Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Quelle est la différence entre un dauphin et un requin ? Si vous habitez dans le Nord de la France, il n'y en a pas : second derrière le futur champion parisien, le Lille Olympique Sporting-Club a les dents particulièrement acérées en cette fin de championnat. à preuve : le Losc en a passé 5 au PSG le week-end dernier (5-1) ! Sans qu'il y ait à crier au scandale – loin de là.

Deuxièmes depuis début décembre et leur victoire 1-0 à La Paillade pour le compte de la 16e journée, les Dogues ne lâchent plus leur os : une qualification directe en Ligue des champions.

Des Nordistes qui, après le Paris-SG, sont devant presque partout : première attaque (54 buts pour), meilleure défense (28 contre), équipe qui capitalise le plus à l'extérieur (9 succès et 3 nuls en 16 rencontres). N'en jetez plus, la coupe est pleine. Avec un trio offensif qui pète la calamine, on l'a déjà souligné, joliment appelé «Bip-Bip» pour Bamba-Ikoné-Pépé, association de bienfaiteurs de gauche à droite. En chiffres, cela donne : 11 buts et 1 passe pour Jonathan Bamba, 2 réalisations et 7 services pour l'autre Jonathan, Ikoné ; respectivement 19 et 11 pour Nicolas Pépé. ça classe autant que ça calme tout adversaire. Quand bien même la bande à Casanova avait su museler la triplette au premier round. Aucun des trois n'avait scoré ou été l'autre d'une transmission-clé ! à surligner et, surtout, rééditer, sur l'île du Ramier. Sacré défi pour les Violets qui, historiquement, ne partent pas non plus avec la faveur des pronostics. Sur les 10 dernières confrontations au Stadium, ils ne l'ont emporté qu'à 2 reprises (5 nuls, 3 défaites) avec, comme dernier succès en date, le renversant 3-2 de 2015 (36eJ), déterminant dans la lutte pour la survie à 2 journées de la fermeture du bal. Avec tambours et trompettes.

Le Tef connaît donc la musique.


Année passée au Stadium : scénario catastrophe

Dimanche 6 mai 2018 : succès lillois 3 à 2

Une finale pour le maintien, entre le 17e qui accueille le 19e avec 2 points d'avance. C'est-à-dire que la marge de manœuvre, pour le Téfécé, est digne d'une feuille à papier cigarette en ce dimanche ensoleillé. Ce sont les Nordistes qui vont allumer les premiers pétards comme ils finiront par définitivement mettre le feu dans le camp téféciste : de probable, le 17e rang de 1er non-relégable devient hypothétique…

La rencontre.

Du tac au tac, en première période : Jean sur coup franc indirect (1-1, 9e) répond à Pépé (0-1, 5e) ; avant que Jullien, comme au bon vieux temps, ne fusille le portier nordiste suite à une nouvelle phase statique (2-1, 44e). Ensuite, c'est panique au Stadium pour la troupe à Mika Debève qui ne dépassera plus la ligne médiane : «Oui, reconnaîtra l'entraîneur haut-garonnais, je pense qu'on a joué la trouille au ventre.» Résultat : Bissouma égalise d'un coup franc canon (2-2, 81e) et, dans la foulée, Pépé esquive Lafont sorti hors de ses 16m50 (2-3, 82e). En deux minutes top chrono, la messe est dite.

Le héros.

Pépé, prénom Nicolas. Signe distinctif : flingueur – ça coule de source.

La prolongation.

Ce sont les barrages contre l'AC Ajaccio par lesquels le TFC va devoir passer pour sauver sa tête en élite. Plus personnellement, Debève a perdu la sienne ce jour-là : il ne sera pas reconduit.


Match aller cette saison : coup d'éclat

Samedi 22 décembre 2018 :victoire toulousaine 2 à 1

Au coup d'envoi, le Losc est déjà dauphin du Paris-SG (34pts) et le Tef, 15e (18pts). Un Toulouse FC en regain de forme (un nul miraculeux au Stadium face à Dijon, car mené 0-2 à 10 contre 11, plus une victoire à Reims 1-0), mais qui vient de s'incliner, quatre jours auparavant à Caen (1-2), sur le but le plus tardif de la saison en L1 puisqu'inscrit à la 99e (penalty confirmé par le VAR) !

La rencontre.

Dépassés et rapidement derrière au score sur une réalisation de Leao (1-0, 17e), les coéquipiers de Max-Alain Gradel ne réussissent à mettre le nez à la fenêtre qu'après une demi-heure. Mais repartent à la reprise avec les mêmes intentions, matérialisées au tableau d'affichage par deux penalties, obtenus par Jean puis Gradel : le premier confirmé par l'assistance vidéo, le second «sifflé» par le camion attenant au stade. MAG transformera sans coup férir les deux offrandes (1-1, 50e ; 1-2, 63e).

Le héros.

Le capitaine des Violets, forcément. Sang-froid de serpent et précision du chirurgien.

La prolongation.

…en vacances. Il s'agit en effet de la dernière journée avant la trêve des confiseurs. Au retour, les Toulousains confirmeront leur dynamique recouvrée : 1 victoire (le derby à Nîmes), 2 nuls (le premier, sur l'île du Ramier, contre Lyon), 1 court revers (devant l'épouvantail strasbourgeois). Avant de rechuter à Monaco puis, lourdement, à l'OL.

 

TFC - Lille : pour Gradel, Pépé est "quasiment impossible à arrêter"

Max-Alain Gradel, le capitaine ivoirien de Toulouse, attend avec impatience la venue de son "petit frère" Nicolas Pépé dimanche à 15 heures avec Lille. Auteur d'une "saison incroyable", son compatriote est "quasiment impossible à arrêter dans un bon jour", dit-il.

Comment allez-vous accueillir Nicolas Pépé, votre coéquipier en équipe de Côte d'Ivoire, si efficace actuellement?

C'est un petit frère. C'est un collègue. J'attends dimanche. C'est un plaisir de le retrouver. J'espère qu'il ne sera pas aussi en forme que dimanche dernier contre le Paris Saint-Germain (deux passes décisives et un but). On avait gagné le match aller à Lille (1-2, avec deux buts de Gradel, NDLR). Je pense qu'il voudra en plus prendre sa revanche. On s'entraîne ensemble en équipe nationale. Du coup, je sais à peu près comment il joue. Mais ces joueurs-là, c'est quasiment impossible de les arrêter dans un bon jour.

Êtes-vous étonné par son efficacité cette saison, avec déjà 19 buts et 11 passes décisives ?

Étonné? Non. En Côte d'Ivoire, on est très content de ce qu'il réalise. Après, on connaît ses qualités, on sait ce qu'il est capable de faire. Et il n'a pas fini de montrer tout son potentiel. On est très heureux d'avoir ce joueur avec nous en équipe de Côte d'Ivoire, il faut en profiter au maximum. Ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir un joueur comme ça dans son équipe. Pendant la CAN (la Coupe d'Afrique des nations, du 21 juin au 19 juillet en Egypte) avec l'équipe nationale, il faudra l'encadrer, faire le maximum pour lui afin qu'il puisse jouer comme il le sent. Il est arrivé petit à petit en sélection. Maintenant, il commence à vraiment s'imposer.

Si la Côte d'Ivoire réussissait la CAN, Nicolas Pépé serait-il, à vos yeux, un candidat pour le Ballon d'or africain ?

Je ne connais pas les règles. Je ne sais pas si on prend trop en compte les coupes d'Europe, la Ligue des champions. Mais je pense que oui. Oui! Si on se base sur ses statistiques. Et si la Côte d'Ivoire réussit la CAN -- c'est ce que je souhaite -- il méritera d'être pris au moins parmi les nommés. Il fait vraiment une saison incroyable!


2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES