Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Coupe Gambardella

Oui, la formation toulousaine se porte bien. Dans les pas des pros, en baisser de rideau du match TFC-Nantes, les Pitchouns en ont amené la preuve, hier, se qualifiant avec panache pour la finale de la Coupe Gambardella. En face d'eux, il y avait pourtant Montpellier, précédé de sa réputation, de son statut de champion de France en titre, de sa participation à la Youth League (la Ligue des champions des jeunes) cette saison.

Mais les jeunes gars de Jean-Christophe Debu ont fait plus que les regarder dans les yeux. Avec plus d'envie, plus de folie, les Pitchouns sont allés se chercher cette victoire comme des grands, mettant le couteau sous la gorge des Pailladins dès les premières minutes.

Les milieux étirent le bloc, et devant Corredor brûle la pelouse avec des courses incessantes, comme sur ce raid où il efface Vidal ; mais personne n'est à la réception de son centre. C'est d'ailleurs ce qu'il manque au Tef, ce dernier geste, ce pied à la réception des centres, qui souvent ne trouvent pas preneur. C'est le cas de celui de Ngoumou (40), de Corredor encore (32). Les têtes de Rouault et Diakité à côté (8, 19) marquent aussi la domination violette, dont la plus nette marque est ce lob de Ngoumou, repoussé sur sa ligne en catastrophe par Benchema (44).


Sang froid et explosion de joie

Mais les Pitchouns ne se mettent pas à l'abri, et plus le temps passe, plus ce match sent le piège. Un éclair pailladin pourrait leur faire tomber le ciel sur la tête, et c'est bien d'en-haut qu'a failli venir la punition : une mauvaise sortie d'Himeur gêné par le soleil, une reprise de Badu, mais heureusement un retour de Rouault sur sa ligne (55). Le pire est passé pour Toulouse, qui se remet la tête à l'endroit, mais ne marque jamais ce but qui aurait pu lui éviter le stress des tirs au but.

Mais stressés, personne n'a l'air de l'être au moment de s'avancer face à son destin. Aucun pied ne tremble, contrairement aux filets. Seul Soudani voit le sien stoppé par Cozzella, mais Himeur fait le reste du boulot en en détournant deux. Les Violets peuvent aller exploser de joie sous la tribune, et remettre des sourires sur les visages dans les travées, qui en ont tant manqué cette année. Costauds, sereins, et surtout heureux, les Pitchouns viennent de s'offrir la perspective du match de leur vie, face à Saint-étienne samedi 27 avril au Stade de France. Il y en aura d'autres, mais celui-là, ils s'en rappelleront.

2019 / 2020

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES