Menu

Fil de navigation

Recherche

Corentin Debuire, Julien Carrère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Crucifiés par Depay en fin de match, les Violets laissent filer un match au cours duquel ils ont mené deux fois. Généreux devant, Toulouse paye ses largesses défensives.

Lyon était une bête blessée, et il n'y a rien de plus dangereux. Toulouse le savait, mais Toulouse n'a pas pu empêcher la révolte des Gones, menés par un Depay électrique.

Les cris du public, le Néerlandais a décidé de ne plus les écouter depuis des années. Avec deux index plantés dans les oreilles en guise de célébration, il marque, et ne se retourne pas sur son chemin. Hier soir, il a offert la victoire aux siens, et laissé le TFC dans la galère en queue de classement, même si les Violets méritaient sans doute mieux, après avoir mené deux fois au score.


Lopes et Sanogo refont le coup

À 20 minutes du coup d'envoi, alors qu'il quittait la pelouse après avoir terminé son échauffement, le parcage visiteur occupé par les Bad Gones avait scandé son nom : «Lopes». Un cri pour dire que tout était pardonné, que la boulette du gardien portugais, «chez lui» au stade de la Luz de Benfica, et qui avait coûté la victoire à l'OL en Ligue des champions il y a deux semaines, était oubliée.

Et pourtant. C'est bien Lopes, qui dispute sa neuvième saison professionnelle à Lyon, seul club qu'il ait jamais connu, qui a coûté le but qui a remis Toulouse dans le coup, peu avant l'heure de jeu (57).

À ce moment, et pour la deuxième fois du match, les Violets viraient en tête (2-1), et pensaient tenir les Gones en respect. Mais c'était sans compter sur Depay, mais aussi Jeff Reine-Adélaïde, qui délivrait quelques minutes plus tard une deuxième passe décisive aussi délicieuse que son nom, avec une superbe louche pour Dembélé (67). La première avait suivi une roulette zidanesque au cœur de la surface, ouvrant la voie à un décalage pour Depay, qui égalisait une première fois (1-1, 26).

Alors que Memphis Depay répète sa célébration depuis plusieurs saisons, Yaya Sanogo, lui, rode à peine la sienne. Mais voila une série qui commence pour l'ex-Gunner, qui, après Lille, a à nouveau rugi sur la pelouse du Stadium (15). Son ouverture du score validait une très bonne entame (enfin !) des Toulousains. À nouveau disposés en 4-4-2, avec les Pitchouns Koné et Gonçalves titulaires, les Violets ont encore montré qu'ils en avaient, et étaient capables de regarder dans les yeux une équipe européenne, après avoir battu Lille il y a deux semaines. Ce match très rythmé, notamment sur la fin, où Koulouris a frappé la barre (74), et a buté deux fois sur Lopes, le Tef aurait mérité de le finir sur un nul. Mais encore une fois, il a été trop fébrile défensivement. Les Violets d'Antoine Kombouaré ont toujours marqué deux buts par match, mais pointent au dernier rang du classement des défenses. Au moins, les manques sont ciblés.


Le chiffre : 22

buts > encaissés. Le TFC pointe actuellement au dernier rang des défenses en championnat.


Les buts

15e : Manu Koné décale Amian sur la droite. Le latéral contrôle et centre à ras de terre pour Sanogo, qui coupe du gauche au premier poteau, à 5m50. Le ballon passe entre les jambes de Lopes (1-0). 26e : Servi à l'entrée de la surface, Depay donne à Reine-Adélaïde qui efface Gonçalves d'une roulette. Depay redemande le ballon, est servi et n'a plus qu'à ajuster Reynet du plat du pied droit. (1-1).

56e : Sur un centre de Sylla de la gauche, Lopes se téléscope avec Denayer dans les airs. Le ballon rebondit sur le bras du gardien et file dans son but. (2-1).

67e : Louche de Reine-Adélaïde vers Dembélé, qui contrôle de la poitrine, de dos à l'entrée de la surface. Au duel avec Gonçalves, l'attaquant se retourne, et enchaîne d'une frappe croisée (2-2).

67e : Servi dans l'axe, Depay a de l'espace pour avancer. Il se décale sur la gauche, fixe Amian et frappe croisé du gauche pour battre Reynet (2-3).


Ils ont dit…

Léo DUBOIS (défenseur de Lyon) : «On avait parlé de mettre du caractère et c'est ce qu'on a fait. On l'a prouvé sur le terrain en joignant la parole aux actes et en montrant que l'on est une équipe avec du tempérament. Gagné de cette façon c'est toujours bon pour le moral.»

Antoine KOMBOUARE : «L'envie de gagner est une chose, mais il faut savoir essayer se contenter du nul. On a les situations pour marquer le troisième but, mais on s'est fait peur, à vouloir attaquer comme des fous on laisse des espaces. Pour les spectateurs c'est fantastique, mais on doit mieux gérer les fins de matchs. On se jette trop vite dans la gueule du loup. On a de la générosité, on a envie d'aller de l'avant, mais on se laisse emporter. On a tout de même une certaine force mentale. Désormais, on connaît nos manques, il va falloir travailler dessus.»

Rudi GARCIA : «Nous avons été solidaires, les gars ont dit : «on n'accepte pas ça». Toulouse a été très bon, nous a donné énormément de fil à retordre. On a pris des contres, des attaques rapides… Ça a basculé pour nous, mais ça aurait aussi pu basculer pour eux. Toulouse a battu Lille, et va en embêter plus d'un. Ils jouent avec deux attaquants, c'est offensif, ils ont Gradel évidemment, mais aussi le petit Dossevi avec ses centres… Ce n'est pas étonnant d'avoir vu un match aussi spectaculaire.. Cette victoire nous remet dans des eaux plus calmes. Du talent, Memphis en a. Il était fatigué, mais quand vous ne menez pas au score et que vous voulez gagner, vous le laissez sur le terrain. Il est talentueux, mais il est aussi généreux.»


Goncalves coûte cher

Reynet (5/10).

- Peu sollicité en première période, le portier toulousain a concédé un but sur le seul tir cadré lyonnais (26). Malgré de bons arrêts, notamment en fin de rencontre, il termine avec trois buts encaissés sur des frappes imparables de Dembélé (67) et Depay (95).

Amian (4).

- La rencontre avait bien démarré pour Amian, auteur d'une passe décisive pour Sanogo (15) après un joli débordement. L'international Espoirs s'est ensuite progressivement effacé jusqu'à la fin de la rencontre. Il s'est d'ailleurs montré coupable de passivité sur l'ultime but lyonnais. Il aurait pu marquer mais son but a été annulé pour un hors-jeu (36).

Isimat-Mirin (3,5).

- «Isi» ne s'est pas fait remarquer par ses prouesses défensives ce soir. Son placement sur le premier but de Depay est douteux.

Goncalves (2,5).

- La Ligue 1 semble pour l'instant un monde trop impitoyable pour lui. Le Pitchoun est impliqué sur les deux égalisations des Gones. Mystifié par une roulette de Reine-Adelaïde sur le premier but lyonnais, il manque complètement son marquage et son intervention sur celui de Dembélé ensuite. Une performance à oublier.

Sylla (3,5).

- Comme ses compères de défense, l'international guinéen n'a pas brillé ce soir. Impliqué sur le premier but lyonnais, il a eu autant de mal à boucher son couloir qu'à se montrer dangereux devant. Il est tout de même l'auteur du centre qui amène le CSC de Lopes (67).

Dossevi (4).

- Combatif sur son couloir droit et plein de bonnes intentions, le Togolais n'a pas été très inspiré en attaque. Son bilan offensif est plutôt maigre : une jolie percée dans l'axe débouchant sur une frappe contrée (29) et un corner amenant une grosse occasion de Koulouris (74). Insuffisant. Remplacé par Makengo (83) qui s'est montré très discret.

Vainqueur (3).

- Les matchs passent et se ressemblent pour Vainqueur qui semble incapable de faire avancer le jeu. Pire, il est auteur de plusieurs pertes de balles qui auraient pu coûter cher à son équipe. Coupable sur le but de la victoire lyonnaise.

Kone (4).

- Pour sa première titularisation en Ligue 1 cette saison, le Pitchoun a fait preuve d'envie et de combativité mais n'a jamais su réellement peser sur l'entrejeu.

Gradel (4).

- Mis à part une frappe trop écrasée (38) sans danger pour Lopes, le capitaine des Violets s'est montré beaucoup trop discret. Après trois très belles performances, l'Ivoirien est passé à côté de son sujet.

Sanogo (6).

- On n'arrête plus «Sanogoal». Après une belle déviation pour Koulouris (9), il a ouvert le score en coupant parfaitement le centre d'Amian. Il est de loin le joueur qui a le plus pesé sur la défense lyonnaise. On en redemande. Remplacé par Leya Iseka (60), très peu en vue.

Koulouris (3).

- Troisième match consécutif sans scorer pour «O Dolofono». Le tueur grec a pourtant eu les occasions mais Lopes (9) puis la barre (74) l'en ont empêché. Il va falloir retrouver son sens du but et son efficacité pour justifier ses titularisations malgré un apport aussi faible dans le jeu.

Antoine Kombouaré, entraîneur du TFC : «On défend mal»

Après cette nouvelle défaite dans les ultimes secondes, Antoine Kombouaré, le coach toulousain, a logiquement mis l'accent sur les lacunes défensives en conférence presse.

Après Rennes le week-end dernier, encore un but dans les arrêts de jeu qui coûte cher. Quel est votre sentiment ?

Vous avez envie de me faire mal… Quand ça arrive trop souvent comme ça c'est qu'il y a quelque chose. Avoir envie de gagner un match c'est une chose mais il faut parfois se contenter du match nul. Baptiste Reynet a fait les arrêts pour que l'on reste à 2-2 et on va devoir apprendre à mieux gérer les fins de match.

Vos consignes n'ont pas été respectées selon vous ?

On s'est jeté dans la gueule du loup et on s'est fait transpercer. On s'est laissé emporter et il va falloir corriger ça. Quand on est entraîneur on peut brailler sur le côté… Il faut trouver un équilibre entre attaquer et ne pas trop se jeter. On aurait dû éviter de donner autant d'espaces aux Lyonnais.

Il y a tout de même quelques motifs d'espoir, non ?

On perd deux points dans les arrêts de jeu lors des deux derniers matchs et on ne peut pas capitaliser de la confiance quand on s'incline. Il faut rectifier ça. On a marqué deux buts à chaque fois mais on perd ces deux matchs, ça veut donc dire que l'on défend mal. Il va falloir travailler là-dessus.

Vous avez lancé deux jeunes de 18 ans, le défenseur central Mathieu Goncalves et le milieu de terrain Manu Koné. Qu'avez-vous pensé de leurs prestations ?

Je suis super content d'eux. Ils sont là pour apprendre. Ils ont zéro pression : ils doivent nous apporter leur envie et leur insouciance. Ils se révèlent mais c'est sur la durée que l'on verra s'ils confirment. Ils continuent d'apprendre et de progresser mais à eux de rester à l'écoute.


Echos du Stadium

Coup franc > Gradel dépasse Ben Yedder. Depuis dimanche dernier et son but sur coup franc à Rennes (2-3), le quatrième dans cet exercice, le capitaine toulousain Max-Alain Gradel a dépassé Wissam Ben Yedder qui en avait inscrit trois sous les couleurs toulousaines. Prochaine étape : Thierry Moreau (5). Le record étant détenu par Gérald Passi (8).

Retours > Pour cinq Toulousains. Laissés au repos mercredi dernier lors de l'entrée en lice du TFC à Niort en Coupe de la Ligue, le gardien Baptiste Reynet, l'attaquant Efthymios Koulouris, les milieux William Vainqueur et Mathieu Dossevi et le défenseur Kelvin Amian étaient tous titulaires hier soir.

Tirage au sort > De la Coupe de la Ligue. Le tirage au sort des 8es de finale de la Coupe de la Ligue aura lieu le 12 novembre prochain. Les matchs se dérouleront les mardi 17 et mercredi 18 décembre. Le TFC pourrait (entre autres) croiser le PSG ou Le Mans, dernier représentant de la L2. Faites votre choix.

Equipe réserve > Avec Corentin Jean. L'équipe réserve du TFC, qui évolue en N3, reçoit Balma cet après-midi à 15 heures sur le terrain annexe du Stadium. Corentin Jean, absent depuis plus de sept mois (genou) devrait profiter de l'occasion pour retrouver les terrains. L'entrée est gratuite.

suspension > Pour Moreira. Le latéral droit Steeven Moreira sera suspendu le dimanche 10 novembre à Montpellier pour cause d'accumulation de cartons jaunes.


Le chiffre : 1re

titularisation > Pour Koné. Jusqu'à hier soir, le milieu de terrain toulousain Manu Koné (18 ans) n'avait joué que 68 minutes en Ligue 1. C'était le 24 mai dernier sur la pelouse de Dijon (1-2) lors de l'ultime journée du précédent exercice.

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES