Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Il n’aime pas la science-fiction. C’est lui qui le dit : "Spéculer, balaye Denis Zanko, signifie s’égarer." N’empêche : l’entraîneur toulousain, cartésien de chez cartésien, a bien recours à une trilogie pour continuer à rêver. "Premièrement, tant qu’arithmétiquement le maintien restera possible, moi j’y croirai fermement et jusqu’au bout ! Deuxièmement, dans notre situation, je ne vois pas d’autre solution que de se réfugier dans le travail – et je puis vous assurer que l’on s’y attelle… Troisièmement, en termine ’’DZ’’, les joueurs le démontrent sortie après sortie : ils n’ont pas lâché."

Coach Zanko ressasse également à l’envi que "nous ne sommes pas des illuminés. Les chiffres ne plaident pas en notre faveur, c’est concret et factuel. Comme l’écart existant avec l’avant-dernier et le barragiste – qui n’a jamais été autant important depuis nos difficultés [respectivement 8 points avec Amiens et 13 de retard sur Dijon]. Non, poursuit l’ancien Directeur technique du Centre de formation des Violets, il n’est pas question de nier les évidences. D’un autre côté, on doit s’appuyer sur des éléments objectifs qui nous permettent d’avancer. Une équipe attend toujours justesse et cohérence dans les propos de celui qui la dirige. Et force est de constater que les occasions, les opportunités, on en a de plus en plus. J’étaye avec la dernière feuille de match : Nice a frappé 13 fois, cadré à 4 reprises pour 2 buts à l’arrivée ; Toulouse, c’est 17 tirs dont 5 tentatives dans le cadre. C’est là, déplore le technicien, où ça se joue : la finition dans la zone de vérité, l’efficacité, la rigueur, la concentration…"

Son homologue lillois n’en pense pas moins : "J’ai vu leur rencontre, note Christophe Galtier. à 9 contre 11 les Toulousains ont failli égaliser, c’est vraiment passé à pas grand-chose."


A pile ou face

Oui, mais rien c’est déjà beaucoup, comme dirait l’autre. Parfois, une saison tourne sur un ou deux matchs. Bien ou mal embarqués. Sourires face gagnan-te, grimaces si la pièce choisit le revers de la médaille. Ces éché-ances sinon charnière du moins de relance, le TFC les a collectionnés à la pelle. "Tant que la lueur ne vacille pas, opine du chef Denis Zanko, on s’apprête à jouer des matchs couperet."

à part ça, pour la petite histoire, on rappellera que la manche aller reste le 3e et dernier succès des Garonnais (2-1, 10eJ), depuis l’ouverture du bal à Brest mi-août. Il correspondait au baptême d’Antoine Kombouaré et l’avant-première en quelque sorte avait eu au casting comme acteurs principaux Sanogo et Gradel. Le premier avait joué la forte tête (1-0, 58e), le second tué le suspense sur sanction suprême (2-0, 66e sp) avec, ça ne s’invente pas, un (Jérémy) Pied qui avait fait deux mains (deuxième péno de MAG dans les nuages).

Alors, retour vers le futur ce soir… ce serait pure science-fiction.


Derrière, obligé de bricoler

Défenseurs toulousains, comptez-vous ! On récapitule le listing des "éclopés" – par poste de droite à gauche : Amian Adou blessé et Moreira qui a vu rouge (Sanna touché et Semaoun, dernier latéral droit disponible, en reprise), Gabrielsen le roc norvégien en charnière suspendu.

Résultat des courses et des comptes : la ligne défensive type des 6 derniers matchs (depuis la nomination de Zanko, en fait : Moreira/Amian, Gabrielsen, Diakité, Sylla) se retrouve amputée de moitié. Plus d’arrière droit (Moreira ou Amian), plus d’axial du même côté (Gabrielsen). Pis, plus de central gauche non plus (Diakité), puisque c’est très certainement l’intéressé qui va glisser flanc droit, étant donné la pénurie de N°2 ! Allez, on en arrive ainsi à 3 défections sur 4 !! Ce qui revient à 75% d’abonnés absents…

à l’inverse, en dehors des titulaires en puissance Bafodé Diakité et Issiaga Sylla comme vu, dans l’effectif pro sont opérationnels : Diarra, Goncalves, Isimat-Mirin, Rogel, Rouault. Au vrai : deux latéraux gauches de formation, un libero qui rentre de blessure (il n’était pas convoqué jusqu’à samedi dernier), un stoppeur revenu en jeu devant le GYM (il est entré suite à l’exclusion de Ruben Gabrielsen), un dernier gaucher néo-pro encore jamais appelé (opéré de la cheville cet automne).

"On s’adapte, sourit jaune Denis Zanko, cela fait partie des aléas, je ferai avec les forces vives afin de reconstruire le meilleur puzzle." Quitte à changer de système en passant à 3 derrière ? Vu le désastre engendré par la dernière expérience en la matière sous AK (vs Monaco, défaite 1-2, 16eJ), le tacticien haut-garonnais ne devrait pas s’y hasarder. Et reformer la paire Rogel-NIM, lancée dans le grand bain, encore par Kombouaré, face à l’OM (0-2, J14).

Pas l’idéal, assurément, à l’heure de se coltiner l’attaquant nigérian Victor Osimhen, auteur de 13 buts en L1 dont 10 à domicile. Buteur-maison contre système D, c’est l’équation du soir.

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES