Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Ce n’est pas sorcier : avant Noël, il reste 9 points en jeu. Et le but est de savoir combien la troupe de Kombouaré va être capable d’en engranger. Même si le match le plus important est toujours celui qui arrive, ressasse à l’envi tout entraîneur qui se respecte…

En attendant, cela ne nous interdit pas de se hasarder à de la prospective. Forcément, en étant lanterne rouge depuis deux journées, sur le papier, les trois adversaires proposés au Toulouse Football-Club lui sont supérieurs. Pas obligatoirement, en revanche, dans une super-forme eu égard leur dernière sortie.

à preuve : le Racing et le GYM ont pris chacun une rouste tandis que le troisième larron, en l’occurrence le second sparring-partner, n’a pas eu le droit de jouer. Bête, en Somme. Un état de santé fébrile, également, au vu de la spirale de chacun pas franchement positive : le trio est branché sur courant alternatif.

Moralité, que peut espérer le Téfécé dans la dernière ligne droite avant les confiseurs ? Sur une échelle mathématique allant de 0 à 9, nous tablons sur 5. Un total optimiste, avouons-le, mais c’est à ce prix-là que les Haut-Garonnais pourront s’en sortir – inutile de se mentir… Ce pactole se décompose en une victoire à la maison et deux nuls à l’extérieur. à la condition sine qua non de retrouver de la sérénité derrière (le « big » souci actuel) et un peu de créativité devant (face à l’ASM, c’était déjà mieux).

Y’a plus qu’à. Ramassage des copies dans quinze jours.

 

STRASBOURG

15e, 18pts ; -5

Certes, l’entraîneur Thierry Laurey avait fait tourner en début de semaine à Brest, changeant 5 joueurs par rapport à son XI qui s’était incliné 1-2 devant Lyon trois jours plus tôt – sa défense notamment était chamboulée. N’empêche : l’ancien mentor ajaccien n’a que très peu goûté au camouflet des siens (0-5) : « Lorsqu’on ne respecte rien, on explose en plein vol. Il est totalement anormal de se comporter de la sorte. C’est une grosse claque… »

Entame de championnat.- Indiscutablement, les tours préliminaires de Ligue Europe ont plombé le début d’exercice du Racing, engagé dès le 25 juillet au second tour de qualification. En plus, les Alsaciens n’ont pas eu la chance de disputer la phase de groupes, sortis en barrages par l’Eintracht Francfort (1-0, 0-3 au retour en Allemagne). Une élimination qui, mine de rien, marque le début de leurs difficultés puisqu’ils n’avaient connu qu’un revers jusque-là (face à Rennes, 25 août ; 3eJ). Depuis le mois de septembre, les hommes de Laurey jouent aux montagnes russes, alternant victoires (5), nul (1 seul) et défaites (7).

Dynamique.- Jour et nuit, pour poursuivre l’analyse : capables d’aller battre Amiens 4-0 il y a quinze jours, les Strasbourgeois ont sombré 0-5 à Francis - Le-Blé mardi.

Saison dernière.- Mené à La Meinau à la reprise (tête de Mothiba, 51e), le TFC arrachera le nul via un maître coup franc de Gradel (1-1, 72e / 12eJ).

Notre prono : 1-1.

Avec un scénario à l’identique de l’an passé.

Toulouse tourne en rond, n’avance pas mais continue de croire en sa bonne étoile. Autrement formulé, cela donne : les erreurs défensives se répètent alors que l’attaque a du mal à trouver son rythme de croisière ; résultat, 3 minuscules points au compteur sur les 8 dernières journées ; Antoine Kombouaré et sa bande de remettre le bleu de chauffe et repartir au combat !

Nous-mêmes, reconnaissons-le, on a l’impression d’écrire la même chose d’un week-end à l’autre. De mettre en exergue des chiffres de la peur. Tenez, le dernier en date permet de remonter à plus d’un demi-siècle ! Six défaites d’affilée entre septembre et octobre 1946, comme de mars à mai 1999. La série de la mort, débutée dans le temps additionnel à Rennes (2-3, 27 octobre ; 11eJ), et qui a égalé ces deux « perf’ », de 6 fanny si vous suivez bien, va-t-elle battre le record absolu de 2005 – qui reste de 8 revers consécutifs du TFC en L1 ? Oui, les plus pessimistes en sont là. Or on n’omettra pas de mentionner qu’entre avril et mai de cette saison 2004-2005, le trou d’air des Violets n’avait eu aucune incidence. Sauf dégringoler de la 6e à la 13e place.

Nous ajouterons aussi qu’une telle mauvaise passe n’est pas non plus synonyme de descente à l’arrivée. L’an dernier, avec Dijon, le Kanak, déjà, avait essuyé 8 défaites en 9 matchs (23e à 30eJ) avant de sauver la tête du DFCO moyennant les barrages. Nouveau miracle ou réel mirage ?

Aux Toulousains 2019-2020 d’en décider…

 

REIMS

11e, 21pts ; +3

Leur rendez-vous au Stade de la Licorne n’ayant pu avoir lieu, attardons-nous sur l’avant-dernière joute et le nul face aux Girondins, obtenu in extremis, à la 93e minute, qui plus est en infériorité numérique (Romao expulsé). Un moindre mal, selon le technicien stadiste. « Même à 10 contre11, nous avons dominé ; ce qui n’est pas facile. C’est amplement mérité d’avoir égalisé, cependant je reste sur ma faim : quand on se montre supérieurs à un adversaire du Top 5 qui a des ambitions comme Bordeaux, on se doit de l’emporter. » Parole de David Guion.

Entame de championnat.- Un été indien, récompensé par un podium au sortir d’un succès 1-0 sur Montpellier à la mi-octobre (3e ; 10eJ). Et si les Champenois sont quelque peu rentrés dans le rang, ils restent à l’affût, à 5 points justement de cette 3e place avec, ne l’oublions pas, un match en retard [avant-hier soir, leur rencontre à Amiens a dû être reprogrammée, le 15 janvier au demeurant, en raison du brouillard picard]. Bref, cette saison il faudra certainement compter sur le trouble-fête rémois.

Dynamique.- Un revers et 3 matchs nuls en ce dernier mois de novembre : pas le plus prolifique du côté des Rouge et Blanc. Leur levée précédente en championnat remonte au fameux 19 octobre contre la Paillade.

Saison dernière.- Au Stadium, piégé par Oudin (54e), le Tef se réveille par Gradel (1-1, 80e / 24eJ).

Notre prono : 2-0.

Un but par mi-temps au terme d’une partie maîtrisée.

 

NICE

14e, 20pts ; -5

Au même titre que devant le Paris-SG dans leur superbe antre de l’Allianz Riviera (1-4, 18 octobre ; 10eJ), les Niçois ont subi, mercredi soir, leur plus grosse déconvenue sur la pelouse des Verts (1-4). « Nous avons été catastrophiques défensivement, individuellement et collectivement. Il y a des joueurs qui sont passés à travers, d’autres n’avaient pas joué depuis longtemps » réagira à chaud Patrick Vieira. Pas la peine d’en rajouter.

Entame de championnat.- Après deux premiers mois très corrects (surtout au vu de l’incertitude qui entourait la direction du club, racheté par Ineos fin août), les Azuréens ont traversé une période plus compliquée sur le terrain, avec 4 défaites en autant d’échéances toutes compétitions confondues durant octobre (3 en L1, 1 en Coupe de la Ligue). Après cette saignée, les protégés de l’ex-international ont rééquilibré les débats : 2 succès, 2 revers, 1 match nul.

Dynamique.- Zéro pointé, trois points, zéro pointé : plus inconstant que ça, le GYM peut difficilement. C’est son problème principal depuis l’ouverture du bal.

Saison dernière.- L’effroi puis le show. Dans une fraîche soirée de mars, les Violets avaient été submergés par les vagues de l’OGCN (Cyprien, 20e) avant de refaire surface. Et, in fine, revenir au score par Mubele en toute fin de match (1-1, 89e / 29eJ).

Notre prono : 0-0.

Le premier clean-sheet sous Antoine Kombouaré

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES