Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Coupe France

Avec une équipe remaniée, le TFC n'a pu que constater les dégâts face à des Nantais supérieurs dans tous les domaines. L'épopée n'aura pas lieu cette année.

Surprise, hier, au moment de découvrir le XI aligné par Alain Casanova pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de France. On savait Sangaré et Jullien diminués, Amian et Moubandjé blessés, mais on s'attendait moins à ce que Gradel, et Dossevi, l'homme en forme de ce début 2019, soient laissés sur le banc. «Il s'agissait d'aligner la meilleure équipe possible, la plus fraîche. Certains, comme Matthieu, avaient souffert à Monaco», justifie Alain Casanova. Sur le pré, cela donne une équipe jeune, dont les clés sont confiées à El Mokeddem, placé en soutien de Jean et Sanogo. C'est cette équipe qui a dû assister au triomphe de Nantes, et laisser filer le dernier objectif d'une saison morose.


Un TFC inoffensif

Si Toulouse réussit plutôt son entame, contrairement à ce qui avait été le cas à Monaco en championnat, c'est bien Nantes qui se crée la première occasion avec Boschilia servi par Touré dans le dos de Diakité. Goicoechea sort et détourne en corner (8). Mais une minute après, le Tef craque une première fois sur un coup franc tiré de la droite vers la gauche par Lima, et repris d'une tête croisée par Touré. Celle-là, Goicoechea doit aller la chercher au fond. On joue la neuvième minute, et la Beaujoire peut rendre un hommage plus symbolique que jamais à Emiliano Sala.

Nantes est devant, au score et dans le jeu, les Canaris utilisant mieux le ballon, étirant la défense toulousaine et se montrant dangereux sur des centres, notamment avec une tête lobée de Girotto à côté, et, surtout, une signée Rongier détournée de sa lucarne par Goicoechea (43).

À cela, les Violets ne répondent que par des tentatives timides de Jean (25, 29) et Sanogo (26), sans danger. Et c'est bien Nantes qui fait le break avant la pause, grâce à Limbombe, qui enrhume Shoji après une perte de balle d'El Mokeddem plein axe, et vient crucifier Goicoechea d'une frappe croisée déviée par Cahuzac (41).


Et maintenant ?

Sans, une nouvelle fois, un grand Goicoechea, auteur de plusieurs parades déterminantes, notamment sur Coulibaly et Eysseric en toute fin de match, la note aurait pu être bien plus salée pour le Tef, dont la défense s'est montrée aux abois.

Alors que la Coupe de France apparaissait comme le dernier moyen d'illuminer la saison, et que l'objectif était déclaré, on pourra se poser des questions sur l'implication et l'envie mise pour aller chercher mieux qu'un huitième de finale.

Sur le terrain, encore une fois, la révolte n'est pas venue. À peine quelques illusions quand Gradel est entré en jeu, a servi Sanogo d'un astucieux piqué dans la surface, manqué par l'attaquant après une belle sortie de Tatarusanu (62), ou avec une lourde frappe de Bostock au ras du poteau (66). Mais c'est bien Nantes qui termine la rencontre avec 20 tirs, et peut espérer aller en finale. Pour Toulouse, il faudra se concentrer sur le championnat. Et le maintien…

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES