Menu

Fil de navigation

Recherche

Laurent Vignasse pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Trois minutes sur le pré devant lui, premier ballon à négocier en deux temps, but ! Parfois, le foot est simple comme un coup de tête suivi d'un plat du pied. Hier soir, après avoir été lancé dans la bataille à la 87e par Alain Casanova – «il fallait tenter quelque chose», sourit l'entraîneur toulousain, le joker Firmin Mubele a égalisé sur le 18e et dernier tir téféciste de la partie. Mérité.

Comme le GYM aura été lui puni, de ne pas avoir breaké. «Est-ce que je sentais que l'adversaire allait nous rejoindre ? Disons que je sentais plutôt qu'il nous aurait fallu mettre ce second pour gagner !» répondra un Patrick Vieira un brin agacé. «Nous en avons eu l'occasion, explicite le technicien niçois, nous n'avons pas su concrétiser. On a été trop individualistes, égoïstes. Notre sport est collectif, il nécessite de jouer avec ses copains pour se donner plus de chances de marquer. Youcef (Atal) et Allan (Saint-Maximin) ont fait de mauvais choix.»

«Actes forts»

C'est dit. C'est vrai. Mais il ne faudrait pas oublier non plus ce que Coach Casanova appellera des «actes défensifs forts» qui auront empêché l'OGCN de prendre le large. On en retiendra un, un tacle salvateur d'Amian dans les pieds de Cyprien (72) qui, pour un peu, ne fut pas très loin du triplé…

Rembobinons. 20e : coup franc à plus de 25m ronaldesque (trajectoire flottante) de l'ancien milieu lensois qui surprend Mauro Goicoechea, préféré – comme nous vous l'avions annoncé – pour la deuxième fois consécutive à l'habituel titulaire Baptiste Reynet. Le portier uruguayen qui effectue un petit pas sur sa droite ne peut revenir à temps, rebond en sus (1-0). Trois minutes plus tard, rebelote : nouveau coup franc à 20m, côté droit cette fois, et frappe lourde, légèrement exter, du même Wylan Cyprien qui, effleurée par le crâne de Gradel, fracasse le dessous de la transversale de Goicoechea (23e).

Las, la barre et plus avant un pied en décideront autrement. Tant pis pour une équipe de Nice qui «même freinée, continue de rêver d'Europe», dixit Vieira. Tant mieux pour une formation de Toulouse qui, elle, avec 4 points en 2 matchs, réenclenche enfin une dynamique.

«Oui, constate l'entraîneur haut-garonnais, les joueurs ont besoin davantage encore de confiance. Mais je suis satisfait de revoir des séquences dignes du début de saison. On a retrouvé de la verticalité. Nous sommes dans la continuité du succès acquis face à l'En-Avant Guingamp dimanche (1-0).»

Grâce à une seconde période qui n'aura rien à voir avec les 45 minutes initiales. Et l'on avoue qu'il s'agit très certainement de la plus grosse domination violette cette saison, à l'extérieur (55 % de possession). «Après le repos, on a mieux contrôlé leurs ailiers, en les empêchant de prendre de la vitesse, en resserrant nos lignes. En remportant, également, les un-contre-un.»

Jusqu'à bondir du banc, ainsi, à une minute du terme (1-1, 89e). Ce qui était prévisible : au coup d'envoi, l'aigle Mèfi s'était montré taquin, refusant de venir se reposer comme le veut l'exercice sur le gant de son maître. De mémoire niçoise, généralement, lorsque la mascotte fait ça, le GYM ne gagne pas…


Mubele, sauveur de la patrie

Goicoechea (10/20).

- En anticipant sur sa droite, il a un temps de retard sur le but niçois. L'Uruguayen réussit quand même deux arrêts cruciaux face à Atal (40) et Saint-Maximin (62).

Amian (11).

- Face à Saint-Maximin, le jeune latéral a tenu bon. Dans le second acte, il sauve son équipe en contrant une frappe de Cyprien (72).

Shoji (10).

- Une nouvelle belle prestation pour le Japonais. Propre dans ses relances, il est l'auteur d'un bon tacle sur Saint-Maximin (15). En seconde période, il est lui aussi pris de vitesse par les Niçois.

Jullien (13).

- Autoritaire dans ses interventions, le taulier de la défense a tenu la baraque. Le meilleur Toulousain hier soir.

Sylla (8).

- Face à la vitesse d'Atal, le Guinéen a pris l'eau sur son côté. Seul point positif : son sauvetage sur un raid de l'Algérien (44). Remplacé à la pause par Moubandjé
(11), qui a mieux contenu le prodige des Aiglons.

Sidibé (10).

- Il est malheureusement coupable d'une faute sévère à 30 mètres de ses cages amenant le but azuréen. Dans ses passes, Sidibé reste néanmoins précieux à la récupération. Remplacé par Durmaz, qui a apporté sa créativité et tiré le corner aboutissant à l'égalisation.

Sangaré (12).

- Le moteur du milieu de terrain. Présent aux quatre coins de la pelouse, l'Ivoirien est également auteur de deux belles frappes tendues (44, 75) et d'un bon centre qui amène le but toulousain.

Dossevi (11).

- Remuant sur son côté droit, il n'a cependant pas trouvé preneur sur ses centres. À noter sa belle complicité avec Garcia.

Garcia (11).

- Sa qualité technique et sa vision du jeu sont précieuses. Fatigué, il est remplacé par Mubele, buteur sur sa première action.

Gradel (7).

- Une soirée compliquée pour le capitaine du TFC. Éteint pendant une grande partie du match par Hérelle, il rate une énorme occasion seul face à Benitez (58).

Sanogo (7).

- Invisible dans la surface adverse, l'attaquant toulousain n'a pas pesé sur la rencontre.

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES