Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

En s’inclinant avant-hier en Alsace, les Violets qui restent scotchés à la dernière place n’ont plus gagné depuis le 19 octobre. Pis, ils en sontà 7 revers consécutifs. Leur situation est grave, pas désespérée. Mais il ne faudrait pas tarder… Maux et remèdes.

Jusqu’ici, tout va bien. Le plus important n’est pas la chute, mais l’atterrissage. Cette réplique devenue culte, qu’on doit au film "La Haine" de Mathieu Kassovitz (1995), s’applique parfaitement au Téfécé d’Antoine Kombouaré, cuvée 2019-2020. Même après un zéro pointé sur les 7 dernières journées – à une unité du record des Garonnais en L1 toutes époques confondues, rappelons-le, qui date du printemps 2005 –, le TFC demeure dans la course. Pour le maintien, il s’entend. "On a de la chance, souriait jaune samedi soir le coach kanak, on voit les résultats des autres concurrents et on n’est pas loin alors qu’on vit une série exécrable. La place de barragiste n’est qu’à 3 points. Nous restons, excusez-moi pour l’expression, à portée de fusil. Si les autres ne font pas le boulot pour creuser l’écart…"

Avec des si on pourrait mettre Toulouse en L1 la saison prochaine. Ou pas. Car le chantier que ne soupçonnait certainement pas celui qui a sauvé Dijon en passant par la case barrages en juin dernier, "bien qu’il aime les emmerdes", est pharaonique.

Passage en revue avec constats, paroles de l’entraîneur et prospectives.

À force de tirer à boulets rouges et juste titre sur la défense (lire ci-dessous), on en oublierait presque les faiblesses de la force de frappe toulousaine – et on ne se fait pas plaisir uniquement pour l’antinomie. Le Tef n’est "que" 14e au classement de la spécialité (12e sous AK). Un rang pas en adéquation avec le potentiel sur le papier. De Dossevi à Sanogo en passant par Saïd, Boisgard, Gradel, Koulouris et Leya Iseka, en omettant volontairement les pousses violettes, il y a vraiment de quoi faire. Si les bilans personnels de chacun alternent entre ombre et lumière, la mayonnaise ne prend pas (assez). Kombouaré dit se lever tous les matins en ayant l’espoir de trouver la formule magique. Depuis son intronisation le 14 octobre, en 8 matchs et 3 systèmes distincts (4-4-2 à plat, 4-3-3 pointe basse, 3-4-3 avec un N°10), l’ancien technicien parisien, dont on sait l’appétence pour une "planche" aux avant-postes (un point d’appui, quoi), a déjà essayé 5 lignes offensives différentes. Pour des desseins animés. Demeurant à l’état d’esquisses.

Ce que Kombouaré dit : "Jouer, c’est dans notre ADN ! Avec l’effectif que j’ai à disposition, j’estime qu’on a les moyens d’aller poser des problèmes à l’adversaire, se créer des occasions et, in fine, marquer. Le problème, c’est que tu ne peux pas gagner des matchs si tu dois marquer 5 buts à chaque fois…"

Ce qu’on en pense. Du collectif ressortent les individualités. Aujourd’hui, personne ne brille à Toulouse… Pêle-mêle : Saïd, recrue la plus onéreuse dans l’histoire du club de la Ville rose (8M€), tarde à trouver la bonne carburation ; Christian Gourcuff qui l’a eu sous sa coupe à Rennes, le considère comme un 9 et demi. À creuser. Tandis que de l’autre côté le capitaine Gradel a perdu son coup de reins. Repositionné dans l’axe, ce n’est pas mieux. L’Ivoirien a-t-il besoin de souffler ? Dossevi est assurément le plus régulier et Sanogo le plus efficace. Quant à Koulouris et Leya Iseka, ils sont respectivement en plein doute et utilisé en tant que joker. Pour finir, Boisgard est davantage un milieu offensif.

Le serpent qui se mord la queue. Tu ne gagnes pas, tu perds en confiance, tu deviens fébrile, tu perds tout court. Un cercle vicieux : "Il nous reste 2 matchs de championnat pour essayer de crever l’abcès et arrêter l’hémorragie, synthétise l’ex-mentor bourguignon. Ne vous inquiétez pas : des compétiteurs comme nous, depuis le temps qu’on fait ce métier aussi bien entraîneur que joueurs, on n’a pas l’habitude de lâcher. On ne lâchera jamais." Et c’est vrai que sur le pré alsacien, les coéquipiers de Gradel puis Dossevi n’ont pas renoncé, menés 1-3 puis 2-4. Puisqu’ils sont revenus dans le match les deux fois : par Saïd qui a inscrit sa 2e réalisation sous la tunique violette (50e, soit 2 minutes après le 3e but strasbourgeois) et par… Saïd qui d’une tête sauvée par Caci sur sa ligne aurait pu (dû) ménager une fin de partie à suspense avec la possibilité d’un 3-4 à la 83e.

Ce que Kombouaré dit : "Mon état d’esprit ? Il y a un sentiment de honte, ce n’est pas nouveau, je l’ai déjà mentionné. Mais j’allais dire que les gens se foutent de savoir quels sont mes états d’âme. Non, la vraie question est : ’’Moi tacticien, qu’est-ce que je fais pour relever l’équipe ? faire en sorte que mes joueurs aient un moral plus solide, plus costaud ? Je n’y parviens pas pour l’instant ; donc je ne suis pas content de mon boulot."

Ce qu’on en pense. Il n’y a pas de secret : seul un résultat permettra aux Toulousains de se laver la tête et se relancer. "Ne serait-ce qu’un point" avance leur boss qui persiste à noter qu’il n’y a pas le feu au classement. Juste une équipe qui prend l’eau, en revanche.

Et si ça commençait par des retours… Derrière, ce n’est pas gagné, répond en substance le natif de Nouméa. Shoji a déjà accusé deux rechutes à sa cheville droite (entorse contractée le 25 septembre), cependant que Diakité, s’il vient de recevoir l’aval médical pour réintégrer le collectif, ne devrait pouvoir postuler que l’année prochaine. Sans oublier Goncalves, dont la gravité de la blessure au genou gauche (celui déjà opéré), reste à déterminer. Sidibé dans l’entrejeu, alors ? Peut-être. Pas sûr non plus : ce week-end étant réservé aux 64es de finale de la Coupe de France, le "basketteur du TFC" (2m) n’a rejoué qu’à deux reprises en réserve depuis la fin de son protocole médical destiné à tuer dans l’œuf son début de pubalgie.

Un discours plus dur ? Il ne fait jamais de mal, mais cette option a déjà été actionnée sur le tableau de bord. Notamment ce samedi où le coach à la casquette se sera présenté devant la presse trois quarts d’heure après le coup de sifflet final. "J’ai pris du temps à venir, oui, j’avais besoin de dire certaines choses à mes joueurs. Des choses qui nous viennent comme ça quand on est très déçu. Quand on est en colère. Quand on ne fait pas ce qu’il faut. Après, cela reste dans le vestiaire…"

Ce que Kombouaré dit : "Des ressorts, il y en a encore bien entendu ! Il s’agit de recouvrer ses esprits, dès demain (aujourd’hui, ndlr), pour se reconstruire très vite."

Ce qu’on en pense. Même si le danger est d’empiler des éléments, des renforts seraient bienvenus au mercato hivernal [du 31 décembre à minuit jusqu’au 1er février 0 heure]. "Oh… oui !" "AK" ne l’a pas nié, bien au contraire, au sortir du camouflet ce week-end, avant de modérer son propos : "On verra. Concentrons-nous sur les 2 échéances restantes : il faut grappiller un maximum de points afin de retrouver un peu de sourires." Nous, on imagine bien un central, un latéral gauche, voire un meneur… C’est bientôt Noël, non ?


Pourquoi Toulouse est dernier et non 19e

« Remonté » avant-dernier vendredi soir en raison de la lourde défaite de Nîmes chez lui face à Lyon (0-4), le Toulouse Football-Club est donc redevenu bonnet d’âne le lendemain, plombé par son revers 2-4 à La Meinau. Même si les Violets affichent la même différence de buts générale que les Crocos : - 16. Explication. Depuis trois saisons (en vigueur à l’aune de 2017-2018), le règlement a changé. Si le premier critère de départage entre deux clubs ex æquo reste ainsi le goal-average, le deuxième n’est plus comme auparavant la meilleure attaque – toujours générale (TFC 19B, NO 12) – mais celui des confrontations directes. En points puis en buts. Or, le Tef s’est incliné aux Costières fin septembre (0-1, 6eJ). CQFD.
Voir le reste des 9 critères de départage sur lfp.fr

 

Autorisation d’entrer pour frapper

7e minute : Nicolas Isimat-Mirin ne prend pas Koné qui a tout le loisir d’ajuster son coup de casque pour battre Reynet (1-1) ;

27e : Rogel et Sylla ne s’entendent pas et laissent partir entre-deux Mothiba qui va centrer en retrait pour un Thomasson victorieux (2-1) ;

48e : Isimat-Mirin, encore lui, est attentiste sur la deuxième tête gagnante, là d’Ajorque, libre de décroiser sa frappe comme il l’entend (3-1) ;

75e : pas suffisamment serré par Amian, Ajorque peut reprendre un service de Fofana et Mothiba, qui sème Rogel au début de l’action, est le seul à jaillir pour parachever le succès alsacien (4-2).

Une nouvelle fois, samedi soir dans le repaire du RCSA, le TFC a d’abord été victime de sa porosité derrière, relevée si on ose, par une kyrielle d’erreurs individuelles.

« Il n’y a pas que l’état d’esprit, grommelle Antoine Kombouaré. Lorsque vous prenez 4 buts dans un match, c’est qu’il vous a manqué beaucoup de choses. Nous avons des lacunes techniques dans le un-contre-un, tactiques aussi dans le placement ou repli. On n’est pas capables, aujourd’hui, de reformer le bloc-équipe sur les phases de transition. Ou gagner les duels avec un pressing de nos attaquants, par conséquent haut. C’est navrant et, conclut l’entraîneur, ça rend les choses compliquées. »


Une moyenne à 78 buts contre !

Plus que jamais leaders à l’envers dans le domaine, avec 35 buts concédés depuis l’ouverture du bal à Brest, les Haut-Garonnais, à ce rythme infernal, finiraient à 78 réalisations dans la musette…

Pour mémoire, les Bretons de Guingamp, cancres de la L1, avaient terminé l’exercice passé avec 68 buts contre. Des chiffres qui, en ce qui concerne Toulouse, seraient synonymes d’ascenseur pour l’échaufaud.

 

Quelle charnière face à Reims ?

Samedi, pour accumulation de cartons Isimat-Mirin sera suspendu ; et aucun des trois blessés pouvant pallier sa défection (Diakité, Shoji, Goncalves) ne sera de retour. à moins d’une doublette miracle qui verrait le jour dans la semaine, Coach Kombouaré dispose de deux options pour épauler Rogel : (re)faire glisser Amian dans l’axe ou relancer le néo-pro Diarra.

 

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES