Menu

Fil de navigation

Recherche

T.F. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Alors que sur le terrain, le vent de la révolte ne semble pas se lever chez les Violets, il y a comme un air d'exaspération qui flotte dans les tribunes du Stadium. Des tribunes que les Indians Tolosa ont décidé de ne pas investir durant les 20 premières minutes de la rencontre d'aujourd'hui face à Guingamp : «La situation devient tellement lassante saison après saison que même les plus fidèles supporters deviennent totalement las et résignés. Toute passion pour le Toulouse Football Club s'éteint à petit feu», écrivent-ils dans un communiqué.

«Je respecte leur décision, mais je la regrette également, car on aura besoin de tout le monde», a commenté Alain Casanova, qui n'a pas voulu voir en la réception de la lanterne rouge le match de la dernière chance : «Tous les matchs, on doit jouer pour les gagner. Vous m'entendez souvent le dire, mais on les prend les uns après les autres. Il nous reste onze finales à jouer, et la première est dimanche.»

Mais que se passera-t-il si le TFC ne remporte pas la première de ces finales cet après-midi ? Si la direction du club n'a pas communiqué sur le sujet, et que le vestiaire semble toujours le soutenir, les premières questions concernant l'avenir d'Alain Casanova affleurent. En fin de semaine, le site de supporters LesViolets.com enregistrait un nombre record de participants à l'un de ses sondages depuis sa création en 2007. A la question «Alain Casanova doit-il rester l'entraîneur du TFC ?», 87 % des votants (sur un total de plus de 8 500 personnes) répondaient non.

Amené à réagir, le technicien a tenu à faire passer sa «situation personnelle après les objectifs de l'équipe. Nous sommes tous soumis à des obligations de résultat, mais rien n'a changé par rapport au match précédent», a-t-il assuré.


Alerte rouge

C'est dans ce climat tendu que les Toulousains s'apprêtent à accueillir Guingamp, dans une rencontre déterminante pour la suite des événements. Avant de se déplacer à Nice vendredi prochain et de recevoir le Paris-Saint-Germain le 31 mars après la trêve internationale, le TFC a un besoin vital de points, sous peine de rapidement s'enfoncer dans la zone rouge qu'il survole pour l'instant d'une hauteur de huit points. «La situation touche tout le monde. L'équipe sait que les choses sont fragiles, mais je sens un groupe très concerné par l'avenir du club», a tenté de rassurer Alain Casanova en conférence de presse.

Tous les observateurs seront-ils d'accord avec lui ? Dimanche dernier à Lyon, même si personne ne doutait du fait que le match ne serait absolument pas une partie de plaisir, les Violets ont pris l'eau de toute part et ont semblé abandonner rapidement toute velléité d'accrocher l'OL. Ce sera un tout autre match aujourd'hui, face à une équipe qui végète au fond du classement depuis le début de saison, mais qui n'a pas rendu les armes. Si les Bretons venaient à s'imposer cet après-midi, ils pourraient potentiellement dépasser le Stade Malherbe de Caen, et surtout, revenir à six points du TFC.

«Comme nous, c'est une équipe qui a un potentiel et un effectif pour être beaucoup mieux classée», a prévenu l'entraîneur des Violets. Finaliste de la Coupe de la Ligue, l'En Avant semble effectivement avoir, sur le papier, les armes pour sauver sa saison. Si le retour de Jocelyn Gourvennec, en novembre, a mis du temps à porter ses fruits, Guingamp semble enfin commencer à les récolter. Oui, les Bretons sont la dernière défense de Ligue 1, mais restent sur trois clean sheet consécutives. Et avant de recevoir Dijon pour un match capital dans la lutte pour la survie en Ligue 1, ils ont déjà l'occasion de frapper fort face à un concurrent direct, en grand manque de confiance dans son Stadium, où, rappelons-le, il ne s'est plus imposé depuis le 25 août.


En avant, Toulouse

Pour enfin renouer avec le succès à la maison, quelle tactique pour Alain Casanova ? À cinq derrière à Lyon, la suspension de Yannick Cahuzac ainsi que le fait de jouer à domicile face à la lanterne rouge devrait inciter le Tef à repasser à une défense à quatre, et tenter d'attaquer le bloc guingampais. Il faudra quoi qu'il en soit trouver les ressources mentales pour disputer ce match, réellement, comme une finale, dans un Stadium qui sonnera plus vide encore que d'habitude durant les vingt premières minutes. Un silence en forme d'avertissement, pour un TFC qui, avec un nouveau match sans victoire, commencerait à dangereusement entendre les sirènes de la zone rouge.
Rétro


Quand le TFC grimpait sur le podium…

Le poncif veut que dans le football, tout aille très vite. Vrai, si l'on regarde comment les choses ont évolué pour les Toulousains depuis le match aller contre Guingamp. Septembre venait à peine de démarrer, et les Violets se rendaient en Bretagne fort de deux victoires consécutives à domicile, face à Bordeaux (2-1, 2eJ) puis Nîmes (1-0, 3eJ), et avec le podium en ligne de mire. Podium sur lequel ils étaient effectivement montés grâce à leur victoire au Roudourou 2 buts à 1.

Une époque où le TFC n'avait pas encore perdu son football, et où Casanova alignait Jimmy Durmaz et Manu Garcia ensemble sur le terrain. C'est de leur entente que venait le premier but, avec une combinaison en une touche entre les deux meneurs, Manu Garcia servant Gradel dans la profondeur, qui fusillait Johnsson du gauche, dès la deuxième minute de jeu. Il n'en avait fallu que dix de plus à Sangaré pour à nouveau faire trembler les filets, en reprenant un coup franc mal renvoyé par la défense bretonne.


Todibo exclu

Avant la pause, Marcus Thuram smashait sa tête dans le petit filet de Reynet pour la réduction de l'écart, mais le score ne bougeait plus en seconde période.

Toulouse faisait une démonstration de solidarité, après l'exclusion d'un Jean-Clair Todibo très fébrile pour sa troisième cape en Ligue 1. Depuis, le Pitchoun s'en est allé au Barça, et Toulouse a abandonné ses rêves de podium. Une autre époque, et un autre match, comme a tenu à le souligner Jocelyn Gourvennec, sans club à ce moment-là : «J'avais regardé le match. Guingamp l'avait mal négocié, mais c'était il y a longtemps. Notre équipe a beaucoup changé depuis avec des arrivées au mercato d'hiver.» Lucas Deaux, qui soulignait que Toulouse les «avaient bien bougés», parle, lui, de «revanche».


Un En Avant menaçant

Si Alain Casanova assure prendre match après match et ne pas se concentrer sur le calendrier à venir, Jocelyn Gourvennec fait partie de l'autre catégorie d'entraîneurs. «J'en avais déjà parlé il y a quelques mois, le programme des matchs est dur pour tout le monde. Nous, nous avons eu les très gros dès le départ, en janvier et février (Guingamp a notamment affronté Paris, Lille, Lyon et Saint-Etienne depuis la reprise Ndlr), maintenant nous sommes un peu mieux armés pour aller chercher les équipes un peu devant nous, ou de notre niveau.» Et avant de recevoir Dijon la semaine prochaine dans un nouveau corps à corps entre deux équipes luttant pour le maintien, l'entraîneur guingampais se verrait bien jouer un coup à Toulouse, dont il connaît le calendrier compliqué. «Toulouse n'a pas envie de se faire peur, mais voit que Guingamp va mieux. Sur les 10 dernières journées, nous sommes 13es, prévient-il. Nous sommes dans ce que je souhaitais, à savoir être prêt collectivement et mentalement pour bagarrer sur le dernier tiers de championnat. Il va arriver un moment où nous passerons devant certaines équipes.»

Le technicien se satisfait également des difficultés rencontrées par le TFC : «Plus il y a d'équipes en bas à la lutte, mieux c'est. La particularité du championnat cette année, c'est que les équipes du haut prennent beaucoup de points, celles d'en bas moins.»


Des Bretons solides défensivement…

Concernant le match de cet après-midi, Gourvennec prévient : «On ne sera pas à dix derrière. Toulouse a l'habitude de jouer, ce sera un peu plus ouvert que sur nos derniers matchs.» Des derniers matchs sur lequel les Bretons s'étaient montrés très solides avec trois rencontres sans encaisser de but, et une prestation sérieuse à Lyon (1-2). «Il faudra être bon défensivement, parce qu'on connaît la qualité de leurs joueurs offensifs, que ce soit Gradel, Dossevi, Jean ou Sanogo. Mais il faudra aussi l'être dans l'utilisation du ballon. Nous avons beaucoup progressé mentalement et dans la solidité, mais il nous reste cette étape à franchir, celle d'être plus précis, plus adroit, pour tenter plus et se montrer menaçant. Pour l'instant nous ne le faisons pas suffisamment bien, et c'est là-dessus que nous avons axé notre semaine de travail.»


… mais en difficulté offensivement

Pour retrouver son efficacité offensive, Guingamp pourra compter sur le retour de Marcus Thuram, blessé depuis le match à Angers (23 février). Meilleur buteur de l'En Avant avec sept réalisations, l'attaquant sera précieux pour des Bretons qui n'ont scoré que deux fois lors des neuf dernières rencontres.

Dans ce duel de mal classés, Guingamp sait qu'il a un grand coup à jouer, et que ce match au Stadium peut être le début d'une belle série. À la fin du mois, le 30 mars, l'équipe de Jocelyn Gourvennec sera à Lille pour tenter de remporter la Coupe de la Ligue face à Strasbourg. «Le rythme et la progression sur notre programme sont intéressants. Il faut faire l'effort maintenant pour prendre des points, avant de basculer sur la préparation de la finale, puis la trêve, et ensuite tout donner pour le championnat.» Le TFC est prévenu.


Goicoechea double Reynet sur la ligne

En difficulté depuis plusieurs semaines, et après une nouvelle déroute face à Lyon dimanche dernier (5-1), il paraît probable que Baptiste Reynet soit remplacé cet après-midi par Mauro Goicoechea pour garder le but toulousain. L'Uruguayen n'a disputé que deux matchs de Ligue 1 cette saison, dont un seul en intégralité à Reims le 5 décembre, où il avait brillé et largement contribué au succès des Violets (1-0). L'habituelle doublure était l'homme des coupes, où Alain Casanova l'a aligné à trois reprises.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES