Menu

Fil de navigation

Recherche

 La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Tout comme Amiens, son infortuné compagnon de galère, le TFC a désormais un pied en Ligue 2… et l’autre qui glisse. Le format de la prochaine saison de Ligue 1 a été acté hier par l’assemblée générale de la LFP, et avec lui, la relégation des deux clubs.

Le miracle s’éloigne : Amiens et Toulouse, qui s’étaient pris à rêver, ou s’appliquaient en tout cas depuis plusieurs semaines à en donner l’illusion, filent aujourd’hui plus que jamais vers la Ligue 2. Hier, les clubs professionnels de football, réunis en assemblée générale, ont maintenu le principe d’une Ligue 1 à 20 équipes ainsi que les relégations des deux derniers du classement, quasiment condamnés à reprendre le chemin des recours.

Revigorés le 9 juin par la décision du Conseil d’Etat de suspendre les relégations et d’enjoindre la Ligue de football professionnel (LFP) à réétudier le format de la L1, Picards et Haut-Garonnais risquent de devoir se résoudre à l’antichambre de l’élite, après un nouveau vote des instances du ballon rond en leur défaveur.

En quelques jours, ils auront compris qu’ils étaient isolés dans leur combat : successivement, le Bureau de la Ligue de football professionnel (LFP), puis son Conseil d’administration, et enfin son assemblée générale réunissant tous les clubs professionnels et les familles du football, se sont prononcés contre l’organisation d’une Ligue 1 à 22 équipes en 2020-2021.


74, 49 % des votants ont choisi une élite à 20 clubs

Hier, le maintien du format à 20 clubs a été adopté à 74,49 % des voix exprimées par l’assemblée générale, signe qu’Amiens, pourtant très actif médiatiquement ces derniers jours, n’est pas parvenu à convaincre suffisamment d’autres équipes.

"La seule chose que démontre ce vote, est que ce sont exclusivement les intérêts financiers qui mènent les membres de l’AG de la LFP à se positionner contre un format à 22, ce que je déplore", a regretté Bernard Joannin, le président amiénois, dans un communiqué.

Le club picard, 19e du championnat lors de l’interruption anticipée de la saison pour cause de coronavirus, avait pourtant tenté jusqu’au bout de faire basculer les convictions, proposant plusieurs calendriers permettant de disputer les quatre journées supplémentaires nécessitées par l’hypothétique élargissement du format.

Lundi, à la veille de l’Assemblée générale, Bernard Joannin avait même joué la carte sentimentale dans une lettre adressée à ses homologues. "Bien sûr un championnat à 22 occasionne plus de contraintes. Aucune d’entre elles n’est insurmontable si l’on a la volonté de faire de l’équité sportive et de la solidarité les maîtres mots du football professionnel français", y écrivait le dirigeant.

Les arguments n’ont semble-t-il pas fait mouche auprès des autres clubs, soucieux notamment de ne pas acter une évolution qui bousculerait de facto la répartition des juteux droits télévisés de la saison prochaine.

Si Toulouse (20e de L1), en passe d’être racheté par la société américaine d’investissements RedBird Capital Partner, est resté discret de bout en bout sur ce dossier, Amiens a lui d’ores et déjà promis des recours.


Retour à la case Conseil d’Etat ?

La boucle juridique risque donc de repartir à zéro, jusqu’à un possible nouveau passage devant le Conseil d’Etat en référé, une éventualité pour laquelle Amiens se dit "prêt".

Le club y aura un argument de moins à faire valoir. En effet, le Conseil d’Etat avait suspendu les relégations début juin au motif que la LFP s’était basée sur une convention Ligue-Fédération caduque pour prononcer la rétrogradation des deux clubs fin avril.

Mais depuis, une nouvelle convention a été adoptée par la Ligue pour la saison prochaine. Et la Fédération, partisane du maintien des relégations à tous les étages du football, doit faire de même ce vendredi en Assemblée fédérale.

"Je lance maintenant un appel aux membres de l’Assemblée fédérale de la FFF pour qu’ils refusent de valider la convention FFF/LFP", a exhorté Joannin, à trois jours de ce rendez-vous synonyme d’ultime espoir avant les recours.

Quoi qu’il advienne de cette réunion, elle n’empêchera pas Amiens et Toulouse de contester leur relégation lors de la procédure "au fond" devant le Conseil d’Etat, pour obtenir un dédommagement. Ensuite, il sera temps de tourner la page.

 

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES