Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère et Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Système mis en place au tout début de saison, puis abandonné pour passer à trois défenseurs centraux, le 4-2-3-1 revient progressivement. Quels avantages pour le Tef ?

«Notre première mi-temps est faible, parce que notre jeu de position n'est pas bon. Ce n'est pas la faute des joueurs, mais la mienne.» Alain Casanova a tenu à mettre les choses au point, sitôt le match terminé, dimanche soir. Si le TFC a subi pendant les 45 premières minutes de la rencontre, c'est avant tout à cause du système de jeu, le 3-4-3 en place depuis maintenant près de trois mois.

À la mi-temps, le coach change son fusil d'épaule et renvoie ses troupes sur le terrain organisé en 4-2-3-1, schéma qui était utilisé en début de saison. Et comme face à Reims en Coupe de France quelques jours plus tôt, où Toulouse était repassé à quatre derrière suite à la sortie sur blessure de Kelvin Amian, l'équipe se remet à l'endroit et dégaine une seconde période de bien meilleure facture.


Des meneurs plus joueurs

«On a été mieux organisés dans nos remontées, tout en leur permettant moins de trouver des décalages. Et on a perdu beaucoup moins de ballons à l'intérieur du jeu» notait Alain Casanova à propos de la seconde mi-temps des Violets. Avec Cahuzac passé de la défense centrale au milieu de terrain aux côtés de Sangaré, la récupération toulousaine s'est faite plus efficace, et a surtout permis à Jimmy Durmaz de se libérer, en jouant un cran plus haut. Le Suédois, auteur d'une mauvaise première période, s'est rattrapé par la suite, exactement comme l'avait fait Manu Garcia face à Reims en Coupe.

En 4-2-3-1, les Toulousains peuvent évoluer avec un vrai meneur de jeu, que ce soit le Suédois ou l'Espagnol, et créer une présence plus importante sur les buts adverses, ce qui a cruellement fait défaut avec un dispositif à trois centraux.

Et le passage à un 4-2-3-1 pourrait être crédible avec le retour de Sangaré, dont la blessure avait sans doute été l'une des raisons de l'abandon de ce système de jeu.


Quel visage à Monaco ?

Les récentes prestations pourraient-elles justifier un retour au 4-2-3-1 dès le coup d'envoi à Monaco, ce samedi ? Rien n'est moins sûr.

Alain Casanova ne s'est jamais caché de sa volonté d'être flexible, et de pouvoir s'adapter à son adversaire, et pour l'heure, il est difficile de savoir quel profil aura le Monaco de Jardim pour son retour à Louis-II. Si Thierry Henry avait opté pour une défense à trois lors des derniers matchs, le Portugais n'en a jamais été un grand adepte.

«J'ai toujours dit que l'on pouvait repasser à quatre à tout moment – que ce soit par rapport à un adversaire, à ce que nous on veut faire, ou dû à une obligation au vu de certaines absences. Donc tout est possible» déclarait le technicien téféciste quelques heures avant le match face à Angers.

Quoi qu'il en soit, les Violets semblent maintenant avoir une nouvelle corde à leur arc au moment d'entrer dans le dur de cette seconde partie de saison.


Coupe de France : 8e le 5 février

Le TFC disputera son huitième de finale de Coupe de France le mardi 5 février prochain, à 18h30. Son adversaire, en revanche, n'est pas encore connu : il s'agira du vainqueur du match entre l'Entente Sannois/Saint-Gratien (N1) et Nantes prévu le 2 février. Le match a été reporté deux fois, d'abord en raison de la disparition d'Emiliano Sala, puis d'un problème de sécurité dans l'une des tribunes du stade francilien. Quel que soit le gagnant, pour la première fois dans cette Coupe de France, le TFC se déplacera pour son huitième de finale.

On devrait a priori en rester là

Un acheté, un résilié, un prêté. Le défenseur central japonais Gen Shoji a débarqué le mercredi 2 janvier dans la Ville rose qu'aura quittée deux semaines plus tard, de son chef, le libero camerounais Stéphane Mbia. Tandis que, le 22, signait jusqu'à la fin de la saison à Lens (L2) Steven Fortes, encore un axial.

Voilà, à 72h du baisser de rideau du marché (jeudi à 23h59), le bilan du TFC que l'on peut facilement résumer de la sorte : ça a bougé derrière ; au milieu et devant il y avait déjà ce qu'il faut en stock.

Quand bien même les dirigeants toulousains ne se refusaient pas d'enrôler en prêt un attaquant supplémentaire, susceptible d'apporter une réelle plus-value, en cas d'opportunité. Aux dernières nouvelles, elle ne s'est pas présentée devant l'entrée du Stadium et d'après nos infos personne n'en prendra le chemin…


Bodiger et Yago dans l'attente

Dans le sens inverse, Yann Bodiger, le héros d'Angers 2016, et Steeve Yago, le soldat de Dupraz – dont les bons de sortie sont officiels – n'ont toujours pas trouvé preneur même si des contacts ont été établis pour l'un et pour l'autre. Hier après-midi, le milieu défensif gaucher (lié jusque 2020) discutait avec deux clubs : un français de L2 qui n'est plus Béziers (l'Angevin Dorian Bertrand s'y est engagé vendredi) et une formation espagnole de D2 dont l'identité non plus n'a pas filtré.

Quant au Burkinabé (2019) qui n'a pas disputé une seule minute en championnat cette saison, il reste ouvert à tout projet, dans l'Hexagone comme à l'étranger. «Steeve peut rendre service à beaucoup d'équipes» insiste-t-on dans son entourage. Pour mémoire, Queens Park Rangers (D2 ANG) était venu aux renseignements l'été dernier, le Racing-Club de Lens au début du mois.


Deux nouveaux néo-pros ?

Rayon jeunes, la jurisprudence Todibo qui a déjà battu son plein (après Diakité et Adli, Sidibé, Ngoumou et Koné ont signé professionnel une fois que le futur Barcelonais a été écarté refusant lui de parapher), pourrait accoucher de deux nouveaux pros d'ici le printemps : un défenseur et un attaquant.

Enfin, rappelons que 8 Téfécistes seront en fin de contrat en juin, donc d'ores et déjà libres de s'engager ailleurs : Cahuzac, Durmaz, Manu Garcia, Goicoechea, Moubandjé, Osei Yaw, Vidal et Yago.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES