avant les hostilités, on eut des doutes : alors, traditionnelle défense à trois ou retour à un vrai numéro 10… Pourquoi ? Parce que Diakité était sur le banc et Durmaz bien dans le XI de départ. Et comme «Cahu», 8e titularisation, peut évoluer en charnière comme en «6»… Finalement, Coach Casanova choisit les deux ! En première mi-temps, ce fut du 3-4-3 ; en seconde, du 4-2-3-1. Pas de jaloux, en revanche un changement d'animation radical d'une période à l'autre. Autant la paire de milieux axiaux Sangaré-Durmaz a eu du mal à trouver ses repères avant les citrons, autant tout le bloc-équipe téféciste évolua un voire deux crans plus haut après. Et les situations et/ou occasions de se multiplier, avec un temps fort autour de l'heure de jeu : retourné de Gradel dévissé sur service de Moreira (57), percée dans la surface de Sylla avec centre en retrait mal ajusté (59).


Un but refusé, un penalty manqué…

Une pression – bien fraîche (4°C au coup d'envoi, gros «grain» à une demi-heure du début) – jusqu'à l'ouverture du score, superbe. Et justement refusée pour une position illicite, nette, de Moreira, à l'entrée des 16m50, servi par une passe à contretemps de Durmaz ; et qui lui-même avait, devant la sortie de Butelle, astucieusement décalé Gradel (60e). Douze minutes plus tard, c'est un tir à 11m dont bénéficient les Garonnais : une-deux Dossevi / Leya Iseka et accrochage de la jambe droite de l'ex-Messin par un tacle de Thomas. Gradel frappe mi-hauteur axe gauche et Butelle imite Reynet (72e) ! Cependant que sur le corner qui en découle, Gradel encore voit sa reprise en pivot sauvée sur la ligne par la tête de Manceau (73e) !!


Mais deux montants contre

Donc, le Tef pas verni ? Non, et oui en même temps si on considère que Reynet a essuyé deux «bois», un dans chaque mi-temps. Le premier (cf. encadré) est encore une histoire de penalty, très tôt dans la partie. Shoji pas assez proche, Cahuzac mystifié, Jullien fautif. L'os s'appelle Tait, il se fait la malle aile gauche, entre dans le rectangle de vérité et trébuche sur la charge à l'épaule de l'ancien Dijonnais. Péno. Bahoken croise son tir au sol, Reynet parti du bon côté se détend et parvient à toucher suffisamment le ballon pour le pousser sur son poteau droit. Le cuir longe ensuite la ligne (3e). La deuxième opportunité est également un coup de pied arrêté : faute de Jullien, encore, sur Tait, toujours. L'ailier gauche angevin se fait presque justice : son coup franc heurte l'équerre gauche du portier (52e).


Pas d'incidence : un moindre mal

Les débats n'ayant pas atteint des sommets, on va vite passer à l'aspect comptable. Le Toulouse FC a assuré le minimum syndical et, à l'arrivée, n'avance pas mais ne recule pas pour autant non plus. Statu quo au classement : le Téfécé était 13e, il le reste. Surtout, avant ce week-end, il avait 8 points d'avance sur la zone rouge, autrement dit le 18e et barragiste (Dijon hier, l'Amiens SC ce matin) ; après, il en a autant.

Déjà ça, avant de partir à l'assaut du Rocher, samedi soir…


Reynet, deux ans après

Reçu 1/4. Si le TFC a récolté 8 pénos en championnat depuis l'ouverture de l'exercice à Marseille (6 marqués), il s'agissait, hier, du 4e concédé – et, ainsi, du 1er arrêté par Baptiste Reynet.

Au vrai, le dernier goal toulousain à avoir stoppé la «sanction

suprême» est Alban Lafont, il y a deux ans pile (21 janvier 2017), face au Bordelais Malcom dans l'antre du Matmut Atlantique (revers, quand même, 0-1).

Gradel ne tue pas le match, Reynet le sauve

Reynet (15/20).

- Le seul dont on peut dire qu'il a rempli sa part du contrat, en sortant une grosse parade sur le penalty de Bahoken dès la troisième minute, puis en étant présent tout le match, notamment sur une tête de Thomas (43).

Shoji (10).

- Le nouvel élève avait envie de bien faire. Parfois pris de vitesse, ou coupable de passes hasardeuses, comme cet extérieur qui a fini en touche (21) il a toujours mis les gaz derrière pour se rattraper. Il n'est pas irréprochable au départ de l'action qui conduit au penalty en tout début de match, mais n'hésite pas à aller au contact, à tacler. Une copie en demi-teinte.

Cahuzac (10).

- Pas grand-chose à signaler. Il a bien contenu Bahoken et les faibles attaques angevines en première période avant de repasser au milieu de terrain.

Jullien (10).

- Il a commencé son match en concédant un penalty sur Tait (3e), a tenté un sombrero sur un défenseur angevin aux alentours de la demi-heure de jeu, et aurait pu beaucoup s'en vouloir si le coup franc de Tait, après une de ses fautes (52e), n'avait pas été renvoyé par l'équerre. Un match classique pour Christopher.

Moreira (10).

- Il s'est retrouvé deux fois en très bonne position : la première quand Gradel rend fou Santamaria et enroule une frappe contrée qu'il ne peut reprendre (40), la seconde sur le but refusé pour hors-jeu où il décale Gradel (60e). Il aura eu le mérite d'y être.

Sangaré (11).

- Une illustration de ce qu'apporte l'Ivoirien, à la 9e minute : une magnifique ouverture par-dessus la défense, malheureusement mal réceptionnée par Sanogo. Capable de casser des lignes par la passe avec une apparente facilité, il n'a pas non plus réussi à être déterminant.

Durmaz (8).

- Indolent en première période, donnant souvent beaucoup de ballons à contretemps. Illustration du rythme du match, il s'est permis de discuter avec Cahuzac en pleine action, balle au pied (35) aux abords du rond central. Le changement de système à la mi-temps lui a été bénéfique : on l'a vu distribuer de bons ballons en jouant un cran plus haut. Remplacé par Manu Garcia (74), qui n'a pas plus trouvé la clé du coffre angevin.

Sylla (11).

- Il ne s'est pas fait prendre défensivement, et a réussi à se montrer offensivement sur quelques montées. Loin d'être le plus mauvais.

Dossevi (10).

- Comme les autres, meilleur en deuxième période, où il a fait plus de différences. En première, on l'avait plutôt vu courir vers son camp ou la ligne de touche.

Sanogo (7).

- Un vrai match d'avant-centre, avec presque aucun ballon à négocier. Mais l'un des rares qu'il a eu, il l'a manqué (9). Remplacé par Leya Iseka (70), qui s'est illustré dès son entrée par une remise qui a conduit au penalty raté par Gradel (72e).

Gradel (8).

- Quasiment rien en première mi-temps, à part ce festival sur Santamaria (40). En deuxième mi-temps il a d'abord à nouveau tenté une bicyclette (57), comme face à Dijon, mais ça ne peut pas rentrer à tous les coups. Puis, il a eu une opportunité de marquer sur penalty, mais Butelle l'a arrêté (72e). Ceux-là, on aimerait qu'ils rentrent à tous les coups.

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES